Conférence climat

Cop21 : récit d’une 2e semaine lourde d’enjeux

| Mis à jour le 14/12/2015
Par
cop-paris-2

Unfccc

La Conférence de Paris de 2015 sur le changement climatique (Cop21) est terminée. Retour sur les principales informations et les enjeux de cette deuxième semaine riche en évènements.

cop-3Donner le temps

La signature de l’accord final qui clôture la Cop21 a donc été décalée d’un jour au 12 décembre. La raison ? « Nous préférons nous donner le temps de consulter les délégations tout au long de la journée de vendredi », a indiqué la présidence française, citée par le quotidien Le Monde le 10 décembre dernier. Et pour cause, en ce vendredi 11 décembre, tout n’est pas encore finalisé. Une version du texte, présentée le 10 décembre, est encore loin de trouver les réponses à certains points nécessaires à l’obtention d’un accord historique.

« Bien en dessous des 2 degrés » - Ainsi, parmi les zones d’ombres, figure notamment le nombre de degrés de réchauffement à ne pas dépasser d’ici à 2100. Si l’idée de ne pas aller au-delà des 2 degrés était mis en avant jusque-là, les pays du Sud, ainsi que les acteurs non étatiques, demandent pour leur part que le plafond se situe à 1,5°C. Pour le moment, c’est l’option d’aller « bien en dessous de 2°C », toujours selon le Monde, qui semble la plus probable.

Deuxième point important, la question de savoir si la responsabilité commune différenciée (c’est-à-dire qu’il est demandé un engagement plus important des pays dits développés) doit encore être éclaircie, ainsi, par exemple, que la question du financement. En effet, si 100 milliards de dollars par an des pays les plus riches, aux pays les plus pauvres, ont été promis, reste maintenant à en connaitre la répartition, le nombre de pays qui devront s’en acquitter, etc.

Autre exemple parmi les incertitudes, celui du mécanisme de révision, qui doit encore être défini. Rappelons que les promesses des pays faites jusque-là, font tendre vers un scénario à 3°C. Il sera donc nécessaire de réviser les engagements au fur et à mesure. Reste à savoir quelles en seront les modalités.

Prix du carbone - Enfin, il aura beaucoup été question de la question du prix et du marché du carbone lors des négociations interétatiques dans le cadre de la COP21, car sans un signal prix, comment sortir des énergies fossiles. Bien évidement, les pays du Golfe s’y sont opposés, eux dont l’économie et la richesse sont fortement basées sur le pétrole et le gaz. De nombreux industriels sont prêts à jouer le jeu, mais au final, il semblerait que l’accord de paris n’y fasse pas allusion.

A juste titre, le Comité 21, organisateur de Solutions COP21, a estimé que le texte actuel de l’accord, s’il restait inchangé, pourrait comportait « une grande hypocrisie, à savoir : afficher l’objectif ambitieux de limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré au cours du XXIème siècle alors qu’aujourd’hui, les moyens sur la table nous rapprochent des 3 degrés. Il ne constituerait qu’un texte d’étape par rapport à la COP 22 accueillie par le Maroc (Marrakech) ».

 

Sommet des mairesLes collectivités locales à nouveau sur le devant de la scène

Du côté des territoires, le rôle crucial des collectivités locales a également été rappelé lors de cette deuxième et dernière semaine de Cop21 avec une séquence de l’Agenda des Solutions dédiée à ces dernières le 8 décembre. Egalement appelé le Plan d’action Lima-Paris (LPPA, dans son abréviation anglaise), cet agenda est une démarche qui cherche à mobiliser les acteurs non étatiques (villes, régions, entreprises, investisseurs et la société civile) et qui constitue le 4e pilier de l’Accord de Paris (1). Il regroupe plus de 70 grandes initiatives coopératives impliquant 10 000 acteurs et 7 000 engagements individuels, plusieurs centaines de milliards de dollars réorientés sur le climat et 2000 entreprises engagées.

A l’occasion de cet événement, Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie, a rappelé que « les collectivités sont régulièrement à l’avant-garde de la lutte contre le dérèglement climatique et nourrissent les initiatives prises à l’échelle nationale ou internationale ».

Stratégie bas carbone - Pour favoriser ce volontarisme, la ministre a aussi annoncé que « la France se mobilisera pour permettre aux collectivités (rurales, urbaines, agricoles) de tous les continents d’élaborer un plan climat et une stratégie bas carbone au plus près des habitants afin de mettre en œuvre les objectifs fixés dans l’accord de la COP21 ». Malheureusement, un peu plus tard au Sénat, les parlementaires ont supprimé l’article 11 ter du projet de loi de finance rectificatif qui fixait la trajectoire carbone jusqu’en 2019. Une décision incompréhensible à l’heure de la tenue de cette conférence internationale et après le vote de la loi de transition énergétique…

Résilience - Ségolène Royal a par ailleurs fait part de sa volonté « renforcer la résilience dans le plus grand nombre de villes et de régions possibles, avec une attention particulière accordée aux populations les plus vulnérables », précise un communiqué du ministère.

Au cours de cette même séquence, la ministre a enfin rappelé les nombreux engagements pris par les acteurs non étatiques en faveur du climat qui s’élèvent à près de 11 000 et sont répertoriés sur la plateforme NAZCA. Il a également été rappelé que plus de « 7000 collectivités ont pris des engagements opérationnels et ambitieux pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre ».

TEPCV et BEI- Le ministère  de l’Ecologie a profité de la tenue de la COP21 pour mettre à l’honneur les territoires à énergie positive pour la croissance  verte. A cette occasion, a été annoncé le déblocage d’un milliard d’euros de la BEI pour le financement de plusieurs projets de grande envergure dans les domaines du logement, de l’efficacité énergétique des bâtiments, du soutien aux PME et ETI, ou encore de la biomasse. « L’action en faveur du climat est une priorité pour la BEI : cela devrait représenter près de 40% de notre activité en France en 2015 », a souligné le Vice-Président de la BEI Ambroise Fayolle. D’autres financements spécifiques ont également été annoncés.

Projet de loi biodiversité - Enfin, Ségolène Royal a annoncé que le projet de loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages serait examiné par le Sénat à la mi-janvier pour une adoption définitive avant l’été. Elle a également remis au Bourget le label aux 12 lauréats de 2015 de la Stratégie nationale biodiversité qui sera étendue à partir de l’année prochaine avec comme objectif d’atteindre 2 000 partenaires avec des collectivités en 2020 contre 440 aujourd’hui. Cette mission sera confiée à l’Agence pour la biodiversité.

Convention des maires - Markku Markkula, président du Comité européen des régions, et Maroš Šefčovič, vice-président de la Commission européenne, ont invité les collectivités locales et régionales du monde entier à rejoindre la Convention des maires, dont les signataires s’engagent à réduire le niveau de leurs émissions de carbone de 1990 d’au moins 40 % d’ici 2030. A travers elle, depuis 2008, plus de 6 500 villes et régions, représentant plus de 200 millions de citoyens, ont convenu de diminuer de plus de 20 % leurs émissions de carbone d’ici 2020.

 

Transporune-intermodalitéts : l’aérien et le maritime laissés sur le bas-côté ?

Côté transports, la grande info de la semaine a concerné les domaines aérien et maritime. En effet, alors que ces derniers devraient tout de même représenter la bagatelle d’un tiers des émissions de GES dans le monde d’ici 2050, un paragraphe du projet d’accord final les concernant qui, comme l’a indiqué 20 minutes le 10 décembre, « nommait ces secteurs pour les inciter à réduire leurs émissions de carbone », a purement et simplement  été supprimé.  Et pour cause, « de nombreux pays dépendent trop du transport de marchandises et de l’aviation pour tolérer la mention de ces deux secteurs, les Etats-Unis et la Chine en premier lieu », et ajouté le quotidien.
Route du futur - En parallèle de négociations, plusieurs événements ont concerné le secteur au cours de la semaine. Parmi elles, figure notamment une conférence de les Autoroutes et tunnel du Mont Blanc (ATMB) portant sur la route du futur, organisée le 10 décembre dernier au Grand Palais à Paris. Au cours de cette rencontre, la question de savoir quelles transformations doivent subir les infrastructures pour tendre vers une plus grande durabilité a été abordée, avec les conclusions suivantes : celles de la nécessité de favoriser la route plus sûre et plus verte. (Retrouvez dès le 14 décembre notre compte rendu complet sur les sites de la Gazette.fr et du Club Technique.fr)

Ferroviaire – De son côté, Fer de France organisait, une série de conférences sur la mobilité et sur le rôle du mode ferroviaire dans la ville durable. La matinale du 8 décembre par exemple, tentait de répondre à la question : « une croissance urbaine sociale et durable est-elle possible sans public transport ? ». Non, selon Jean-Marc Janaillac, pdg de Transdev, qui faisait partie des invités de la rencontre, et qui a mis en avant le rôle social, économique, et climatique que peuvent jouer les transports publics dans la ville de demain.

Consulter la vidéo (en anglais)

http://www.dailymotion.com/video/x3hisjf

 

Et aussi…

Solutions COP21 - L’exposition Solutions COP21 qui regroupait les acteurs non étatiques au Grand Palais à Paris, s’est terminée le 10 décembre avec un bilan de 42 000 visiteurs reçus entre le 4 et le 10 décembre. Premier point positif : 74 % des visiteurs ont déclaré qu’ils s’engageaient à modifier leurs habitudes et leurs comportements pour limiter leur impact sur le climat (sondage Ifop). Certes, ce chiffre est dérisoire par rapport aux enjeux mondiaux du climat, et des négociations en cours au Bourget.

Démocratie énergétique - Le rôle fondamental des citoyens dans la transition énergétique en Europe a été rappelé lors d’une conférence du réseau européen des coopératives énergétiques (REScoop) le 10 décembre.  « Les pays ne peuvent faire évoluer leur modèle énergétique que si les citoyens s’en emparent », a rappelé Ségolène Royal en clôture, en saluant par ailleurs le projet de fonds européen citoyen et participatif destiné à accélérer les projets de transition énergétique. Lors de cette conférence, a également été signé un « important protocole de coopération franco-japonais dans le domaine des villes durables et du transport propre », indique le ministère.

2015, année des records climatiques - Copernicus, le service phare de l’Union européenne pour l’analyse du climat et de l’atmosphère, a dévoilé son analyse des épisodes climatiques exceptionnels de 2015 et a souligné que les douze derniers mois avaient constitué la période annuelle la plus chaude jamais enregistrée. « Le trou dans la couche d’ozone de l’Antarctique est non seulement l’un des plus grands jamais observés, mais également beaucoup plus profond que d’habitude », rapporte un communiqué de Copernicus. Une bien mauvaise nouvelle…

Assurances et catastrophes naturelles - CCR a organisé une conférence sur l’impact de l’évolution du climat sur les catastrophes naturelles du point de vue régime d’assurance. Une étude menée avec Méteo France et intitulée « Modélisation de l’impact du changement climatique sur les dommages assurés dans le cadre du régime Catastrophes Naturelles »  y a été présentée.  « L’originalité de cette étude est qu’elle permet d’obtenir des résultats à une échelle fine au niveau spatial (25 mètres) et temporel (utilisation de données horaires) », précise le CCR. On y apprend notamment  que la sinistralité Cat Nat causée chaque année par des événements climatiques en métropole devrait doubler d’ici 2050. Et que le changement climatique entrainerait une hausse de 20% de la sinistralité à horizon 2050. Par type de risques, les évolutions seraient les suivantes :

  • Inondations par débordement et ruissellement : hausse de 20% principalement liée à l’augmentation des phénomènes cévenols ;
  • Submersions marines : hausse de plus de 60%, essentiellement liée à l’élévation du niveau de la mer (+20 cm à horizon 2050, selon le scénario du GIEC retenu) ;
  • Sécheresse : les dommages resteraient constants au niveau national mais de fortes disparités régionales sont mises en évidence par l’étude à fine échelle.

 

Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Les transports, premier chantier de la métropole Aix-Marseille-Provence

    Les élus de la métropole Aix-Marseille-Provence, créée en janvier 2016, voteront le 15 décembre prochain en faveur d’un agenda de la mobilité, chargé de régler les problèmes de congestion d’un vaste territoire où la voiture individuelle est reine. ...

  • Ambition d’universalité pour les « EcoQuartiers »

    Le label EcoQuartier se renouvelle en 2016 pour rallier davantage de collectivités et de projets. Avec un objectif de 500 labellisés pour les deux prochaines années, parviendra-t-il à garder son niveau d’exigence ? ...

  • Le BIM, un changement de paradigme pour les services

    Chacun sait désormais ce qu’est le BIM et ce qu’il peut apporter. Mais il nécessite de profonds changements dans les pratiques des services techniques, que ce soit au niveau de la conception, de la définition des travaux, du suivi des opérations ou encore de la ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP