En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

3

Commentaires

Réagir

Régionales 2015

Vers une France des régions balkanisée

Publié le • Par • dans : A la une, France

3

Commentaires

Réagir

carte-france-region-2015-une © FranceTVInfo

Le premier tour des régionales marqué, le 6 décembre 2015, par la percée du FN, le revers inattendu de la droite et une relative résistance de la gauche apparait lourd de tensions et de divisions à venir entre collectivités territoriales.

 

L’organisation bipolaire de la vie politique a vécu. Au-delà d’une abstention colossale (50,1 %), le premier tour du scrutin régional du 6 décembre confirme l’avènement du tripartisme. Comme aux européennes de mai 2014, le FN (28 %) devance les listes LR / UDI / MODEM (27 %) et PS / PRG (23,5 %).

Comme aux municipales de 2014 et aux départementales de 2015, les considérations nationales balaient tout sur leur passage. Principale victime collatérale : l’action publique de proximité.

Dépourvu de véritable assise locale, le FN se qualifie haut-la-main pour le second tour dans les 13 régions métropolitaines. Peu présente dans la vie régionale pour l’une, novice pour l’autre, Marine Le Pen et Marion Maréchal-Le Pen décrochent des scores faramineux, inespérés il y a encore trois ans.
Dès le premier tour, elles dépassent les 40 % des suffrages dans le Nord-Pas de Calais / Picardie (40,6 %) et en Provence-Alpes-Côte d’Azur (40,5 %). L’écart avec leur concurrent LR, d’environ 15 points dans les deux cas, dit tout de la fracture, béante, entre les électeurs et la classe politique traditionnelle.

Tsunami national

Malgré le désistement des socialistes au second tour, Marine Le Pen et sa nièce se trouvent en ballotage favorable. En Provence-Alpes-Côte d’Azur, Marion Maréchal-Le Pen peut même compter sur une mini-réserve de voix issue d’une autre liste d’extrême droite. Le leader (Ex-FN) de la Ligue du Sud Jacques Bompard a en effet obtenu 1,1 % des bulletins.

Le vice-président du Front national Florian Philippot (36,1 %) pourrait aussi l’emporter en Alsace / Lorraine / Champagne-Ardenne. Jean-Pierre Masseret (16,1 %), le président (PS) sortant de la Lorraine a déposé sa liste, le 7 décembre au soir, pour le second tour, comme la loi l’y autorise au-delà des 10 % de suffrages exprimés. Il souhaite, à tout prix, voir les socialistes présents dans la future assemblée régionale. La pression de la rue de Solferino n’y a rien fait.
La situation se complique donc sérieusement pour Philippe Richert (LR) qui a obtenu 25,8 % des voix, loin derrière le bras droit de Marine Le Pen.

En Bourgogne / Franche-Comté, le FN espère également rafler la mise. Le scrutin s’annonce particulièrement serré entre Sophie Montel (FN), François Sauvadet (UDI) et Marie-Guite Dufay (PS).

Conférences territoriales mort-nées ?

Pour le Front National, ce scrutin constitue d’ores et déjà un succès. Un sacré paradoxe pour un parti qui voulait, encore il y a peu, dévitaliser les régions. Si le FN l’emportait dans certaines de ces collectivités, ce serait, à coup sûr, un séisme.

Pour la première fois, le Front National disposerait de véritables bastions. Les budgets de plusieurs milliards d’euros des régions Nord-Pas-de-Calais / Picardie ou Provence-Alpes-Côte d’Azur sont en effet sans commune mesure avec les moyens des mairies de Fréjus (Var), Hayange (Moselle) ou Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) gagnées en 2014.

Depuis la réforme territoriale, les régions disposent de prérogatives prééminentes en matière d’aménagement du territoire, mais aussi de développement économique avec, en particulier, le monopole des aides directes aux entreprises.
Difficile, par ces temps de disette budgétaire, de boucler un gros tour de table sans elles. Destinées à dégager des orientations communes entre les principales collectivités, les conférences territoriales de l’action publique risquent vite de relever de la gageure…

Guerre psychologique

Pour les Républicains et leurs alliés, c’est la douche froide. Alors que l’ancien chef de l’Etat, Nicolas Sarkozy rêvait d’un quasi-grand-chelem à la manière des socialistes en 2010 (21 régions métropolitaines sur 22), la droite ne transforme pas l’essai des départementales (Victoire dans 67 départements). Elle semble complètement assurée de l’emporter dans une seule région : les Pays-de-la-Loire. Le patron du groupe LR au Sénat, Bruno Retailleau y obtient un bon score (33,4 %).

Ailleurs, le total des voix de droite est inférieur au total des suffrages de gauche. A ce stade, le sort privilégié de l’UDI dans le casting des régionales pose question. Aucune des têtes de liste du parti centriste (Hervé Morin en Normandie, François Sauvadet en Bourgogne et Philippe Vigier en Centre / Val de Loire) ne dépasse la barre des 30 %.

Mais là, comme un peu partout, la droite peut renverser la vapeur. Car les écarts se révèlent serrés. Et les reports de voix n’obéissent pas à une logique arithmétique. Particulièrement à gauche où, au-delà des accords techniques et autres fusions, le PS et les autres partis se regardent en chien de faïence depuis des mois. Dans ces conditions, l’issue du second tour apparaît incertaine dans la plupart des régions.

En Rhône-Alpes et en Ile-de-France, Laurent Wauquiez et Valérie Pécresse ont pris un petit avantage psychologique sur la gauche en arrivant en tête. Si les deux quadras s’imposent dans les deux régions les plus peuplées du pays, Nicolas Sarkozy limitera la casse avant la primaire des Républicains programmée les 20 et 27 novembre 2016.

Inoxydable Alain Rousset

Malgré des scores souvent historiquement bas, la gauche garde toutes ses chances. En Bretagne, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian (PS) s’est abstenu de faire campagne au lendemain du carnage du 13 novembre. Mais il profite à plein de sa popularité glanée dans la guerre contre l’islamisme radical. Avec près de 35 % des voix au premier tour, il se trouve en ballotage très favorable.

Il en est de même pour Alain Rousset (PS), président de région depuis 1998. Candidat à la tête de l’Aquitaine / Limousin / Poitou-Charentes, il devance avec 30,4 % la protégée d’Alain Juppé, Virginie Calmels (27,2 %). Le total des voix de gauche (43,9 % contre 30,5 %) le met en position confortable.

Quoiqu’il advienne, ce chaud partisan des politiques de compétitivité quittera la présidence de l’Association des régions de France. Il l’a annoncé lors du congrès de l’ARF le 26 juin à Rouen. Contre toute attente, l’Association des régions de France ne basculera pas forcément à droite. Mais elle pourrait connaître de fortes turbulences avec l’arrivée de représentants du Front National…

Haut de page

3

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Démocratie localeElectionsRéforme territoriale

3 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. Henri Tanson 08/12/2015, 18h37

    Mais non, le FN fait le score qu'il a l'habitude de faire.
    Il ne dépasse pas son fameux plafond de verre, au niveau national.
    En effet, en regardant le pourcentage du FN en nombre d'inscrits, nous en sommes à 14 %.
    Pas plus qu'aux meilleurs moments de ce parti.

    Le reste, c'est affaire d'hyper médiatisation, de starisation de deux blondes loquaces.

    Je "m'amuse" de voir la complicité des médias et des autres partis politiques qui n'ont absolument pas essayé d'opposer des arguments pour lutter contre ce parti de la haine, des bas-instincts, et du futur cahot social.
    Il aurait été trop facile de dire qu'une fois élus, les présidents de régions n'auront absolument aucuns moyens de mettre en oeuvre la politique annoncée par aucuns des partis en lice; pas plus l'un que l'autre.

    Il aurait été trop facile de dire que l'usage de la démagogie était manifeste, et ridicule. Il aurait été facile de faire du journalisme, défendre la vérité, l'objectivité et la raison. Mais non, rien de tout cela.

    Nous avons assisté à un concours de mensonges, de propositions irréalisables, d'un usage répulsif des terrorismes: le FN utilisant le terrorisme islamiste pour stigmatiser un peu plus les migrants, les Musulmans, l'étranger.
    Et les autres partis cherchant à terroriser la population en annonçant un cataclysme si le FN arrivait au pouvoir.
    Quelle nullité.

    La France mérite peut-être mieux que cela, non ?

    Le niveau du débat politique est tombé à un niveau incroyablement bas.

    Dommage qu'il n'y ait plus dans cette cacophonie, la place pour des idées de bon sens. Quand je pense qu'avant (!), chaque parti qui se présentait à des élections bénéficiait du même temps de parole dans les médias que les autres...
    A cette époque-là, nous étions encore en démocratie.
    Maintenant, nous n'entendons plus qu'un seul discours avec quelques variantes...
    La seule différence entre ces partis vedette (...), c'est que l'un utilise la flatterie, la bassesse, le rejet de l'autre, et le rejet qu'il subit de la part des autres partis politiques, de façon totalement décomplexée, avec la totale complicité des médias.
    Quand je pense que beaucoup de Français votent pour le FN pour donner une leçon aux autres partis... Quelle inconscience, quelle naïveté...
    Jeu dangereux s'il en est.
    La paix chez nous est en grand danger. Les racistes de tous bords vont se sentir libres d'exprimer leur haine...
    Rien de bon à espérer.

  2. 2. interco 08/12/2015, 11h03

    Enfin, une prochaine ouverture pour les cadres en attente de postes: le Front National aura besoin de muscler ses structures après son succès aux régionales en attendant la suite.

  3. 3. ugottale 08/12/2015, 10h42

    la 3 ème guerre mondiale déclenchée , en 2008 , à cause des subprimes , fera peut - être plus de victimes que les 2 premières et risque de ne s'arrêter jamais !
    les résultats des élections régionales du 6/12/2015 , ne sont , ni un tsunami ( raz de marée d'origine tellurique contre lequel les terriens ne peuvent rien ! ) , ni une balkanisation des régions ( toutes roses .....très brunes ! ) , mais la longue marche vers une dictature , comme lorsque PETAIN , avait supprimé les conseils généraux le 25/10/1940 !

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.