Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Prévention de la radicalisation

Face à la radicalisation, la gouvernance locale renforcée

Publié le 07/12/2015 • Par Pascal Weil • dans : Actu experts prévention sécurité, France

motech-com-032-029_Web
Phovoir
Une circulaire signée début décembre par les ministres de la Ville et de l’Intérieur demande aux préfets de mobiliser les acteurs locaux de la politique de la ville pour lutter plus efficacement contre la radicalisation. La gouvernance du volet « Prévention » se voit ainsi renforcée autour des sous-préfets et des délégués du préfet. 

Face à la radicalisation, le gouvernement entend mobiliser la politique de la ville et s’appuyer sur son caractère partenarial. C’est ce qu’il ressort d’une circulaire de Patrick Kanner, ministre de la ville, et de Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, du 2 décembre, demandant aux préfets d’impliquer plus étroitement les collectivités et les associations dans le cadre des dispositifs existants dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville. Une mobilisation qui s’avère nécessaire, alors que la  prévention de la radicalisation figure au rang de priorité depuis début 2015.

« Les communes et les intercommunalités sont peu impliquées dans le dispositif préventif alors qu’elles ont vocation à jouer un rôle majeur dans le repérage et la prise en charge des jeunes en voie de radicalisation et de leurs familles », constate en effet la circulaire. La réponse publique doit « désormais s’inscrire davantage dans une dimension interministérielle, partenariale et de proximité », explique-t-elle.

Radicalisation et contrats de ville

Dans ce contexte, les préfets sont invités à prendre plusieurs mesures afin de renforcer le pilotage des actions et favoriser leur « ancrage local », ainsi qu’à constituer un réseau de professionnels « intervenant pour l’accompagnement des jeunes et des parents en mesure d’être mobilisés au plus près des situations ».

Article réservé aux abonnés gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club prévention - sécurité

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Cet article est en relation avec les dossiers

Contenu Premium

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Face à la radicalisation, la gouvernance locale renforcée

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X