En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

5

Commentaires

Réagir

Elections

Exaspérés, les maires ruraux proposent 10 mesures pour réagir après les régionales

Publié le • Par • dans : France

5

Commentaires

Réagir

vanik-berberian-amrf-une © Flickr by CC - AMRF

Le président de l’association des maires ruraux de France, Vanik Berberian, assure « en avoir assez que le FN progresse sur nos thèmes et en tire les bénéfices électoraux » et pointe la responsabilité « d’une classe politique indigente » qui se lamente sur les résultats sans s’interroger sur les causes.

 

« Si vous n’arrêtez pas de tirer sur l’élastique, un jour il vous pète à la gueule » : le président de l’Association des maires ruraux de France (AMRF), Vanik Berberian, explique avec l’un de ses dictons préférés les résultats des élections régionales marquées par l’abstention et la hausse du Front national (FN).

L’AMRF a réagi à travers une adresse au président de la République intitulée « Dix mesures chocs pour répondre aux besoins urgents des habitants et des territoires ». « C’est l’expression d’une exaspération. Cela fait des années que nous disons de regarder de près ce qui se passe dans les territoires ruraux, sinon nous allons le payer très cher. Nous l’avons dit à la précédente majorité et à l’actuelle. On en a assez que le FN progresse sur nos thèmes et en tire les bénéfices électoraux », souligne Vanik Berberian.

Services publics et dotations

Six des « mesures chocs » proposées par l’AMRF concernent les services publics dans les territoires ruraux : mobiliser plusieurs milliers de médecins pour couvrir les territoires les plus démunis, enjoindre les opérateurs de téléphonie à couvrir le territoire, amplifier et accélérer l’effort financier pour le très haut débit, obliger les opérateurs (privés) à s’engager dans les fonds des « maisons de services publics », favoriser les partenariats pour l’implication professionnelle et sociale des jeunes dans la vie de leurs communes rurales et stopper les fermetures d’écoles rurales par l’éducation nationale.

Quatre autres concernent l’organisation territoriale et la gestion des collectivités sauvegarde des dotations des collectivités, un moratoire sur les schémas de coopération intercommunale subis et non volontaires, modification des règles de représentativité pour assurer celle des communes rurales et instauration d’un statut de l’élu rural et de l’engagement citoyen en milieu rural.

Des mesures qui ont déjà été présentées à plusieurs reprises par l’AMRF.

Maires en porte-à-faux

« Le gouvernement nous ressort des plans pour la ruralité, pas financés, à six mois d’écart, comme si on n’avait pas déjà compris la première fois. Ils ne s’intéressent à la ruralité qu’à la veille des élections. On ne peut pas continuer à se lamenter sur les résultats et ne pas s’interroger sur les causes. Quand un électeur sur deux ne va pas voter c’est déjà un échec. Ce n’est pas un problème d’urbain ou rural, c’est un problème de démocratie », fulmine Vanik Berberian.

« Le vote sanction est un appel aux politiques à modifier leur manière d’être, de faire de la politique. Le discrédit de la classe politique est très grand, à chaque fois ils disent qu’ils ont entendu le message, rien ne change. Nous, les maires ruraux, nous sommes en porte-à-faux car nous sommes au contact des populations, et nous demandons une véritable considération pour les territoires ruraux », souligne-t-il.

Haut de page

5

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Citoyenneté et droits de l'hommeElections

5 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. Juan Christophe 29/12/2015, 15h40

    L'appel de l'AMRF, dont est membre la commune dont je suis élu, me semble pertinent, mais déplorer la cécité, l'aveuglement, la courte vue des dirigeants politiques ne doit pas exonérer les élus locaux d'une nécessaire évolution de leurs pratiques et d'un questionnement intime sur la progression du Front National : ce n'est pas la superficie qui fait la baronnie, mais les vieilles manies...

    Donc, renouveau des politiques, modestie des discours, ouverture aux jeunes et aux nouveaux habitants pour revivifier le corpus des candidats, réforme institutionnelle... Vaste programme, mais les batailles électorales de la Ve République, et notamment cette sacro-sainte présidentielle qui pollue la démocratie, ne nous empêchent-elles pas de nous y consacrer...

    Christophe Juan
    Couffouleux

  2. 2. pov citoyen 24/12/2015, 07h04

    Interpeller l'Etat, c'est bien, se prendre par la main, c'est pas mal non plus: budgets économes en équilibre total, responsabilité et financière personnelle des élus, transparence totale avec l'argent des autres, exemplarité et bénévolat, non reconduction et non cumul des mandats, coopération intercommunale accélérée, fusion des petites communes, suppression des sénateurs,...
    Avec les efforts de chacun, le FN mourera de sa belle mort.

  3. 3. xav25 23/12/2015, 21h24

    tout a fait , le résultat des urnes vient de loin , des belles paroles non tenues de tout les bords.
    Aucun débat de fond , même en période pre-electorale.
    pas de débats de société , pas de débats démocratiques....
    Nos politiques sont juste capable d'agiter un chiffon rouge , message : ne votez pas FN , voter pour moi !
    et bien c est pas comme ca que ca marche.
    Je précise que le seul fait de mettre un bulletin dans l'urne ne suffit pas a prouver que l on est en démocratie...

    Pour le cas particulier , j'élisais 114 personnes : pas vraiment motivé pour créér une "assemblée nationale " de région , moi , les réunions a 114 je ne les sens pas !

    autre remarque
    A coté de ca on détruit le seuil échelon ou les citoyens ne sentaient encore impliqués : la Mairie.

  4. 4. Momméja MF 23/12/2015, 16h52

    Bonjour,

    Je partage totalement ces interrogations, c'est un constat affligeant que je me suis vue dans l'obligation de faire dimanche dernier sur ma commune.

    Si un groupe de réflexion se constitue dans le TARN, je souhaite pouvoir y participer. Il me semble indispensable de trouver les bons éléments de langages qui pourraient nous permettre de remédier à cette situation. Agissons ensemble
    Bien cordialement
    Marie France Momméja
    Maire de BUSQUE

  5. 5. eliott 23/12/2015, 15h23

    voilà un maire qui résume bien la situation et qui met en avant le traitement des causes.

    seul désaccord, les dotations car il y a partout des gaspillages considérables .
    c'est très bien de les réduire pour forcer les maires et autres conseils à faire des économies toujours possibles.
    n'oublions jamais que chaque dépense, c'est le contribuable qui la finance !

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.