Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Opinion] Numérique

Une méthode pour bâtir l’école numérique de demain

Publié le 14/12/2015 • Par Auteur associé • dans : France, Opinions

Ecole numerique-H
MACS
Le 19 octobre, le Palais d’Iéna accueillait la quatrième conférence sociale de l’emploi. L’occasion pour le président de la République d’insister sur la nécessité de réformer le marché du travail pour permettre aux entreprises d’embaucher selon un programme faisant la part belle à la transition numérique. Une référence à peine voilée à la future loi « Macron », censée offrir de « nouvelles opportunités économiques » aux entreprises.

Hugues Saury

Hugues Saury

Président (LR) du conseil départemental du Loiret

Le 19 octobre, le Palais d’Iéna accueillait la quatrième conférence sociale de l’emploi. L’occasion pour le président de la République d’insister sur la nécessité de réformer le marché du travail pour permettre aux entreprises d’embaucher selon un programme faisant la part belle à la transition numérique. Une référence à peine voilée à la future loi « Macron », censée offrir de « nouvelles opportunités économiques » aux entreprises.

Sonner la grand-messe de l’emploi à l’heure du numérique, c’est aussi songer aux générations futures qui devront s’adapter aux nouvelles pratiques du monde de l’entreprise, en investissant dans l’école ouverte au digital et en donnant les moyens aux acteurs territoriaux de favoriser ces nouveaux modèles d’apprentissage.

Tous les responsables des systèmes éducatifs européens ont compris que l’entrée de l’école à l’ère du numérique représentait un enjeu essentiel pour leur société. En France, le « grand plan numérique » lancé par François Hollande en 2014 entend transformer la France en un pays leader de « l’e-enseignement ». Pourtant, loin de l’ambition affichée à ses débuts, ce projet ne concerne que 500 établissements scolaires.

N’en doutons pas, notre pays a aujourd’hui besoin d’un projet d’envergure nationale répondant aux besoins de la classe de demain : le « France digital savoir ». Ce plan ambitieux doit permettre de repenser l’école de la République en dotant les établissements des infrastructures nécessaires à l’enseignement numérique (bornes wifi, équipements numériques, etc.), en offrant aux élèves, du secondaire jusqu’aux études supérieures, la possibilité de développer les usages qui feront leur succès futur, enfin, en contribuant à réduire les inégalités et à favoriser la réussite de tous.

Les initiatives départementales en ce sens existent et le département du Loiret n’a pas attendu le gouvernement pour s’y intéresser. D’abord, depuis 2013, par le biais de l’expérimentation CarTab’, les 590 collégiens de l’établissement Gaston-Couté de Meung-sur-Loire utilisent des tablettes numériques disposant des outils d’apprentissage nécessaires à l’enseignement de demain.

Ensuite, grâce à l’innovation « campus numérique », une plateforme collaborative lancée depuis la rentrée dans les collèges Nelson-Mandela, à Saint-Ay, et Jacques-Prévert, à Saint-Jean-le-Blanc, la communauté éducative et ses élèves, dans et en dehors de l’école, accèdent à l’ensemble du programme scolaire et des contenus pédagogiques adaptés aux besoins éducatifs.

Mais développer et étendre ces initiatives ne se fera pas sans collaboration entre l’Etat, les collectivités territoriales et la communauté éducative. A ce titre, le ministère de l’Education nationale a-t-il bien pris la mesure de la situation financière « critique » des départements pour proposer, sans concertation préalable avec l’Assemblée des départements de France, un plan numérique engageant leurs finances ? Il est permis d’en douter.

Si l’accès au « digital savoir » a un sens, il se doit d’être global pour garantir une égalité concrète des chances. Et, pour ce faire, il est essentiel de le voir émaner d’une intelligence collective impulsée et pilotée par le conseil départemental, garant de la solidarité territoriale

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Une méthode pour bâtir l’école numérique de demain

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement