En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club RH

2

Commentaires

Réagir

Retraite

Fonction publique : l’âge de départ en retraite se rapproche du privé

Publié le • Par • dans : A la une emploi, A la Une RH, Actu Emploi, France, Toute l'actu RH

2

Commentaires

Réagir

retraite_argent_age_une © pict rider - Fotolia.com

Les âges de départ à la retraite ont été scrutés par les statisticiens du Conseil d’orientation des retraites. Effet des dernières réformes, l’âge de départ en retraite a progressé de 3 ans en dix ans dans la fonction publique.

 

Chiffres-clés

Les fonctionnaires territoriaux représentent 20 % de l’ensemble des retraités de droit direct de la fonction publique, au nombre de 2,3 millions (hors invalidité et militaires). Parmi ces retraités de la FPT dont les pensions sont versées par la Caisse nationale de retraite des agents des collectivités locales, 58 % sont des femmes. L’année 2014 a vu partir à la retraite 29 000 fonctionnaires territoriaux.

Analyser les évolutions et déterminants des âges de départ à la retraite, c’est ce que proposait le Conseil d’orientation des retraites pour son 13e colloque annuel, le 2 décembre à la Maison de la chimie à Paris. Différents paramètres (l’âge, la génération, le sexe, le niveau de revenus) entrent en jeu face à l’échéance de fin d’activité et la motivation de départ. Mais les réformes de 2003, 2008, 2010 et 2014, qui ont modifié les conditions de départ (âge légal et durée d’assurance notamment), ont produit l’un des effets recherchés : le recul de l’âge de départ effectif. Il était pour la génération née en 1947 de 61 ans pour les salariés du régime général et de 59 ans pour la fonction publique. Or il a progressé de près de trois ans parmi les générations suivantes de fonctionnaires.

Plus de trois ans en dix ans

Cet effet des réformes est visible sur les flux de départ récents, notamment dans la fonction publique, comme l’a montré Isabelle Bridenne, responsable des études à la direction des retraites et de la solidarité de la Caisse des dépôts. L’étude qu’elle a présentée le 2 décembre (en ligne sur www.cor-retraites.fr) montre que l’âge moyen de départ a augmenté de plus de trois ans en dix ans dans la fonction publique, passant de 57,8 ans en 2004 à 60,9 ans en 2014. Sur ces trois années supplémentaires, deux ont ajoutées entre 2010 et 2014, soit une accélération du report en lien avec le recul de l’âge légal de départ. En matière de retraite, les comportements des agents de la fonction publique convergent donc avec ceux des salariés du secteur privé. Dans la fonction publique territoriale (FPT), l’âge de départ de nouveaux retraités progresse lui aussi (61,6 ans, hors catégorie active) et l’âge médian est de 60,8 ans pour les hommes et de 61 ans pour les femmes, comme le décrit également le « jaune » « Rapport sur les pensions de retraite de la fonction publique », annexé au projet de loi de finances pour 2016.

Réactivité législative

Ces chiffres restent cependant à manier avec précaution car les moyennes affichées ne tiennent pas compte de la distinction entre catégorie active et catégorie sédentaire qui dans la fonction publique, en lien avec la pénibilité de certains métiers, permet des départs anticipés. Le dispositif carrières longues, qui autorise le départ à partir de 58 ans de ceux ou celles qui ont commencé à travailler tôt a en outre été amplement utilisé ces dernières années.

Aux quatre motifs et âges légaux de départ (62 ans pour les catégories sédentaires, 57 ans pour les catégories actives, 52 ans pour les catégories insalubres et 58 ans au titre des carrières longues) s’ajoutent ceux encore effectifs des parents de trois enfants et plus à partir dès 15 ans de service qui remplissaient les conditions avant l’arrêt du dispositif, fin 2011. Leurs départs précipités, en 2011 et en 2013, a d’ailleurs « chahuté » les courbes des statisticiens, ce qui montre là encore une forte réactivité aux évolutions législatives.

Femmes et bas salaires : plus tard

Compte tenu de ces distinctions, l’âge moyen de liquidation est de 57 à 58 ans pour les catégories actives et de 62 ans pour les sédentaires dans la fonction publique, un âge similaire à ceux des assurés du régime général, comme l’a souligné Yves Guégano, secrétaire général du COR. Avec une précision d’importance que les prochaines études éclaireront peut-être davantage : les femmes – et les personnes dont les salaires sont les plus bas – partent plus, voire beaucoup plus tard, souvent pour attendre l’âge du taux plein qui peut aujourd’hui aller jusqu’à 67 ans. Et cela pour éviter les décotes ou gagner en surcote en raison de faibles montants de pensions.

Haut de page

2

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Fonction publiqueRetraite fonction publique

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

2 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. manava22 05/12/2015, 13h50

    bonjour, la durée de cotisation va augmenter jusqu'à 65 ans ; travailler moins pour gagner moins ; la cotisation retraite augmente encore au 1er janvier ; les impôts augmentent ; le point d'indice est bloqué ; n'en jetez plus... sombre est l'avenir pour la FPT.

  2. 2. nadin95 05/12/2015, 08h34

    je trouve cela scandaleux je travaille depuis l'age de 19 ans .je ne me suis pas arretee pour elever mes enfants ni autres. je desirais partir a 60 ans mais on me dit que du faite de mon arret pour maladie de longue durée (maladie grave mon départ a été prolongée .mon travail n'as meme pas éé reconnu comme penible pourtant c'etait dans la restauration collective .comment voulez vous mettre les chomeurs au boulot si vous faite partir les personnes de plus en plus tard comment faite vous le cacl car nous perdons plus d'un tiers de notre salaire et que les nouveaux embauches sont payez au lance pierre??

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.