Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Attentats

Etat d’urgence : ce que peuvent décider les préfets et les maires

Publié le 23/11/2015 • Par Géraldine Bovi-Hosy • dans : A la Une prévention-sécurité, France, Vos questions / Nos réponses prévention-sécurité • Source : Géraldine Bovi-Hosy

police controle identite
Flickr
La loi du 20 novembre prolonge pour trois mois l’état d’urgence. Elle renforce les pouvoirs des préfets et restreint les libertés publiques. Les maires peuvent être sollicités au titre de leurs pouvoirs de police. Décryptage de cet état d'exception avec Géraldine Bovi-Hosy, juriste du Club prévention sécurité.

La loi n° 55-385 du 3 avril 1955 relative à l’état d’urgence permet la mise en place de mesures exceptionnelles lors de situations de crise. Localement, elle confie essentiellement aux préfets la possibilité de prendre des mesures restrictives des libertés. Les maires ont toutefois un rôle à jouer. Le point sur les pouvoirs des uns et des autres.

L’instauration de l’état d’urgence

Selon l’article 1er de la loi du 3 avril 1955, l’état d’urgence peut être déclaré sur tout ou partie du territoire « soit en cas de péril imminent résultant d’atteintes graves à l’ordre public, soit en cas d’événements présentant, par leur nature et leur gravité, le caractère de calamité publique ».

Si l’état d’urgence est déclaré par décret en Conseil des ministres, sa prorogation au-delà de douze jours ne peut être autorisée que par la loi. C’est ainsi que le décret n°2015-1475 du 14 novembre 2015 a déclaré l’état d’urgence à compter du 14 novembre 2015, à 0 heure pour la France métropolitaine et la Corse, avec une extension par un décret du 18 novembre pour l’Outre-mer.

La loi n° 2015-1501 du 20 novembre 2015 prorogeant l’application de la loi n° 55-385 du 3 avril 1955 relative à l’état d’urgence et renforçant l’efficacité de ses dispositions a été publiée le 21 novembre au Journal Officiel. Elle modifie un certain nombre de dispositions de la loi de 1955. Elle s’applique sur l’ensemble du territoire de la République pour une durée de trois mois à compter du 26 novembre 2015. Il peut cependant y être mis fin par décret avant l’expiration de ce délai.

Les pouvoirs dévolus aux préfets

La déclaration de l’état d’urgence donne pouvoir au préfet :

  • d’interdire la circulation des personnes ou des véhicules dans les lieux et aux heures fixés par arrêté,
  • d’instituer des zones de protection ou de sécurité où le séjour des personnes est réglementé,
  • d’interdire le séjour dans tout ou partie du département à toute personne cherchant à entraver, de quelque manière que ce soit, l’action des pouvoirs publics.

Ainsi, un premier couvre-feu a été décidé par arrêté préfectoral dans un quartier sensible de Sens (Yonne) pour un week-end, suite à des saisies d’armes et de faux papiers dans le cadre de perquisitions administratives.

En outre, le ministre de l’Intérieur, pour l’ensemble du territoire, et le préfet, dans le département, peuvent ordonner la fermeture provisoire des salles de spectacles, débits de boissons et lieux de réunion de toute nature. Peuvent être également interdites, à titre général ou particulier, les réunions de nature à provoquer ou à entretenir le désordre (articles 5 et 8 de la loi de 1955).

Ces mêmes autorités (donc le préfet pour un département) peuvent ordonner la remise des armes et des munitions, détenues ou acquises légalement, relevant des catégories A à C, ainsi que celles soumises à enregistrement relevant de la catégorie D, définies à l‘article L. 311-2 du code de la sécurité intérieure. Le préfet peut ...

Article réservé aux abonnés Club prévention sécurité
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club prévention - sécurité

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club prévention sécurité

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club prévention sécurité

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club prévention sécurité

S'abonner PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion
2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Etat d’urgence : ce que peuvent décider les préfets et les maires

Votre e-mail ne sera pas publié

DRH

24/11/2015 04h12

Bien

juriste territorial

25/11/2015 06h03

Merci.
Vous écrivez : « La loi n° 55-385 du 3 avril 1955 relative à l’état d’urgence permet la mise en place de mesures exceptionnelles lors de situations de crise. Localement, elle confie essentiellement aux préfets la possibilité de prendre des mesures restrictives des libertés. Les maires ont toutefois un rôle à jouer ».
De quel rôle s’agit-il ?
Merci

Commenter
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X