Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Finances locales

Une fin d’année toujours festive… mais économe !

Publié le 23/12/2015 • Par Gaëlle Ginibrière • dans : A la une, A la Une finances, Actu experts finances, France

8298113358_8cfb10ab09_z
Flickr CC Frédéric Bisson
Financièrement à la peine, les collectivités revoient l'ensemble de leurs budgets à la baisse. Celui dédié aux festivités de fin d'année ne fait pas exception. Une tendance initiée il y a quelques années et qui se confirme.

A Beaurains (Pas-de-Calais, 5 200 hab.), le choix des élus a été radical : renoncer aux illuminations de Noël. L’économie est estimée à près de 12 000 euros, consommation d’énergie comprise, soit 10 % du budget de fonctionnement de la commune. Plus généralement, la période se voulant une fête pour les enfants comme pour les plus grands, le leitmotiv est plutôt de faire aussi bien (voire mieux) avec moins.

En matière d’illuminations par exemple, les économies se veulent discrètes. Pontivy (Morbihan, 13 900 hab.), par exemple, a restreint la durée de ses illuminations : elle s’arrêteront le 8 janvier au lieu du 15, et s’éteindront deux heures plus tôt les soirs de semaine. « Nous espérons ainsi diviser par deux nos dépenses d’électricité », indique Alexandra Le Ny, adjointe aux travaux de Pontivy. La commune a également remplacé trois de ses sapins de Noël naturels par des sapins en palettes issues du recyclage de ses déchets.

Limiter la consommation ...
Article réservé aux abonnés gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club finances

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Thèmes abordés

3 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Une fin d’année toujours festive… mais économe !

Votre e-mail ne sera pas publié

pov citoyen

24/12/2015 06h25

C’est Noël, je suis d’humeur joyeuse.
Voir les communes (toutes endettées) faire des économies me réjouit. Ne pas dépenser l’argent qu’on n’a pas relève du bon sens enfin. Peut-être faudrait-il commencer par là avant de tenter de faire pleurer les foules avec les baisses des dotations de l’Etat.
Inutile de me parler fonctionnement / investissement, je sais cela, car dans le fond, sur nos comptes en banque, c’est pareil (collectivités, entreprises, particuliers). Et en plus, c’est toujours le citoyen qui paye.
Tout ceci relève de la mégalo de nos élus (qui s’accrochent, ca paie, ca fait du tapis rouge et des ronds de jambe) et pas du choix des contribuables.
Joyeux Noël à vous.

Henri Tanson

24/12/2015 11h32

Moi, je crois au renouveau. Je suis optimiste.

La fin d’année, c’est la période des vœux pour l’année suivante.
Que pouvons-nous souhaiter pour les années à venir ?
Que tout continue comme en 2015 ?
Que ça s’aggrave ? Encore moins de moyens, moins de dotations du gouvernement, des sacrifices, des économies (…pardon).
Encore des réformes imposées, de la régression sociale, des impôts nouveaux, le recul des Services publics, des ventes de patrimoine… La perte de nos libertés ?
À quoi ressemblerons-nous dans dix ans ? Ça fait peur d’y penser…?
Heureusement que nous sommes forts, unis. Enfin, c’est que l’on me répète: tout seul on n’est rien, ensemble, on est plus fort. Euh…
Et si nous imaginions qu’il n’y a pas de fatalité; que tout ce qui nous arrive n’est que le résultat de choix politiques; que la mondialisation qui nous fait si mal n’est qu’une volonté politique d’accepter la domination de la finance sur les politiques. Pour que plus grand bien des plus riches, au désespoir d’un nombre croissant de pauvres… Encore plus pauvres.
Si vous décidez de ne pas vous protéger d’un danger, vous ne pouvez pas vous plaindre de ses effets…

Moi, je vous dis qu’il y a une autre voie; celle de la croissance, de la prospérité, du retour du rôle des politiques représentants des volontés du peuple, du retour de la démocratie.

Mais elle ne passera que par notre volonté de nous protéger, de mettre en avant l’intérêt général des individus plutôt que celui des multinationales, des banques…

Pour cela, il faut que nos médias nous expliquent que nous avons le choix.

Je sais bien que les citoyens ne veulent plus s’impliquer dans la politique, qu’ils ne veulent plus se poser de questions en étant persuadés qu’ils n’y peuvent plus rien..

2016 sera l’année du réveil, ou ne sera pas !

Un peu d’optimisme dans cette désolation généralisée.

Henri Tanson

28/12/2015 11h33

Les « pov citoyens » pensent-ils tous que les Collectivités sont toutes mal gérées, qu’elles gaspillent, s’endettent pour des futilités, et que tous les élus sont malhonnêtes ?

C’est vrai, si on écoute la plupart des médias, c’est ce que l’on entend dire à longueur de journaux.
Mais c’est peut-être une caricature, un effet de loupe…

Taper sur la Fonction publique, sur les gaspillages des élus, ça permettra facilement de faire des coupes sombres, non seulement dans les budgets mais aussi dans les services, sans que le grand public ne lève le petit doigt…

On peut s’en inquitter, pour peu que l’on soit attaché à notre modèle social, comme moi.

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X