En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

1

Commentaire

Réagir

Politiques culturelles : projet de loi « Création » et lecture publique

Publié le • Par • dans : Dossiers d'actualité

1

Commentaire

Réagir

collectivites-chantiers-2016-une © P. Distel - La Gazette

Examiné en première lecture au Sénat en janvier, le projet de loi « création » devrait être adopté avant l’été. En matière de lecture publique, c’est la question des plages d’ouverture des bibliothèques qui sera posée. Des subsides de l’Etat pourront être utilisés pour étendre les horaires.

Voir le sommaire

Cet article fait partie du dossier

Les priorités des collectivités territoriales en 2016

 

Le parcours semé d’embûches du projet de loi « création »

Adopté en première lecture début octobre par les députés, le projet de loi relatif à la liberté de création, à l’architecture et au patrimoine – dit « création » – devrait être soumis au Sénat en janvier. L’objectif est une adoption avant l’été.

Ce texte est issu de la fusion de deux projets de loi, l’un sur la création artistique, l’autre sur le patrimoine, dont l’élaboration avait commencé en 2013. L’Assemblée nationale a répondu à une partie des critiques des élus locaux et des associations professionnelles à travers ses propres amendements et ceux du gouvernement. Ainsi, les archives, étendues aux documents numériques, ont fait leur retour dans le projet de loi législatif. Les services territoriaux d’archéologie ont été reconnus dans leur rôle et leur spécificité, par une habilitation les distinguant des opérateurs privés, la définition du patrimoine a été élargie et de nouveaux dispositifs de protection proposés.

Mais les associations de professionnels restent mobilisées pour convaincre les sénateurs d’aller plus loin dans les modifications. Notamment sur le rôle exclusif des architectes dans l’aménagement urbain et sur le label « Cités historiques », qui fusionne trois dispositifs (secteur sauvegardé, zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager, aire de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine).

 

Une prime à l’extension des horaires d’ouverture des bibliothèques

Sylvie Robert, sénatrice (PS) de l’Ille-et-Vilaine, l’avait préconisé dans son rapport sur l’adaptation et l’extension des horaires d’ouverture des bibliothèques. Les députés ont voté en novembre une réforme de la dotation globale de décentralisation (DGD) permettant d’en utiliser une partie pour élargir l’accès aux bibliothèques.

 

 

Mission civique - Cette évolution de la fonction de la contribution de l’Etat, également appelée « concours particulier », représente un coup de pouce à la lecture publique, d’autant plus que la DGD était dans le collimateur de Bercy depuis plusieurs années.

En revanche, son montant restera à hauteur de 80 millions d’euros, alors que la sénatrice bretonne proposait de la relever à 85 millions. L’Association des bibliothécaires de France a salué le « contenu politique contemporain » que le rapport de Sylvie Robert donne aux équipements de la lecture publique et souligné la montée en puissance de leur « mission civique », notamment à travers un rôle de « tiers-lieu » permettant de tisser du lien social.

Haut de page

Cet article est en relation avec

1

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés ArchitectureConservation du patrimoineParlementPolitiques culturelles

1 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. 1. Miene Mathon 27/01/2016, 16h38

    Bonjour
    Je pense que c'est bien et logique de continuer à exister à partir de la culture et la langue française, les bibliothèques, théâtres et musées. Aussi de ne pas oublier les histoires, les jardins et les humains !
    Pour cela Cie Egg's Écho est porteur de projet ...

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.