[Opinion] Énergie

Devenir un territoire à énergie positive, est-ce une démarche si fructueuse ?

Par

Source : Technicites 
Sans titre

C.G. - B.L.

Les collectivités ou leurs groupements ont-elles intérêt à devenir "territoire à énergie positive" ? Céline Giovanneschi, chargée de mission Plan Climat, service énergie, forêt et climat du département des Hautes-Alpes, et Benoit Leclair, vice-président «Energie Climat» de la région Rhône-Alpes nous répondent.

Céline Giovanneschi, Chargée de mission Plan Climat Département des Hautes-Alpes Service Énergie, Forêt et Climat

IMG_2396

Devenir un territoire à énergie positive (Tepos), c’est s’engager à long terme de manière ambitieuse, sur la base de la sobriété énergétique et de l’équilibre entre production locale d’énergie et consommation.

Au-delà de cette volonté, se présente une formidable occasion de mobiliser les forces vives du territoire. L’intérêt est de questionner, responsabiliser, d’être force de proposition et de fédérer les acteurs locaux pour construire leur futur. Derrière cela, il y a l’idée de se réapproprier l’avenir énergétique, de localiser la production, de mieux maîtriser les coûts, de garantir des emplois non délocalisables, de bénéficier des retombées économiques, de construire une gouvernance locale. En somme, de proposer un réel projet de territoire.

Concrètement, cela signifie bâtir des actions en collaboration avec des collectivités, des entreprises, des artisans, des opérateurs de l’énergie, des citoyens, des banques pour tirer parti des spécificités et asseoir une réelle économie.

Cela se traduit par exemple par des investissements plus efficaces réalisés par les collectivités parce que mieux accompagnées et suivies lors des travaux de rénovation ou de production d’énergie ; par une meilleure qualité alimentaire et un soutien à l’économie locale via la consommation de produits locaux dans les cantines scolaires ; ou encore par une meilleure qualité de vie via l’efficience des modes de transports, etc.

Récemment, l’appel à projets national « 200 territoires à énergie positive pour la croissance verte » (TEPCV) a labellisé 212 territoires. Le fonds associé a permis de concrétiser certaines actions, à condition d’être des opérations d’investissement à courte échéance, pâtissant d’une carence de financement spécifique. Cela a favorisé la réalisation rapide d’actions bénéfiques et a permis d’en essaimer d’autres. Il a également participé à la mise en lumière des enjeux énergétiques.

Pour autant, ce fonds reste ponctuel, accessible à des actions déjà formalisées et moins à des actions en construction, avec des objectifs à moyen ou long terme, socle d’un projet de territoire à énergie positive. L’enjeu de cet appel serait, au-delà de mobiliser des nouveaux financements néanmoins nécessaires, de garantir et faciliter l’accès, avec une ambition de pérennisation, aux différents financements existants souvent très complexes, et surtout à l’ingénierie de projet pour que les TEPCV construisent de réels projets de territoire.

 

Benoit Leclair, Vice-président « Energie Climat » de la Région Rhône-Alpes

BL_portrait_hauteDef copie

Les territoires qui se lancent aujourd’hui ne sont pas Tepos, mais décident d’en faire un objectif de long terme et se dotent de compétences pour construire leur stratégie. Pour espérer atteindre un objectif ambitieux en 2050, il faut commencer par le planifier, en mettant à plat les potentiels et les marges de manœuvre souvent plus importantes qu’on ne le pense ! C’est une dynamique bienvenue à un moment de grand scepticisme mondial et de frilosité nationale et même, européenne.

En associant les différents acteurs (collectivités, acteurs économiques et surtout les habitants), la démarche dépasse largement les traditionnels plans climat-air-énergie. Une vision de long terme et un objectif chiffré clair, c’est cela qui est nouveau et contribue à renouveler l’action publique. Les élus peuvent ainsi donner un souffle nouveau à leur action, un véritable fil conducteur à partager avec les habitants. Sur le plan technique, la prise en compte d’un objectif transversal commun à toutes les compétences entraîne une réflexion globale souvent source d’efficacité (utilisation multiple d’un bâtiment par exemple).

Pour les habitants, le Tepos présente aussi des avantages. Un surcroît de qualité de vie qui découlera des choix liés à la démarche Tepos : des transports plus efficaces et moins polluants, plus de place aux piétons et au vélo, des bâtiments rénovés, plus confortables, un urbanisme plus intégré. La transition énergétique nécessite aussi la décentralisation des prises de décisions et des investissements. Les Tepos déboucheront donc sur de nouveaux modes de gestion de l’énergie impliquant les habitants.

La rénovation énergétique du bâtiment va développer une activité nouvelle, importante, assise sur les économies d’énergie réalisées.

La production d’énergie renouvelable est enfin, chacun le sait, beaucoup plus riche en emploi que la production centralisée ou, a fortiori, l’importation d’énergie fossile.

Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP