Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Santé au travail

Clés pour réduire les coûts humains et financiers de l’usure professionnelle

Publié le 15/01/2016 • Par Martine Doriac • dans : A la une emploi, A la Une RH, Actu Emploi, France, Toute l'actu RH

Aide menagére pour personne agée
photolia
Un processus de reclassement passe par trois étapes, selon les auteurs d'un guide sur le reclassement publié par l’Unccas et la FNCDG : l'étude de la situation, la définition du projet de reclassement, la formation et l’affectation de l’agent.

 

Premier acte du partenariat conclu en juin 2015 entre l’Union nationale des centres communaux d’action sociales (Unccas) et la Fédération nationale des centres de gestion (FNCDG), un « guide sur le reclassement pour inaptitude physique » est disponible sur le site de l’Unccas.

Utile au delà de l’action sociale

Si les personnels visés en priorité, car les plus concernés, sont ceux de l’aide à domicile et de la petite enfance, employés par les structures adhérentes de l’Unccas, la publication peut s’avérer utile à toutes les filières et collectivités touchées par la problématique de l’usure professionnelle. Les candidats au reclassement pourront eux aussi mieux connaître les étapes de ce parcours du combattant.

Dix fiches-outils

Composé de deux parties juridique et pratique, la publication à la couverture illustrée de coccinelles affairées sur des brindilles mais munies de parapluies, aborde les différentes mesures qu’il est possible de mettre en oeuvre.

En annexe, dix fiches outil donnent des exemples concrets de courriers destinés aux agents, de tableaux de suivi de la commission de reclassement ou des postes temporairement ou définitivement vacants, ou encore des descriptions de stages d’observation et pratiques.

Un formulaire de contractualisation avec l’agent et un « chronogramme » du reclassement sont également proposés. Ce dernier montre que les étapes d’un reclassement réussi peuvent durer près d’un an.

Une procédure cadrée

Régie par l’article 81 du statut (loi du 26 janvier 1984) , la procédure juridique débute par la déclaration d’inaptitude suivie de la demande de reclassement de l’agent. L’employeur qui a seulement une obligation de moyens peut ensuite procéder au reclassement par détachement, par recrutement ou par intégration.

La mise en disponibilité, éventuellement d’office, la mise à la retraite pour invalidité ou le licenciement pour les contractuels de droit public, constituent d’autres issues, pas forcément à l’avantage des agents, et qu’un reclassement abouti peut éviter.

Une question ancienne

« Le reclassement est une question ancienne. Dans les centres communaux d’action sociale, c’était la poussière que l’on mettait sous le tapis. On savait les agents usés mais on préférait cautionner leur absentéisme sans prendre le problème à bras le corps. Il y a vingt ans, nous n’avions pas de solutions de reclassement, nous laissions l’usure gagner totalement les personnes concernées, avec des attitudes qui n’étaient pas les bonnes. Or nous sommes là aussi pour assurer le bien-être des personnels », reconnaît Benoit Calmels, délégué général de l’Unccas.

Levier pour réduire les coûts

Selon cet ancien directeur de structure d’action sociale, les outils identifiés dans le guide peuvent contribuer, par effet de levier, à réduire les déficits des services sociaux, notamment en réduisant l’absentéisme.

« Le fort taux d’absentéisme qui relève de l‘absence de solutions a un impact financier. Avec moins d’argent dans les caisses, reclasser ces agents qui peuvent être de vraies richesses pour la collectivité est un levier pour agir sur les coûts. Les agents seront en outre plus attentifs à leur travail si l’on est attentif à eux », poursuit le délégué général.

Des étapes à anticiper

« Le reclassement est de plus en plus pris en compte par les employeurs. Aux agents aussi de l’anticiper. Ce guide est un outil RH qui s’adresse à toutes les collectivités ainsi qu’aux centres de gestion. Il peut aussi aider les agents concernés à vaincre leurs appréhensions de la procédure », complète Anne Guibert, juriste chargée de mission « santé et sécurité au tramail » à la FNCDG.

Au programme des échanges récemment noués entre l’Unccas et la FNCDG, un autre atelier s’intéresse à l’organisation du travail dans les services d’aide à domicile.

Références

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Clés pour réduire les coûts humains et financiers de l’usure professionnelle

Votre e-mail ne sera pas publié

Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X