En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club Prévention Sécurité

5

Commentaires

Réagir

Interview

« La radicalisation est le poison de certains quartiers » – Patrick Kanner

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : A la une, Actu prévention sécurité, France

5

Commentaires

Réagir

Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la jeunesse et des sports Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la jeunesse et des sports © Ph. Houze

Les attentats sanglants du 13 novembre, qui ont frappé Paris et Saint-Denis, pointent du doigt certaines banlieues françaises, dont les situations économiques et sociales seraient susceptibles de représenter un terreau de radicalisation. Dans un entretien à La Gazette, le ministre de la Ville, de la jeunesse et des sports, Patrick Kanner, défend l'utilité de la politique de la ville et souhaite directement associer les habitants aux décisions politiques les concernant.

 

Chiffres-clés

352 M€

C'est le montant du budget de la politique de la ville prévu en 2016, en hausse de 4 %. A ces moyens spécifiques s'ajoutent 1,9 milliard d'euros de dotation de solidarité urbaine, 1 milliard d'euros issu du fonds de péréquation intercommunale et 100 millions d'euros de dotation de développement urbain, rebaptisée dotation « politique de la ville ».

 

Au lendemain des attentats de janvier 2015, le Premier ministre Manuel Valls avait dénoncé l’existence d’un « apartheid territorial, social, ethnique » à l’œuvre dans les quartiers populaires. Alors que le terrorisme barbare a de nouveau endeuillé la France dix mois après, le désarroi d’une certaine jeunesse issue notamment des banlieues revient en force dans le débat public.

La rupture entre les quartiers populaires et le reste du pays est-elle consommée ?

Non. Il n’y a pas de quartiers perdus de la République. Nous dénombrons aujourd’hui 1 500 quartiers prioritaires, dont une centaine qui subit des difficultés particulièrement lourdes. Il est indéniable que le chômage de masse, la pauvreté et la discrimination peuvent constituer le terreau de l’extrémisme religieux et amener les terroristes fondamentalistes à proposer aux habitants les plus fragilisés un nouveau sens à leur vie. Cette situation justifie plus que jamais l’utilité de la politique de la ville.

A ce stade, la réponse sécuritaire du président de la République semble cependant loin de privilégier l’action en faveur des banlieues. De quelle manière entendez-vous agir ?

Nous faisons face à un ennemi intérieur qui est là pour tuer. Ce contexte de guerre appelle à une réponse régalienne destinée à rassurer les Français et à les protéger dans leur vie quotidienne. C’est tout le sens des orientations prises par le président de la République immédiatement après les attentats. Il faut également adopter des mesures de fond pour prévenir cette radicalisation, qui est un poison dans certains quartiers. Mais les habitants des quartiers prioritaires n’ont pas à justifier leur appartenance à la communauté nationale.

Allez-vous réorienter l’action de votre ministère ?

La politique de la ville ne peut pas se faire par soubresauts. Nous sommes dans la continuité des actions engagées après les attentats de janvier. De nombreuses mesures ont été prises dans le cadre des deux comités interministériels à l’égalité et à la citoyenneté, réunis en mars et en octobre. Certaines concernent la lutte contre les discriminations, avec le lancement de campagnes de « testing » ou l’équipement de la police en caméras piétons. D’autres ciblent l’emploi et le développement économique avec la création de l’Agence France entrepreneur, les fabriques d’initiative citoyenne, le développement du service civique. Nous rétablissons les crédits aux associations à hauteur de 100 millions d’euros. Enfin, nous mettons l’accent sur la laïcité dans les établissements scolaires.

Où en est le projet de loi relatif à l’égalité et la citoyenneté ?

Le projet de loi devrait être centré sur la jeunesse, la citoyenneté et l’habitat. Son examen parlementaire aura lieu en février 2016. D’ici là, et en attendant la publication de l’avis du Conseil d’Etat, je vais solliciter le réseau associatif pour les associer à la construction de ce texte. Je suis convaincu que cette loi va prendre une ampleur particulière, suite aux événements tragiques du 13 novembre.

Les plans d’action dans les banlieues se sont succédé ces dernières années. Mais, dans les quartiers prioritaires, la vie quotidienne des habitants ne semble pas changer. Comment les convaincre du bien-fondé de la politique de la ville ?

Les habitants doivent être partie prenante des décisions politiques qui les concernent. A cet effet, la réforme de la politique de la ville portée par François Lamy a instauré les conseils citoyens. Leur forme est libre mais la philosophie est la même pour tous : il ne peut y avoir de décision prise dans un quartier sans que les habitants n’y soient associés.

C’est une petite révolution ! Mais attention, il ne s’agit pas de transformer les habitants en « conseillers municipaux bis » mais de les associer à l’élaboration de l’action publique dont ils profitent. D’ores et déjà, 380 conseils citoyens ont été créés et 800 sont en cours d’installation. Nous organiserons d’ailleurs, au printemps prochain, une grande convention pour tirer le bilan de ces conseils.

Ces conseils citoyens ne risquent-ils pas de connaître le sort des autres formes de démocratie participative, qui n’ont pas vraiment réussi à attirer les habitants les plus précaires ?

L’expression citoyenne dans les quartiers ne doit pas être un gadget. Je veux que les participants à ces conseils citoyens soient formés, par exemple, à la prise de parole en public, au montage de projet, à la connaissance des institutions… Je propose que chaque conseil puisse bénéficier d’un service civique pour accompagner la démarche, organiser les réunions.

De même, je souhaite que dans les 450 quartiers qui seront rénovés dans le cadre de l’Anru 2, il ne puisse y avoir de chantiers de rénovation urbaine sans l’existence d’une maison du projet. L’ambition est que les projets élaborés par les architectes et les urbanistes soient discutés avec les habitants. Deux millions d’euros seront dégagés pour financer la formation.

Mesure phare de la réforme de la politique de la ville, les nouveaux contrats de ville 2015-2020 ambitionnent de mobiliser les moyens de droit commun pour financer les actions dans les quartiers. Que ressort-il des premiers contrats signés ?

La grande majorité des 438 contrats de ville ont été élaborés et signés au cours de l’année 2015. L’exercice a parfois été difficile car ces nouveaux contrats réunissent jusqu’à 30 ou 40 signataires parmi les collectivités et les partenaires locaux. C’est d’ailleurs leur principale vertu : réunir autant d’acteurs qui s’engagent ensemble par voie contractuelle à apporter leur contribution.

Je ferai un bilan de ces contrats et de la mobilisation des crédits de droit commun au début de l’année 2016.

Haut de page

5

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

5 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. Upr citoyen 09/12/2015, 18h16

    Et pourquoi ne pas mentionner la responsabilité écrasante de nos dirigeants à qui cela ne gène pas de soutenir en arme et en logistique des rebelles terroristes en Syrie qui sont certainement les mêmes qui tuent aussi en France? Soutenir le terrorisme en Syrie et tant pis si cela fait des morts (c'est pas chez nous) et le combattre en France sous prétexte qu'il fait des morts. Cette politique délirante nous entraine droit vers le mur. On ne construit pas une société du vivre ensemble de cette manière.

  2. 2. Pax 87 03/12/2015, 09h15

    A vouloir soigner un malade dont on fait un diagnostic très partiel, on ne risque pas de le guérir.
    Une des premières erreurs c'est sans doute de vouloir considérer que la religion conduit à la radicalisation et qu'elle est donc par essence, néfaste, sans voir que pour des milliers d'autres adeptes, elle est au contraire facteur d'apaisement et de respect mutuel. C'est un peu comme si on voulait interdire l'automobile parce qu'il y a des malades bourrés qui tuent chaque année des centaines de personnes.
    Ces crétins ne représentent pas les automobilistes.
    Une autre des incohérences est de mettre en avant les valeurs de la République quand on ne les respecte pas. Par exemple on va pénaliser une femme avec un foulard sur la tête, ou un homme en djelaba, prouvant ainsi que la valeur "liberté" ne s'applique même pas aux vêtements.
    On va expliquer que la liberté d'expression en France est totale et qu'on peut blasphémer les religions (Charlie) qui, elles, sont sommées de se taire car si elles s'exprimaient, elles feraient du prosélytisme....
    Ne parlons même pas de l'égalité entre blancs et noirs ou arabo musulmans et blancs.Avec une telle absence de cohérence ce n'est pas demain que notre discours sera audible..

  3. 3. DIX-IT 29/11/2015, 18h05

    Le ministre "souhaite directement associer les habitants aux décisions politiques les concernant." !!! A quoi servent leurs représentant élus alors. Mais surtout et à l'échelon administratif lorsque l'on vois les aréopages autour des tables de reunions ce n'est pas "associer" mais "substituer" qu'il faut si l'on veut que les habitants deviennent audibles

  4. 4. Nana 27/11/2015, 09h46

    le "poison" des quartiers, oui mais pourquoi ? Parce que les politiques ont failli dans leurs missions de soutien à la population. Il existe des quartiers dans lesquels une zone de non-droit a été établie. Ces jeunes qui partent faire le Djihad ou se retrouvent "agent dormant", loup solitaire en France et qui planifient seuls un attentat, sont des jeunes qui ont été abandonnés par la France ! Sous prétexte qu'ils ne portent pas un nom purement français, on ne les considère pas comme tel. Sous prétexte qu'ils ont grandi dans des quartiers difficiles, on refuse de leur donner une véritable chance ! Leurs parents ne s'occupent pas d'eux (du moins pas toujours), ils n'ont aucun repère, ils ne se sentent pas français, mais quand ils vont dans leur pays d'origine, on leur fait comprendre que ce n'est non plus leur pays ! Ils se sentent apatrides !!! Et DAECH apparait comme le messie, qui les comprend, qui les écoute, qui leur donne un but ! A mon plus grand regret, la majorité des gosses qui partent pour faire le Djihad sont simplement des enfants qui recherchent de l'attention, qui veulent être vus et félicités.
    Alors oui, DAECH est un poison, ceux qui participent à l'expansion de l'Islam radical ne devraient pas avoir "7ans de prison" mais se faire virer de la France à coup de pied où je pense. C'est dans les prisons et les quartiers difficiles que s'opère la radicalisation !
    Les choses sont vraiment mal faites ... voilà tout.

  5. 5. Auxarmesetc 27/11/2015, 09h08

    Il faudrait que le ministre commence par ne pas dire "je" à toutes les phrases, pour qu'il y ait une chance que les projets soient participatifs (je vais solliciter, je ferai un bilan, je propose, je souhaite...)

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.