En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

13

Commentaires

Réagir

Elections

Régions FN : quels seraient les effets collatéraux pour les autres collectivités ?

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : A la une, France

13

Commentaires

Réagir

conseil-regional-alsace-une © Denis Helfer CC

Institutions centrales en matière de développement économique et de grandes infrastructures, les régions financent une multitude de projets. L’arrivée du FN en PACA, en Alsace / Champagne-Ardenne / Lorraine, ou en Nord-Pas-de-Calais / Picardie aurait donc des conséquences lourdes pour les villes et les départements concernés.

 

Le président de l’Assemblée des départements de France Dominique Bussereau (LR) ne masque pas son inquiétude. Pour lui, l’arrivée du FN à la tête de certains exécutifs régionaux « créerait un bouleversement effroyable » : « Les conférences territoriales de l’action publique, sans lesquelles les régions ne peuvent pas fonctionner, risquent d’être bloquées. Depuis la réforme territoriale, tout projet important suppose en effet un accord entre collectivités. Or, je vois mal Martine Aubry aller demander de l’argent à Marine Le Pen. »
Un constat qui vaudrait aussi, à coup sûr, pour le patron de la métropole Nice-Côte d’Azur, Christian Estrosi (LR) et Marion Maréchal Le Pen, tête de liste (FN) en Provence-Alpes-Côte d’Azur

Si le FN l’emportait en Nord-Pas-de-Calais / Picardie et en PACA, voire en Alsace / Champagne-Ardenne / Lorraine ou en Bourgogne / Franche-Comté, la philosophie de la réforme territoriale serait mise à mal. Sous l’égide de la ministre de la Décentralisation Marylise Lebranchu, le gouvernement a, en effet, tenté le pari de l’intelligence locale et du consensus. Ce dispositif a fait ses preuves en Bretagne, au moment le PS y détenait la grande majorité des collectivités. Résisterait-t-il, ailleurs, à l’arrivée du FN ?

Budgets de 2 à 3,5 milliards

L’enjeu est de taille. Les budgets des régions « Grand Est », PACA et « Grand Nord» se situent entre 2 et 3,5 milliards d’euros. Difficile pour les collectivités des territoires concernés de faire sans elles. Particulièrement à l’heure de la baisse drastique des dotations de l’Etat…

Le président (Divers gauche) du Grand Dunkerque, Patrice Vergriete est pourtant catégorique : « Il est hors de question que je travaille avec Marine Le Pen ! ». « Les techniciens de ma collectivité parleront alors avec ceux du conseil régional. On verra si nos projets seront financés », ajoute-t-il.

La région apporte une part importante des financements des projets du Grand Dunkerque. Pour le projet DKplus, qui vise notamment à développer l’usage des transports en commun sur ce territoire de près de 200 000 habitants et représente un investissement total de 60 millions d’euros, sa part s’élève à 14 millions d’euros. Soit 23%.

Déjà, la modification de l’assiette du versement transport avait entrainé une première tension sur le financement de ce projet. Le Grand Dunkerque a dû compenser ce manque à gagner. Que pourrait décider un exécutif régional FN ? Difficile de savoir, tant ce parti s’est peu prononcé sur le thème des transports. Domaine qui représente pourtant le premier poste du budget régional…

Fusion à haut risque

L’inquiétude est présente. Philippe Eymery, élu FN au Grand Dunkerque et numéro deux sur la liste régionale FN conduite par Marine Le Pen, a voté contre le projet DKplus en conseil communautaire. Chercherait-il, en cas de victoire le 13 décembre, à bloquer ce financement ? Difficile à dire.

S’il l’emportait, le FN devrait ainsi se frotter à des problématiques nouvelles pour lui. En Alsace / Champagne-Ardenne / Lorraine, le chef de file du Front National, Florian Philippot, devrait mener la fusion entre les trois anciennes régions. Une opération qu’il a toujours combattue.

Mutualisation des services, fusion des budgets, harmonisation des politiques publiques : ce chantier est titanesque. « Des cadres de ces régions vont partir et le FN ne parviendra pas à les remplacer. Les bourdes s’enchaîneront. Les autres collectivités se feront un plaisir de trainer ces régions devant les tribunaux administratifs », prédit un haut-fonctionnaire d’Etat.

Un point de vue qu’infirme un proche de la tête de liste Marion Maréchal Le Pen (FN), cité dans Le Monde : « On reçoit des paquets de CV de gens qui ont un très bon niveau d’études, travaillent dans l’administration territoriale, dans d’autres départements ou dans des grandes villes ».

Les pleins pouvoirs en matière de développement économique

Si le FN l’emporte le 13 décembre, sa crédibilité sera particulièrement jugée à l’aune du développement économique. Dans ce domaine, la loi NOTRe du 7 août 2015 élève les régions au rang de véritables chefs de file.

Ces collectivités bénéficieront aussi, à compter de 2017, d’environ 4 milliards d’euros supplémentaires, issus de la part départementale de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE). Elles verront en conséquence leur budget consacré au développement économique tripler par rapport à 2013 (2 milliards d’euros, soit 7 % du budget total).

« La région est seule compétente pour définir les régimes d’aides et pour décider de l’octroi des aides aux entreprises », rappelle Thomas Collin, administrateur territorial, enseignant à l’IEP de Lille et spécialiste des questions régionales. De plus, les régions peuvent également participer au capital de sociétés commerciales, de capital-investissement ou ayant pour objet l’accélération du transfert de technologies.

Surtout, les autres collectivités ne peuvent plus faire ce qu’elles veulent en matière de développement économique. Selon la loi NOTRe, leurs actes doivent être désormais compatibles avec le schéma régional de développement économique, d’innovation et d’internationalisation défini par leur région. Autrement dit, les orientations stratégiques d’une région revêtent désormais un caractère opposable.

« Le renforcement de la portée juridique des schémas régionaux joue un rôle significatif dans la montée en puissance de la région », insiste Thomas Collin. Ce nouveau pouvoir oblige aussi.

En Nord-Pas-de-Calais-Picardie, où les attentes en matière d’emploi et de développement économique sont énormes, le Front National n’aurait pas le droit à l’erreur.

Haut de page

13

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

13 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. interco 10/12/2015, 12h48

    La maison est en feu, mais qui sont les pyromanes?
    Depuis tant d'années nous observons fascinés la lente montée des extrêmes et nul ne pense qu'à faire monter la peur de l'autre en cherchant un bouc émissaire. Les français sont délaissés et se sentent abandonnés, mais qui leur parle? Quel projet pour demain alors qu'il y a tant à faire?
    Que voit-on à la télé?
    D'anciens ministres qui palpent des milliards et qui amusent la galerie de leurs frasques; des politiques plus souvent photographiés à la page des faits divers que pour leur action publique; des turlupins de droite éructant contre un pouvoir qu'on leur aurait volé; des margoulins de gauche interchangeables avides de trouver un maroquin, etc, etc....
    Bel exemple pour nos enfants, qui fait son examen de conscience? Pas grand monde, hélas!
    Alors assez de pleurnicheries et mettons nous au boulot, il y a toujours eu des crises et on les a toutes surmontées, celle-là risque d'être plus longue, c'est tout.
    Arrêtons de nous bouffer le nez et poussons le balancier vers l'autre côté.

  2. 2. Chérel Paul - pas de pseudo 10/12/2015, 11h48

    Je ne vote jamais pour le FN mais suis surpris de voir la gazette des communes se fourvoyer (excusez ce terme) dans ce procès à priori du FN en mêlant sa voix au chœur insignifiant des opposants incapables de donner le moindre argument étayant les peurs manifestées et orchestrées. Mais l'article lui-même donne matière à réflexion en dénonçant le système de décision et de financement du moindre projet, porte ouverte à des compromis et magouilles diverses. Cette réforme territoriale, qui n'en est pas une, n'a pas su déterminer des compétences vraiment octroyées, pleines et entières, pour chacune des feuilles du millefeuille. On en voit le résultat dans le cas cité. Le FN, pas plus qu'un autre parti, ne se penchera sur cette aberration de gestion et responsabilité. Paul Chérel

  3. 3. gil44 10/12/2015, 11h39

    depuis plus de 40 ans je suis un électeur de gauche, et j'en suis fier, même si je suis conscient que bien des manquements ou des erreurs sont faites,
    je suis fier de partager et de soutenir cet esprit de tolérance, et d'ouverture vers les autres surtout s'ils sont différents de moi, cela me permet de m'enrichir, alors oui je continurai d'apporter mon soutien à ces femmes et hommes qui portent ces valeurs
    Mais si aujourd'hui, une majorité aveuglée faisait le choix du F.N. TRES BIEN allons-y cela aura au moins le mérite de concrétiser l'absurdité de leur programme, de foutre le bordel généralisé, et de provoquer un électro choc pour tout le monde.
    Continuez, porter MARINE à l'élysé, que chacun rigole un peu.

  4. 4. ugottale 10/12/2015, 10h56

    si , "moi je" , n'avait pas reculé , à chaque fois qu'il rencontrait les 618 000 élus locaux , tournés vers le passé en rongeant leur os déjà vide de sa substantifique moelle , les 8 régions , fusionnées avec les départements et les 2 500 collectivités territoriales , fusionnées avec les 36 769 communes , seraient déjà opérationnelles , pour relancer l' entreprise FRANCE , indépendamment des fluctuations électorales locales !
    au lieu de cela , les 618 000 élus , jaloux de leurs prérogatives , ne peuvent pas se départir de leurs habitudes sclérosantes et continuent à jouer au monopoly , avec la banque de l' Etat , c'est nous , trop endettée , mais qui continue à faire des promesses inatteignables ,
    alors que 80 000 élus , candidats admis après tests d'aptitude à l' intérêt général , mieux payés et à temps plein , mais prévenus qu'ils seraient responsables en cas d'erreur personnelle es qualité , 80 000 élus seraient mieux à même de promouvoir des politiques , de gestion actuelle , et de prévisions à moyen et long terme !

  5. 5. mac 10/12/2015, 10h08

    je suis assez d'accord avec Stan sur ce coup là... halte à la diabolisation en amont ! Nous n'avons aucune idée de ce qui sera fait, ni même du résultat des élections! Si le FN est un parti anti démocratique comme on nous l'assène si souvent, alors il faut le dissoudre, sinon il faut laisser faire le jeu démocratique
    Et notre démocratie serait bien fragile si les montages "ad hoc" effectués par certains partis ne convenaient pas pour tous...

  6. 6. Henri Tanson 10/12/2015, 09h58

    @gil44
    Mais non, même si le FN se vautre, ici où là, en essayant de gérer de nouvelles collectivités, les électeurs qui votent pour lui continueront...
    Pourquoi ? Parce que les autres partis ne représentent plus rien et les Français n'en veulent plus.
    Le vote FN devient un vote par défaut et un vote protestataire.

    Notre seul espoir c'est de vouloir croire que l'on peut encore donner sa chance à un nouveau parti politique.

    Même si tout est fait pour empêcher cette éventualité.
    C'est aux électeurs d'ouvrir les yeux, de remettre en question leurs certitudes, ou leur dégoût de la politique pour se remettre à y croire: il y a une vie en dehors du LRPSFN.

  7. 7. Henri Tanson 10/12/2015, 09h52

    Quel jeu jouez-vous, Cédric Néau ?
    Arrêtez de dire que le FN serait un parti différent des autres: il joue exactement le même jeu, en racolant peut-être un peu plus que les autres; cette campagne a été une escalade de mensonges et de démagogie.
    LRPS ont besoin de faire peur avec le FN pour ramener à eux les votants "par défaut" ou ceux qui votent "contre" puisqu'ils ne peuvent plus espérer des votes "pour"...
    Et vous jouez ce jeu, vous-même, en laissant entendre que le FN au pouvoir, ce serait un cataclysme !
    La France est mal en point quand elle n'a plus à offrir que ce choix délétère motivé par le racisme et le rejet de l'autre.
    Et LRPS n'a jamais pu s'opposer à lui par des idées, des projets, une droiture, des valeurs...
    Pourtant, ce serait si facile de dire la vérité sur chacun des partis en place; mais personne n'est assez propre sur lui pour oser rentrer dans ce jeu...
    Là est notre drame: le monde politique et médiatique, main dans la main, conduisent la France vers un gouffre...

  8. 8. A.PICHOT 10/12/2015, 09h40

    J'ai plusieurs fois renoncé à répondre à ces propos, de plus en plus nombreux, de plus en plus ouverts, sur la problématique que poserait le FN.
    Nous sommes, nous élus FN comme nos militants, habitués depuis longtemps à l'invective, l'insulte, le doute, la suspicion etc.
    Il nous faut lire ou entendre une bonne dose de mauvaise foi ou de bêtise pour nous faire réagir.
    C'est le cas sur ce site depuis quelques temps déjà.
    Ce nouvel article, de la même eau que tout ce que l'on peut lire en ce moment en présente les caractéristiques.

    Un FN qui bloquerait tout, qui comme dans une cour d'école se vengerai de tel ou tel, qui, comme acquis maintenant par la pensée unique, manquerait ce compétences ou de vue politique.
    A l'inverse, des fonctionnaires refusant de collaborer ( faire simplement ce pourquoi il sont rémunérés pourtant !) ou pire, faisant du sabotage dans le simple but de faire échouer la gestion de ces élus ( ce qui serait condamnable) etc.
    Il y a aussi, dans la teneur générale de cet article, ce fond perpétuel de déni de démocratie envers nos représentants élus, cette collusion avec l'idéologie dominante entretenant une peur irraisonnée à notre égard.
    Ancien fonctionnaire d'état et bien qu'élu municipal FN, j'ai toujours servi avec loyauté mon pays et son gouvernement pour lequel je n'ai pourtant jamais voté.
    Là encore, là aussi ( dans la FPT) verra-t-on des fonctionnaires manquer de déontologie, de loyauté ou tous autres défauts dont on nous fait si injustement détenteurs uniques...

  9. 9. DR 10/12/2015, 09h37

    Si le FN gagne certaines régions, je pense que pour montrer patte blanche pour les présidentielles, il ne prendra pas de décision catastrophique. Il mènera plutôt des actions qu'il pourra faire valoir à son actif positif durant la campagne de 2017.

  10. 10. Démocratie ? 10/12/2015, 09h35

    Bel exemple de démocratie !
    Depuis des années le FN accuse ce qu'il appelait l'UMPS de collusion. On en riait pensant à de la propagande. On voit aujourd'hui des désistements pour faire barrage à un parti. Avant la présidentielle laisser les présidents FN éventuels (ce n'est pas encore acquis...) montrer leur incompétence annoncée, ne serait-ce pas une solution ? La deuxième partie de l'article montre les enjeux économiques.
    Dans un récent article ne nous a t-on pas rassuré sur le fait que la plupart des crédits des Régions étaient fléchés, et que sur les milliers de décisions prises par les Régions, très peu étaient sous la dépendance de l'éxécutif ?
    On lit que le Président du grand Dunkerque n'adresserait pas la parole au Président de Région si c'était la présidente du FN qui était élue, mais accepterait bien l'argent sollicité par les Elus, est bien respectueux du choix encore une fois éventuel des électeurs ? Le désistement de la gauche devrait profiter à l'union de la droite "traditionnelle".
    On nous annonce que tous les cadres vont partir. Le Président de l'ADF nous dit que des présidences FN créeraient un bouleversement effroyable. Je constate qu'il n'y a pas que le FN qui surfe sur des peurs.
    Par ailleurs est-ce vraiment neutre de citer les grands partis au pouvoir, sans citer les éventuelles réponses du FN ?
    Il est vrai que l'exemple du bonheur idylique est celui de la Bretagne ou Région et départements étaient du même roser. Comme quoi le parti unique semblerait préférable ?
    A vanter ce système et à dire que l'on ne peut travailler dans la diversité des couleurs politiques, on va conduire les électeurs à voter pour donner une couleur unique FN dans une région à tous les échelons territoriaux. Je ne sais pas si c'est ce qui est souhaité...

  11. 11. Stan 10/12/2015, 09h23

    Cet article n'est pas à mettre à la gloire de son rédacteur. Un minimum de réserve aurait été le bienvenu, d'autant qu'il n' y a rien de factuel vu que nous ne connaissons pas le résultat de l'élection.

  12. 12. MIRAE 10/12/2015, 08h47

    ET MALGRE TOUT CELA ... PERSONNE NE SE REMET EN QUESTION, C'EST TOUJOURS LA FAUTE DE L'AUTRE !!! ON REVE

  13. 13. gil44 10/12/2015, 08h43

    ces inquiétudes justifiées sont parfaites, laissez le F.N. prendre des régions, et si la catastrophe se réalise, les électeurs qui l'on voulu vont comprendre et adieu MARINE au 2 ème tour des présidentielle de 2017
    il faut laisser les électeurs frontistes subir les conséquences de leur choix

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.