Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Edito

La stratégie de la performance, c’est pour quand ?

Publié le 08/01/2016 • Par Cédric Néau • dans : Billets finances

5905296037_33a7ec14b7_z
Flickr CC by Michael Smith
La contrainte financière, désignée coupable de tout et son contraire, n’est pas nouvelle. L’inertie de beaucoup d’élus locaux non plus.

Certes, des initiatives naissent partout en France depuis des années pour retrouver des marges de manœuvre, mais elles sont encore trop rares, hétérogènes, diffuses et pas toujours duplicables. Et puis il y a l’envie. Celle d’un élu, d’un territorial qui ne se contente plus de faire son budget au fil de l’eau en régulant sa misère sur le dos de l’investissement, mais prend le risque de changer de méthode.

La liberté de choix qu’un élu revendique, toujours au nom d’un souci d’excellence du service public, est aujourd’hui étouffée par la baisse continuelle de ses ressources. Il a pourtant encore la possibilité de passer à une stratégie de la performance comme l’a expliqué lors de la rencontre d’actualité du Club Finances du 15 décembre à Bordeaux, David Carassus, Professeur des Universités en sciences de gestion à l’IAE Pau/Bayonne et  directeur de la Chaire OPTIMA , reposant sur une priorisation des services rendus, une gouvernance plus ouverte sur les besoins réels de l’usager et du citoyen, et moins hiérarchisée en interne.

La complainte doit cesser

La pédagogie et la communication sont en effet indispensables pour faire avaler aux services concernés les coupes sombres dans leur budget. Or trop de consultants en finances locales en sont encore à mettre en place de simples contrôles de gestion ou de véritables plans pluriannuels d’investissement quand ils devraient déjà travailler sur des organisations stratégiques plus ouvertes, plus efficientes avec un service finance plus pilote que contrôleur, plus transversal, plus analytique, plus collaboratif.

La complainte doit maintenant cesser. Seuls les élus qui oseront changer de disque pourront encore se faire entendre des électeurs. l Cédric Néau

 

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La stratégie de la performance, c’est pour quand ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X