En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

2

Commentaires

Réagir

Baromètre des territoriaux

Faut-il maintenir le statut à vie des fonctionnaires ?

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : Dossiers d'actualité, France

2

Commentaires

Réagir

BAROMETRE_290x193 © Pascale Distel

Parce que votre opinion nous intéresse, La Gazette a constitué un panel de fonctionnaires territoriaux que nous interrogeons sur l'actualité des politiques publiques et du statut de la fonction publique. Cette semaine : faut-il maintenir le statut à vie des fonctionnaires ?

Voir le sommaire

Cet article fait partie du dossier

Baromètre : l’opinion des fonctionnaires territoriaux, chaque semaine

 

Leçon n° 1 – Une adhésion relative

Tour à tour envié et – dernièrement, beaucoup plus souvent – remis en cause, le statut constitue une base fondamentale de la fonction publique à la française. Interrogés sur le maintien de ce droit, qui implique des devoirs et des obligations,les fonctionnaires disent « oui » à 68 %. Ce résultat n’est pas aussi élevé que l’on pourrait s’y attendre. Une preuve, sans doute, que les agents, tout en étant attachés à la fonction publique de carrière,ne sont pas arcboutés sur le statut à vie.

Leçon n° 2 – Un attachement en hausse

Les agents des collectivités semblent montrer un attachement grandissant pour le statut. Ils étaient 65 % en mars 2014, puis 67 % en mai 2014.Avec 68 % en octobre 2015, le taux de réponses en faveur du statut est donc en hausse. Serait-ce une réponse aux attaques contre des fonctionnaires, prétendus privilégiés, qui se multiplient ?

Leçon n° 3 – Une sentiment de danger ?

Avec les « recompositions territoriales » en cours, les agents se disent souvent inquiets quant à leur avenir. Selon le dernier baromètre RH Randstad (octobre 2015), les collectivités sont d’ailleurs plus nombreuses à affirmer que leurs effectifs vont baisser que celles qui prévoient de les augmenter. Or, c’est au sein de celles dont la disparition était annoncée ou qui se trouvent en plein processus de réorganisation que les territoriaux se montrent le plus attachés au statut. Dans les régions, 86 % des agents font part d’un tel attachement, contre 68 % en moyenne. Le « oui, il faut maintenir un statut à vie pour les fonctionnaires » obtient un résultat de 70 % auprès des agents départementaux. A l’inverse, dans les intercommunalités, appelées à se développer et peu remises en cause, le taux de réponses positives à la question est de 57 %, en deçà de la moyenne.

Références

Réalisé par « La Gazette » auprès d‘un échantillon représentatif de 1 355 fonctionnaires territoriaux interrogés sur internet, le 6 octobre 2015.

Haut de page

2

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

2 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. wendy83 05/04/2016, 10h49

    Le terme à vie est un peu "rédhibitoire", de ce fait il serait judicieux de dire que le statut du fonctionnaire est un statut particulier qui sécurise les agents au niveau de l’emploi.
    Malgré le fait que ce privilège est de plus en plus mise en cause, j'avoue que je suis attachée à cette particularité.

  2. 2. Seb 29 29/01/2016, 15h34

    A vie?

    Vous feriez mieux de parler de sécurité de l'emploi, terme plus cohérent, que d'emploi à vie. Je suis fonctionnaire territorial de catégorie C, j'ai 33 ans, et en vous lisant, j'ai l'impression que je vais mourir au travail!!!

    PS: j'avoue que d'un point de vue journalistique, c'est bien plus racoleur...
    Cordialement.

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.