En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

 

Réagir

Sécurité civile

« Les SDIS ne doivent pas être les variables d’ajustement des départements »

Publié le • Par • dans : France

0

Commentaire

Réagir

Olivier Richefou Mayenne © Mayenne

Trois mois après son élection à la tête de la Conférence nationale des services d'incendie et de secours, Olivier Richefou, qui est également président du conseil départemental de la Mayenne, passe au crible les grands chantiers qui attendent les SDIS en 2016.

 

Vous présidez depuis le 29 septembre dernier la Conférence nationale des services d’incendie et de secours (CNSIS). Quelles sont vos priorités pour 2016 ?

La première, c’est la question du volontariat et de l’équilibre à maintenir avec les professionnels. C’est un débat permanent à la CNSIS où siègent les représentants des syndicats professionnels et de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France qui fédère l’ensemble des sapeurs-pompiers mais un peu plus les volontaires, part importante de l’équilibre. Nous n’avons pas vocation à diminuer le nombre de professionnels ni à l’augmenter. Chaque département est libre de son organisation et de son recrutement, mais les contraintes financières vont amener à stabiliser le nombre de professionnels. Les volontaires permettront de conserver le maillage territorial. C’est une richesse de notre organisation. Il faut qu’elle perdure. 
Pour ces volontaires, il faut convaincre les employeurs de libérer du temps.

Comment faire ?

Nous venons de signer une convention avec le Medef qui engage les chefs d’entreprise à conclure des partenariats avec les services départementaux d’incendie et de secours (Sdis). Je suis également allé le 14 décembre à Alençon (Orne) rencontrer le service de remplacement agricole, car 5 000 volontaires sont en France des agriculteurs. Une convention interdépartementale a été signée pour promouvoir le volontariat auprès des exploitants et salariés agricoles. Il faut en permanence renouveler le vivier et convaincre les employeurs qu’un sapeur-pompier volontaire, apte à donner du temps de secours, est une valeur ajoutée dans leurs effectifs. Et c’est un acte citoyen. Depuis les attentats, ce message passe.

L’avenir du financement des SDIS fait débat depuis longtemps. Quelle est votre position ?

C’est notre second chantier. Je fais partie des présidents de conseils départementaux qui ne contestent pas la baisse des dotations. Il faut que chacun participe à la réduction des déficits publics, avec sa quote-part. Mais les départements subissent également la hausse des allocations individuelles de solidarité. Dans ce contexte difficile, ils doivent verrouiller leurs dépenses. Les SDIS n’échappent pas à la règle. Mais je me refuse à dire que les SDIS seront les variables d’ajustement des départements. Ils participeront, comme d’autres services, au serrage de boulons car il y a baisse des recettes, et nous ne souhaitons pas augmenter les impôts. En Mayenne, le budget du département prévoit 0 % d’augmentation des charges de gestion. Celui du SDIS est bâti sur la même exigence.

Comment le SDIS 53 parvient-il au gel de ses charges ?

Son directeur a proposé une organisation optimisée. Deux officiers peuvent être remplacés par trois sous-officiers. Le temps de travail a été augmenté et le garage est mutualisé avec le Conseil départemental. D’autres mutualisations, en informatique ou téléphonie, et des groupements de commandes avec le conseil départemental et d’autres SDIS sont possibles. Nos tarifs hors prestations obligatoires, ont été réactualisés. Ces mesures peuvent s’appliquer à tous les SDIS. Une réunion, en février, avec Claude Léonard, président du conseil départemental de la Meuse et du groupe de travail sur les SDIS de l’Assemblée des départements de France permettra d’aller plus loin sur ces mutualisations. J’organiserai en 2016 une réunion par zone de défense pour rencontrer tous les présidents de conseils d’administration de services départementaux.

Quel regard portez-vous sur les difficultés persistantes entre sapeurs-pompiers et Samu dans le cadre du secours à personne ?

Il faut trouver un équilibre par la mutualisation renforcée du traitement de l’alerte dans les départements entre le Samu, les sapeurs-pompiers, la permanence ambulancière et celle de médecine libérale. Ces quatre acteurs, dont trois dépendent du ministère de la santé, doivent s’organiser pour mettre en œuvre des moyens opérationnels de secours aux personnes. A l’occasion de sorties en véhicule de secours et d’assistance aux victimes, j’ai constaté qu’une prise en charge de personne âgée en maison de retraite aurait pu être effectuée par un ambulancier. 
J’appelle à mettre en œuvre une plateforme pour coordonner ces moyens. Si dans la même pièce, il y a le médecin du Samu et des ambulanciers, les coûts seront mieux répartis. C’est une question de volonté des acteurs.

Il s’agit aussi de mettre dans la boucle l’agence régionale de santé, les directeurs d’hôpitaux et les services d’urgence, qui préfèrent parfois rester entre eux. Il y a des chapelles. Or la rareté de l’argent public doit nous amener à être intelligent et à faire des choix. J’ai demandé un rendez-vous avec la ministre de la santé pour réactiver ce chantier. Le groupe de travail concerné ne s’est pas réuni depuis plus d’un an. Il s’agit aussi de redonner de l’attractivité au métier de sapeur-pompier car 10 % des sorties ne sont pas justifiées.

Un mouvement social a éclaté en décembre au SDIS du Nord. Les sapeurs-pompiers dénonçaient la gestion de leur président et les restrictions budgétaires. Etait-ce justifié ?

Outre les difficultés du département du Nord à boucler son budget, le président du SDIS 59 a eu une expression malheureuse en comparant les sapeurs-pompiers à une « armée mexicaine ». Dans le cadre du dialogue social, j’appelle à tenir un discours qui ne soit pas blessant. Mais l’on ne peut pas dire oui à toutes les demandes. Il faut serrer les boulons. C’est le discours que j’ai tenu lors des deux séances de la CNSIS que j’ai présidé et c’est celui que je tiendrai dans le temps.

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Etat et collectivités localesFinances publiquesSécurité civile

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.