En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club RH

2

Commentaires

Réagir

[Opinion] Fonction publique

De discernement tu feras preuve pour garder la Force !

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : France, Opinions, Toute l'actu RH

2

Commentaires

Réagir

Fotolia_64993721_XS © Fotolia

De la force, il va en falloir à la communauté des territoriaux pour déjouer les attaques incessantes dont la fonction publique territoriale fait l’objet. Ce n’est pas nouveau ! Mais les événements semblent s’enchaîner et les pièges se refermer...

Laurence Malherbe © L.M.

Laurence Malherbe, Vice-présidente de l’Association des dirigeants territoriaux et anciens de l’Inet (ADT-Inet)

 

De la force, il va en falloir à la communauté des territoriaux pour déjouer les attaques incessantes dont la fonction publique territoriale fait l’objet. Ce n’est pas nouveau ! Mais les événements semblent s’enchaîner et les pièges se refermer : les rapports de la Cour des comptes fustigent les collectivités territoriales, – leurs élus, trop dépensiers, leurs agents, pas assez « productifs » -, tandis que les décisions gouvernementales resserrent encore un peu plus l’étau… La baisse des dotations s’accompagnerait désormais d’une diminution de la cotisation versée au CNFPT, fragilisant ainsi tout l’édifice de la formation des 1,9 million d’agents territoriaux.

Et pourtant ! Notre communauté a su montrer aux millions de Français effrayés par l’intensité des inondations qui ont dernièrement frappé le Sud-Est de la France qu’elle était capable de se mobiliser pour apporter secours et assistance aux populations en danger. Car, une fois passé l’émotion et les visites protocolaires, avec leurs annonces habituelles de la part des représentants de l’Etat, ce sont bien les agents territoriaux qui restent encore et encore présents, pour reconstruire, écouter, aider. C’est cela le service public local !

Ces événements douloureux, qui surviennent dans un climat de défiance vis-à-vis de la fonction publique territoriale, doivent nous conforter dans nos missions, au quotidien, pour construire ce bien vivre-ensemble, dont tout le monde voudrait maintenant s’emparer. Mais aux paroles il faut joindre les actes. La Force est en nous tous, mais prenons garde au côté obscur ! Ne nous laissons pas entraîner sur des chemins qui nous éloigneraient de nos missions.

Prenons garde à l’illusion des chiffres

Bien sûr, la tentation est grande de répondre aux difficultés actuelles par l’application de mesures qui ne pourraient, au final, qu’aggraver les choses. Maîtrise de la masse salariale, augmentation du temps de travail et de la productivité des agents, remplacement des êtres humains par des logiciels, toujours plus de contrôles par des outils de gestion… à chacun sa méthode, mais prenons garde à l’illusion des chiffres, aux erreurs de jugement. Car, derrière ce que l’on nomme « réformes », peuvent se cacher tous les ingrédients d’un délitement du corps social de la fonction publique territoriale. Les résultats plus qu’inquiétants du baromètre de « La Gazette » n° 40 sur le bien-être doivent nous alerter sur cette situation.

De même que nous devons rester vigilants sur certains choix en matière d’élaboration des politiques publiques, pour assister au mieux nos élus et ne pas sacrifier sur l’autel de la dépense publique des politiques telles que la culture, essentielles à la cohésion sociale.

La Force est en nous ! Nous la puisons dans notre engagement pour le bien commun, à défaut d’un intérêt général auquel plus personne ne croit. Nous devons la renforcer en mettant l’audace et le courage au cœur de nos actions. Et ce ne sera pas simple. La peur et les rancœurs ne seront d’aucune utilité. Il faudra mobiliser les énergies de tous nos collaborateurs, sans exception, sans jugement de valeur, avec beaucoup d’humilité et une exemplarité qui, dans bien des situations, reste la clé d’un management qui affronte le réel, celui du travail quotidien de milliers d’agents territoriaux, avec leurs faiblesses, mais aussi avec leur force !

Haut de page

2

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Fonction publique territorialeService public

2 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. Henri Tanson 02/12/2015, 17h59

    Vous êtes incroyables, Laurence Malherbe !
    Vous vous inquiétez et vous n'expliquez pas ce qui se passe.

    Et vous ne cherchez pas à savoir pourquoi ça se passe...

    Il existe un projet de réduire à sa plus simple expression la Fonction publique en France, à tous les niveaux de l'Etat. Ce projet s'appelle l'Union européenne.
    C'est elle, depuis 1993, qui décide de notre politique et de notre avenir.
    C'est un fait: à ce moment-là, nous avons changé de "logiciel".
    Et personne n'a bien réalisé ce qui se passait. Chaque nouveau traité européen n'a fait qu'accentuer et accélérer cette évolution.
    Si vous lisez les traités, en particulier le TFUE de Lisbonne vous constaterez qu'il est en permanence question de concurrence, libre, entière, sans entrave, dans tous les secteurs d'activité de la société française.
    Ainsi, la totalité des actions des Services publics doivent être mises en concurrence avec le privé: c'est l'article n° 106. Je ne l'ai pas inventé, vous le trouvez facilement sur internet !

    La question serait de savoir pourquoi et comment tout ceci est en train de se réaliser, lentement mais sûrement.

    Les avancées de la Construction européennes se sont toujours faites lentement, en catimini, par la politique du fait accompli, du cliquet, des "petits-pas". Les peuples réalisent, après coup, ce qu'ils abandonnent, de façon irréversible.
    Très souvent, ce n'est pas l'UE qui apparaît dans les réformes, mais les lois françaises qui nous sont imposées et qui ne sont simplement que des adaptations des textes européens: que ce soit directement l'application des traités, à travers les Directives, ou les GOPE, les RPP... (Grandes orientations européennes, Recommandations par pays....).

    Ne tombez pas des nues, c'est comme ça que ça fonctionne.

    La réforme Macron n'est qu'une adaptation des RPP. Les professions réglementées sont désormais ouvertes à la concurrence libre et non faussée; mais dans quel but.
    Demandez aux Taxis qui ont payé leurs charges...
    Ce qui arrive à ces professions, exposées désormais à une concurrence déloyale, forcément déloyale (...), est en train, lentement d'arriver à la FPT.

    Pour que l'idée passe au niveau de la population, on n'en finit pas de critiquer les Fonctionnaires et la Fonction publique, la gabegie, les mauvaises gestions, etc.
    Afin de pouvoir les supprimer tranquillement, sans que les Français ne s'en rendent compte. Dites que votre chien a la rage, avant de l'abattre !

    Vous pouvez vous débattre tant que vous voulez pour défendre la Fonction publique, comme toutes ces professions qui sont chacune à leur tour, descendues dans la rue pour expliquer que leur rôle était important, et qu'il fallait absolument les protéger, ou ne pas les agresser, comme les notaires par exemple; mais je ne m'inquiète pas, la réforme passera. De toutes façons.

    Comme la FPT disparaîtra, lentement mais sûrement.

    Petit à petit, elle se séparera de telle ou telle compétence pour la confier (?) au privé, pour faire des économies bien sûr, et surtout pour une meilleure efficacité, (forcément le privé est plus efficient...)
    Puisque les collectivités auront de moins en moins de moyens financiers, comme par hasard, elles seront obligées de faire des économies !

    C'est le gros projet, pas du tout caché pour ceux qui ouvrent les yeux et comprennent ce que c'est que d'appartenir à l'Union européenne et d'appliquer les traités que vous devriez lire si vous voulez décoder, quand il encore temps, l'avenir qui vous attend.

    Malheureusement, on n'en parle pas, ni ici, ni là.

    Alors que toute notre politique en découle ? C'est un grand mystère pour moi.
    Même vous, La Gazette des C, vous feignez d'ignorer leur existence en imaginant que notre avenir est décidé à Paris par des représentants des Français...
    Ça, c'était avant; avant Maastricht.

    Pour finir, je vous cite: "La Force est en nous ! Nous la puisons dans notre engagement pour le bien commun, à défaut d’un intérêt général auquel plus personne ne croit"...

    Vous perdez votre temps si vous ne connaissez pas votre adversaire...
    Et ce n'est pas par votre engagement, dans votre coin, que vous changerez l'avenir de la Fonction publique en France, pas plus que l'avenir de la France, tout court.
    Je vous informe, si vous ne le savez pas encore, qu'il y a dans ce pays, bientôt dix mille personnes, rien que de simples citoyens qui ont ouvert les yeux, qui ont compris ce machiavélique projet qui veut nous débarrasser de notre modèle social, de nos Services Publics qui vont contre les intérêts financiers mondiaux.
    Et ils se fédèrent dans un parti politique qui est aussi un parti de résistance, et qui a besoin d'informer le maximum de Français des projets qui nous sont destinés; parce qu'ensemble, nous pourrons changer le cours de l'Histoire; rien que ça !
    Vous pouvez lire ses propositions dans votre boîte à lettres puisque vous allez voter pour ces idées en qui vous avez de fortes chances de vous retrouver. Quelle que soit votre région, vous pourrez.
    Bien à vous.
    Bientôt peut-être, vous comprendrez que la seule façon de lutter, aujourd'hui, c'est de passer par l'action politique; les Français ensemble peuvent tout.
    Avec chacun d'entre vous.
    Merci.

  2. 2. JQ 02/12/2015, 15h21

    Bonjour,

    Je fais partie de ces territoriaux qui aujourd'hui alimentent une caisse de retraite dont l'exédent annuel est partagé avec ceux qui tirent sur les fonctionnaires. Il serait sans doute opportun de le signaler.

    Nous sommes maintenant dans la periode dite de viabilité hivernale, et les fonctionnaires dont les effectifs sont en baisse (eh oui), seront encore la cible des conducteurs trop pressés.

    Petites remarques du moment, courage.

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.