En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club RH

 

Réagir

Sécurité civile

Les sapeurs-pompiers en grève contre l’austérité

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : Actu prévention sécurité, Régions, Toute l'actu RH

0

Commentaire

Réagir

Caserne pompiers © Phovoir

Un mouvement national de grève à l’appel du collectif CGT des Services départementaux d'incendie et de secours (Sdis) se double dans le Nord d’un appel unitaire des sept organisations syndicales du Sdis59 à manifester jeudi 3 décembre dans les rues de Lille contre la politique d’austérité du conseil départemental (Les Républicains) élu en 2014.

Découvrez le club

Cet article est paru dans
Le Club Prévention Sécurité

 

La liste des revendications est longue. Dans un courrier daté du 23 novembre, Baptiste Talbot, secrétaire général de la Fédération CGT des services publics, confirme à Marylise Lebranchu, ministre de la Fonction publique, le maintien d’un préavis de grève pour le 3 décembre. Il exige notamment la garantie d’égalité et de gratuité des secours à tous les citoyens, le maintien des moyens nécessaires à la qualité des secours, des embauches et progressions salariales.

Sept organisations réunies dans le Nord

Dans le Nord, où la situation s’est tendue récemment, la manifestation prévue dans l’après-midi devrait prendre une ampleur sans précédent. Les sept organisations syndicales du Sdis 59 (CGT, CFTC, CFDT, Sud Solidaires, Avenir Secours CFE-CGC, SA SPP-Pats et SNSPP-Pats FO) réunies en « unité syndicale », encadrement compris, appellent unitairement à un rassemblement Porte de Paris à Lille à 14 heures. Dans le contexte de l’après attentats, les manifestants sont invités à se munir de drapeaux citoyens et banderoles « je suis le service public – je suis la population » et appelés à un « comportement respectueux et digne ».

Coupes budgétaires de 4,5 millions d’euros

Le feu a pris quand Jean-René Lecerf, président (Les Répubicains) du conseil départemental du Nord élu en mars 2014 et Joël Wilmotte, président du service départemental d’incendie et de secours du Nord, ont annoncé en juin des restrictions budgétaires de grande ampleur (4,5 millions d’euros en 2015). Après avoir été comparés à une « armée mexicaine », les sapeurs-pompiers ont d’abord réagi avec humour en arborant des sombreros dans les rues de Lille le 29 septembre. Ils ont ensuite envahi le 5 novembre la gare de Lille-Flandres. Le ton est monté d’un cran après la convocation de 18 officiers chefs de centres par Joël Wilmotte qui a fini par jeter l’éponge, le 20 novembre, en démissionnant de la présidence du Sdis.

Maintien des effectifs et de la qualité du service public

Pour Quentin de Veylder, secrétaire général de la CGT du Sdis 59 et porte-parole de l’intersyndicale, les deux revendications principales restent le maintien des effectifs et la qualité du service public alors que le temps prévu pour se rendre sur une intervention devrait être rallongé. « Il manque 200 agents (sur un effectif de 2000 sapeurs-pompiers dans le Nord) auquel s’ajoutent 75 départs à la retraite non remplacés en 2015 et autant qui ne seront pas remplacés en 2016 », explique le responsable syndical. Le mot d’ordre a été étendu à l’ensemble des agents territoriaux et hospitaliers du Nord, avec des soutiens dans les départements voisins.

Veille d’échéance électorale

A la veille d’élections régionales aux résultats incertains dans le Nord Pas-de-Calais Picardie, le bureau exécutif national du Syndicat national des sapeurs pompiers professionnels et des personnels administratifs et techniques des services départementaux d’incendie et de secours SNSPP-PATS-FO a tenu à se démarquer du collectif CGT des Sdis à l’origine du préavis de grève national, tout en se disant « solidaire de ses collègues du Nord, à l’initiative du mouvement prévu le 3 décembre 2015 visant à dénoncer les politiques d’austérité mettant à mal le service public ».

Il s’agit, selon Pierrick Janvier, secrétaire général adjoint du SNSPP-Pats-FO, de cantonner les revendications aux coupes franches effectuées sans dialogue social par le conseil départemental issu des élections de mars 2014 dans la dotation de fonctionnement du Sdis du Nord, sans, selon lui, politiser le débat. « A la veille d’une échéance politique, cette manifestation n’a, en ce qui nous concerne, aucun rapport avec les élections du 6 décembre. Elle a lieu pour lutter contre la politique d’austérité, qui plus est après les attentats » précise le secrétaire général adjoint qui déplore toutefois que dans les annonces gouvernementales, après le 13 novembre, sur l’unité nationale, il n’y ait eu aucun signe en direction des collectivités territoriales et des sapeurs pompiers.

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Finances localesFonction publique territorialeSécurité civile

Régions Hauts-de-France

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.