Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Finances locales

Montoire-sur-le-Loir renégocie à prix fort sa dette toxique

Publié le 05/01/2016 • Par Fabienne Proux • dans : A la Une finances, Actu experts finances, Régions

montoire
H. lenain / Hemis.fr
La hausse du franc suisse en janvier 2015 a fait exploser le taux d’intérêt d’un emprunt toxique de la ville de Montoire-sur-le-Loir indexé sur la parité euro/franc suisse. La commune du Loir-et-Cher a accepté l’aide du fonds de soutien en diluant sa dette toxique dans un nouvel emprunt sécurisé qui court sur 25 ans.

« Nous sommes soulagés et pouvons à nouveau envisager des projets », assure Guy Moyer, maire de Montoire-sur-le-Loir (4 000 hab.). Après un an de bras de fer avec la Société de financement local (Sfil), soit l’ex-Dexia, il vient, une bonne fois pour toutes, de libérer sa commune de sa dette toxique. Mais à quel prix !

Petit retour en arrière. Au 31 décembre 2013, la dette de la commune comportait un prêt toxique indexé sur la parité euro/franc suisse qui représentait 64,68 % de l’encours total de la commune s’élevant à 3,61 millions d’euros. Le taux d’intérêt initial de ce prêt (5,38 %) portait les échéances de remboursement annuel à 137 000 euros. Mais, en 2014, elles ont bondi à 540 000 euros (16,13 %) et début 2015 à 637 000 euros (23,24 %), notamment en raison de l’envolée du franc suisse.

La commune a donc refusé de payer ces surcoûts, puis a assigné la banque en justice tout en faisant une demande d’aide auprès du fonds de soutien. Cette stratégie lui permettant de choisir la ...

Article réservé aux abonnés gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club finances

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Montoire-sur-le-Loir renégocie à prix fort sa dette toxique

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X