[Opinion] Financements

L’argent de l’eau doit plus que jamais aller à l’eau

| Mis à jour le 14/12/2015
Par et , président du comité de bassin Rhône-méditerranée, président du comité de bassin Artois-Picardie, président du comité de bassin Rhin-Meuse, président du comité de bassin de Corse, président du comité de bassin Adour-Garonne, président du comité de bassin Loire-Bretagne, président du comité de bassin Seine-Normandie • Club : Club Techni.Cités

Flickr CC by Andrea

Le changement climatique est chaque jour un peu plus présent dans nos vies. Il impose des évolutions radicales dans la gestion de nos ressources naturelles. L’eau va devenir un sujet environnemental, économique et géopolitique majeur - en vérité il l’est déjà !

Le changement climatique est chaque jour un peu plus présent dans nos vies. Il impose des évolutions radicales dans la gestion de nos ressources naturelles. L’eau va devenir un sujet environnemental, économique et géopolitique majeur – en vérité il l’est déjà ! Il impose aux usagers des nouvelles pratiques et réclame des décideurs publics une politique de l’eau nouvelle qui nous prépare à cette profonde mutation.

Les météorologues l’ont constaté cet été : si les précipitations ont été faibles en juillet, au détriment des filières d’élevage et des réserves piscicoles retenues dans les étiages, elles restent dans la norme à l’échelle de l’année. Sur une longue période, les précipitations ne baissent pas, mais se répartissent différemment avec des pics et des creux en été qui changent considérablement les repères avec lesquels nous appréhendions la gestion de l’eau.

Au sein des parlements de l’eau que nous présidons, préserver la ressource est une ambition que nous portons ensemble. Les objectifs de bon état des eaux qui nous mobilisent au quotidien ne doivent pas occulter la question de la ressource. Une eau de qualité est nécessaire, mais elle doit aussi être en quantité suffisante et maîtrisée face aux risques successifs avérés d’épisodes de sécheresse et d’inondation.

Une politique de l’eau ambitieuse est donc plus que jamais nécessaire pour remplir ce double objectif. Nous voulons donc engager un plan d’actions portant sur l’ensemble des espaces des cycles de l’eau pour répondre au changement climatique et remettre l’eau et ses milieux au cœur des comités de bassin et des agences.

Sanctuariser les moyens d’une politique de l’eau

La création de l’Agence de la biodiversité, voulue par le gouvernement, peut disperser notre action comme elle peut en renforcer la cohérence sous réserve d’affectation ciblée à partir des ressources nouvelles identifiées. Mais notre volonté première est d’accompagner les maîtres d’ouvrage dont les moyens se réduisent, de maintenir l’investissement et de renouveler les réseaux pour garantir l’alimentation en eau de nos concitoyens.

Nous ne répondrons à ces défis majeurs que si les moyens des agences de l’eau sont préservés. Le prélèvement annuel de 175 millions d’euros sur leur budget va ainsi à l’encontre de ce qui doit être notre objectif commun.

La redevance de l’eau doit servir cet objectif de la préservation de notre ressource en eau et de sa gestion. C’est un principe que nous avons maintes fois rappelé. L’enjeu de la biodiversité ne saurait remettre en cause une fiscalité juste et efficace au service de l’eau. Cet enjeu peut être relevé par les agences sur de nouvelles lignes budgétaires dédiées.

Face au défi du changement climatique, notre volonté est unanime. Il convient maintenant de garantir et sanctuariser les moyens d’une politique de l’eau ambitieuse et de rester fidèle à un principe fondamental : l’argent de l’eau doit plus que jamais aller à l’eau.

Commentaires

2  |  réagir

07/09/2016 08h45 - valery djondo

En Guadeloupe, un musée à la Gloire de l’abolition de l’esclavage par la Franc Maçonnerie et l’Eglise (!) aurait été financé en partie grâce à des budgets en principe consacrés à l’eau…

Il y a une controverse à ce sujet car il n’y a pas de preuve publique de ce choix politique. Il y aurait eu des indiscrétion émanant de fonctionnaires bien placés et votre article m’a permis d’affirmer que c’était vrai.

J’aimerais en savoir plus, sur la possibilité qu’une ligne budgétaire en principe consacrée aux agences de l’eau a bien pu servir au financement du Macte en Guadeloupe s’il vous plait.

Signaler un abus
16/12/2015 09h03 - ratonus

Il faut que tout l’argent prélevé par les Agences de l’Eau retourne au financement de la politique de l’eau.
Pour l’instant les collectivités ne sont pas aidées pour le renouvellement des réseaux. Un pourcentage d’aide même faible, 10 à 20 % favoriserait les projets et relancerait l’économie dans ce secteur d’activité des travaux publics.

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Autolib’ : du coup de com’ politique au fiasco financier

    Sauf coup de théâtre, le Syndicat Autolib' Vélib' Metropole actera jeudi 21 juin la résiliation du contrat de concession passé avec Autolib' en 2010, cinq ans avant son terme.Il reviendra ensuite au tribunal administratif de fixer le montant des indemnisations ...

  • Plans climat : le jeu risqué du gouvernement

    Les associations d’élus multiplient les appels au gouvernement pour qu'il flèche une partie de la taxe carbone vers les territoires, afin qu'ils puissent mettre en œuvre leurs plans climat-air-énergie territoriaux (PCAET) ainsi que les Sraddet. Mais ce dernier ...

  • Vélib’, les leçons d’un fiasco

    Désormais boulet politique de la maire de Paris, le dossier Vélib’ restera dans les annales comme l’un des plus gros échecs de renouvellement de contrat public. L’opérateur Smovengo a cumulé les failles, mais il n’est pas seul fautif. ...

  • « Troc ton job », un système ingénieux de bourse de l’emploi en interne

    Des années plus tôt, alors qu’elle passait le concours de rédacteur territorial, Yamina Bendaoui avait imaginé des ateliers de mobilité censés permettre aux agents territoriaux de voir ce qui se passait dans le service voisin, et de cibler les postes pouvant ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X