En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club Prévention Sécurité

 

Réagir

Cohésion nationale

Vers un renforcement de la politique de la ville en réponse aux attentats ?

Publié le • Par • dans : Actu prévention sécurité, France

0

Commentaire

Réagir

KANNER © R. Baron / Light Motiv

Le ministre de la Ville a mis la pression sur le réseau territorial de la Politique de la ville, lors d'une réunion de travail à huis-clos organisée le 1er décembre. Patrick Kanner a annoncé la tenue d’un troisième Comité interministériel à l’égalité et à la citoyenneté (CIEC) au printemps 2016.

 

Patrick Kanner a profité du traditionnel rendez-vous de fin d’année entre le ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports et son administration déconcentrée, mardi 1er décembre à Pierrefitte-sur-Seine (93), pour sonner la mobilisation générale après deux séries d’attentats ayant respectivement fait 17 et 130 morts. « Face à des actes d’une telle violence, ce sont aux services de police, de justice, de défense d’intervenir immédiatement. Mais après le traitement de choc, s’impose un traitement de fond », les a-t-il prévenu d’emblée, en donnant le cadre d’action des prochains mois.

Sans nier « la complexité » du phénomène de radicalisation, qui est « sans doute la résultante d’une multiplicité de facteurs », le ministre de la Ville appelle à construire, en réponse à ces tueries de masse en partie perpétrées par des Français, « une société plus égalitaire, plus éduquée et plus fraternelle. »
Pour cela, il a réaffirmé sa volonté de renforcer la réponse « Politique de la ville », plaidant notamment pour un renforcement de la présence adulte dans les quartiers prioritaires. « L’objectif n°1, c’est plus d’adultes et des adultes mieux formés pour accompagner, fixer des repères et des cadres à notre jeunesse. »

Des actes plutôt que de sempiternelles promesses

Dans une autocritique pas si fréquente, le ministre a également pris acte que la politique de la ville, qui porte depuis plus de trente ans d’ambitieuses promesses, tarde à se concrétiser sur le terrain, et a reconnu que « les mesures des deux Comités interministériels à l’égalité et à la citoyenneté [Ndlr : organisés dans l’hyper-centre de Paris le 6 mars et aux Mureaux le 26 octobre 2015] restent pertinentes, mais elles ne produiront d’effets que si elles sont appliquées. »

Les préfets à l’Egalité des chances, les sous-préfets Ville, les secrétaires généraux aux Affaires régionales, les directeurs régionaux de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion sociale ainsi que les directeurs départementaux de la Cohésion sociale présents aux Archives nationales ont donc été invités à « ne pas perdre de temps » et à se saisir au plus vite des priorités récemment établies par le gouvernement :

  • la lutte contre les discriminations ;
  • la lutte contre les ségrégations ;
  • la prévention de la radicalisation ;
  • l’amélioration des relations police-population, « qui a déjà trouvée une première traduction dans la signature d’une circulaire intérieur-ville » ;
  • le renfort de moyens à destination des quartiers jugés très prioritaires, « notamment avec le déploiement de délégués du gouvernement dès janvier 2016. »

Un troisième CIEC au printemps 2016

Ce plan d’actions fera l’objet d’un premier bilan lors d’un troisième comité interministériel à l’égalité et à la citoyenneté, probablement organisé « en mars-avril 2016. »
A noter : le ministère de la ville souhaite accélérer la cadence mais aussi « imaginer des mesures complémentaires, là où les réponses manquent. » Pour cela, Patrick Kanner a multiplié les échanges – qu’il a qualifiés « d’ instructifs » – avec les principaux acteurs associatifs, depuis le 13 novembre dernier. Des groupes de travail thématiques seront également mis en place d’ici là, en associant le réseau national de la politique de la ville, pour enrichir la réflexion.

Lors de la réunion du 1er décembre, celui qui était président du conseil départemental du Nord avant de rentrer au gouvernement a d’ores et déjà esquissé quelques pistes d’actions que l’exécutif pourrait investir dans les mois à venir.

Alors que plusieurs collectivités semblent encore réticentes à développer le « pouvoir d’agir » de leurs citoyens, malgré l’ambition affichée de la loi Lamy du 21 février 2014 en la matière, le gouvernement devrait de nouveau insister sur la participation des habitants : « nous devons, dans les quartiers prioritaires, encourager les forces progressistes – y compris à l’échelle des individus – à s’exprimer et à prendre part à la mobilisation collective. »

Mobilisation partenariale

Autre chantier qui devrait être approfondi par les acteurs publics et parapublics : « que ce soit par le sport, par l’éducation populaire ou par la culture, nous devons proposer une offre plus dense à notre jeunesse » a martelé Patrick Kanner. Le ministre de la Ville compte également mobiliser le service public de l’emploi et les partenaires du contrat de ville pour développer un « suivi individualisé de tous les jeunes demandeurs d’emploi dans les quartiers prioritaires. »

Il propose aux bailleurs sociaux de développer la médiation sociale en soirée et en week-ends. L’ex-élu local appelle aussi les collectivités – sans les nommer directement mais en prenant l’exemple de « la prévention spécialisée », un de leurs services utiles pour « le repérage des jeunes les plus exposés et leur orientation vers la garantie jeune » – à renforcer « la présence des institutions publiques et des services publics de proximité  dans les quartiers prioritaires. »

Une étude de faisabilité a également été lancée avec des acteurs de terrain en vue d’une éventuelle ouverture le week-end et pendant les vacances de certains équipements publics – et notamment des services sociaux, une proposition qu’avait déjà émise Patrick Kanner en octobre dernier.

De la phase de diagnostic jusqu’au développement des centres de santé, le ministre de la Ville milite en parallèle pour muscler le volet Santé des contrats de ville. Par ailleurs, le gouvernement réfléchirait à « accentuer le travail d’accompagnement du vieillissement de la population dans les quartiers. » Le ministre, son équipe, l’Etat local ainsi que les collectivités concernées, les bailleurs sociaux et les acteurs associatifs ont donc du pain sur la planche.

Haut de page

Sur le même sujet

Cet article est en relation avec

Contenu Premium

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.