En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club RH

 

Réagir

ETS 2O15

Entente des territoriaux : « Vivante et active »

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : A la Une RH, France, Toute l'actu RH

0

Commentaire

Réagir

accord-ensemble-cadres-une © Phovoir

L’Entente des territoriaux, qui regroupe l’AATF, l’ADT-Inet, l’AITF, le SNDGCT, l’ANDASS, l’ADGCF (depuis juin 2015) et l’ADGGC a tiré, le 2 décembre, dans le cadre des entretiens territoriaux de Strasbourg (ETS), un bilan positif de ses actions.

 

Avoir passé le cap d’un an est en soi une victoire : « Certains pensaient que l’on n’y survivrait pas », expliquent les représentants de l’Entente, qui rappellent qu’il n’est jamais facile de trouver un mode de coopération durable entre sept associations professionnelles, « avec chacune leur histoire, leur singularité, leur statut … et des sensibilités différentes. »

D’autant plus que l’Entente est ambitieuse, et veut agir au-delà des seuls aspects statutaires : à la fois sur l’événementiel, sur la communication et sur le volet législatif. « Notre réussite tient à notre mode d’action : souple, coordonné mais aussi collaboratif et réactif…. comme des cavaliers légers, idéalistes mais réalistes », explique Laurence Chenkier (SNDGCT).

Des faits d’armes

« Nous avons réussi à défendre la notion de continuité du service public en maintenant le régime des emplois fonctionnels dans la loi Notre », se réjouit Fabien Tastet (AATF). L’Entente avait alerté le gouvernement très en amont dans le cadre de ses « douze propositions » : le projet de loi prévoyait qu’au 31 décembre 2015, tous les emplois fonctionnels devaient quitter la collectivité, qu’il s’agisse de la fusion d’EPCI, de régions ou d’EPT.

« Nous sommes intervenus, au-delà du seul cadre de la défense d’intérêts catégoriels, dans l’intérêt de la continuité du service public, en rappelant la nécessite de maintenir une direction générale, alors qu’au 1erjanvier 2016, il n’y aura pas de présidence dans toutes les nouvelles entités issues de fusions », explique l’Entente.

Marylise Lebranchu a ainsi confié une mission d’étude à ces associations professionnelles sur cette question cruciale : « Une première, qui a abouti au maintien du dispositif de protection fonctionnelle dans le texte de loi Notre. Un résultat tangible qui marque la force de l’Entente : la mobilisation concertée de nos associations professionnelles a permis d’éviter que l’on se retrouve avec des bateaux ivres, sans commandement ! »

L’autre grande réussite de l’Entente, c’est l’inscription dans la loi de l’observatoire territorial. Cette structure, placée auprès du Comité des finances locales, a pour but de fiabiliser des données et de produire une expertise sur les collectivités locales. Elle est composée de fonctionnaires de l’Etat et de territoriaux. « Désormais, les négociations entre l’Etat et les collectivités territoriales auront lieu sur la base d’une expertise à laquelle les territoriaux ont contribué », explique Fabien Tastet.

Des prises de position et des manifestations

L’Entente s’était fixée pour autre objectif la prise de positions communes, ce qui a été notamment le cas avec la condamnation unanime de la réduction du 1 % de cotisation au CNFPT. « Nous nous sommes donc investis et avons communiqué nos positions sur des sujets communs et forts : la défense des emplois fonctionnels, la continuité du top management des collectivités, la formation…. Des objectifs évidemment partagés », explique l’Entente.

De nouvelles recrues

En juin 2015, l’Entente s’est aussi élargie à l’ADGCF. Elle reçoit encore de nouvelles demandes d’adhésion, notamment de la part de l’Association nationale des juristes territoriaux et de l’Association des attachés territoriaux.
« Nous allons examiner ces différentes propositions. Mais en veillant à trouver le bon compromis entre l’élargissement et l’approfondissement de l’Entente et de ses missions. On peut aussi envisager différentes formes de coopérations et de partenariats », explique Claude Soret-Virolle.

Les travaux 2016

L’Entente ne manquera pas, en 2016, de continuer son travail de veille sur les textes en projets et la mise en œuvre de la réforme territoriale, assure Laurence Chenkier. Patrick Berger (AITF) considère que l’Entente devra s’investir plus encore dans la lutte contre le stock des normes, notamment au sein des groupes de travail dédiés mis en place par le gouvernement.

Selon Fabien Tastet, un sujet essentiel à aborder, et qui sera soumis à discussion dans la cadre de l’Entente, sera probablement celui de la mobilité et des parcours professionnels : l’objectif est d’obtenir, enfin, une réciprocité dans la mobilité entre les cadres des trois fonctions publiques.

Claude Soret-Virolle explique que l’Entente veillera également aux questions liées à l’évolution du CNFPT et des centres de gestion. Et, ajoute-t-elle, compte tenu des tragiques événements survenus en 2015, elle devra évidemment se pencher sur la fabrication du lien social par les fonctionnaires territoriaux.

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.