En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

2

Commentaires

Réagir

Régionales

Quand le FN voulait dévitaliser les régions

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : France

2

Commentaires

Réagir

Vote dans un bureau de vote © Fotolia

Avant les régionales, le Front National souhaitait priver les régions d’élus propres et de véritables compétences. Changera-t-il d’avis avec sa progression, annoncée, lors du scrutin des 6 et 13 décembre 2015 ?

 

Le FN, bastion jacobin. Quand en 2014, François Hollande et Manuel Valls lancent la saison II de la réforme territoriale, les cadres du Front National tirent à vue sur le renforcement et l’agrandissement des régions. Alors que le PS et l’UMP se divisent sur la question, toutes les figures du FN conspuent « la République européiste des baronnies qui se met en place ». « Le gouvernement entend », selon le vice-président Florian Philippot dans un communiqué daté du 20 novembre 2014, « créer de véritables länder dotés de pouvoir règlementaire brisant l’égalité entre les citoyens ». Pour le FN de Marine Le Pen, « la région est une super-féodalité  super-coûteuse ». Aussi souhaite-t-il transformer cette collectivité en « simple coordination des départements sans élus propres ». En clair : il s’agit uniquement de « réunir les conseillers départementaux à échéance régulière ».

Les collèges aux départements, les TER à l’Etat

Un schéma qui fleure bon l’avant-décentralisation de 1982. La région n’était alors qu’un établissement public. Son assemblée était formée de notables et de parlementaires désignés au second degré.

Le FN souhaite, dans le même mouvement, vider la région de ses principales prérogatives. Selon lui « les compétences de proximité (la gestion des lycées par exemple) doivent revenir aux départements ». Quant « aux compétences stratégiques (les transports régionaux en particulier) », elles « doivent aller à l’Etat ».

Un discours qu’on a peu entendu lors de la campagne des régionales. Est-ce à dire que, s’ils l’emportent le 13 décembre, Marine Le Pen and co seraient prêts à revoir leur doctrine territoriale ?

Haut de page

2

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés DécentralisationRéforme territoriale

2 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. Oubli involontaire ? 04/12/2015, 17h40

    Pour info, voici un extrait des débats au Sénat le 28 octobre 2014. Vous verrez qu'il n'y a pas que le FN qui trouvait la réforme des Régions inopportune. Les mots de Monsieur Bas, maintenant membre du groupe "Les Républicains" sont pour le moins durs envers la réforme. Est-ce un oubli si vous ciblez le FN et pas la droite "traditionnelle" comme critique envers les Régions et prête à ramasser les bénéfices de la réforme ?
    La suite des débats est tout ausssi éclairante et intéressante. Cela aurait pu interésser les lecteurs de la gazette de faire le parallèle.
    M. Philippe Bas. L’État asphyxie les collectivités territoriales. (Exclamations sur les travées du groupe socialiste.)

    Monsieur le Premier ministre, vos « régions stratèges » seront des régions ankylosées, enlisées dans la gestion du quotidien ! Ce seront des régions obèses, sans dynamisme, sans ressort pour le développement économique et l’animation des territoires !

    En effet, dans votre projet de réforme, vous les avez lourdement lestées de compétences de proximité qui étaient fort bien exercées par les départements. Mais, comme vous ne savez que faire des départements, il vous a semblé adroit de transférer ces compétences aux régions. Cela ne correspond pas du tout au modèle que vous décrivez.

    Les départements, vous ne les supprimez pas !

  2. 2. bazane 04/12/2015, 15h18

    Sur le fond cela ne change rien : l'important est de supprimer un niveau redondant.

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.