En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

 

Réagir

Culture

Après les attentats de Paris, premières mesures de l’Etat pour les lieux de culture

Publié le • Par • dans : France

0

Commentaire

Réagir

culturemasque-img-dossier © Flickr CC by Tim Green aka atoach

Même si les professionnels de la culture sont unanimes à considérer qu’ils doivent poursuivre leurs activités comme avant, ils sont confrontés à de nouvelles difficultés financières, techniques et psychologiques. Revue des premières mesures prises par le ministère de la Culture pour soutenir l’activité des lieux de culture.

 

 

Déjà très fragilisés par les difficultés financières des collectivités, les équipements culturels risquent de voir leur situation budgétaire s’aggraver dans le sillage des attentats du 13 novembre 2015. Ceux qui ont annulé ces derniers jours certains spectacles programmés doivent rembourser les billets achetés. Des dépenses non couvertes par les assurances, comme l’a souligné la ministre de la Culture, Fleur Pellerin, lors des questions d’actualité à l’Assemblée nationale le 18 novembre. Malgré la volonté unanimement affichée de continuer à vivre comme avant, certains lieux de culture font malgré tout état d’un repli de leur fréquentation. Enfin, s’ajoutent à cela des dépenses de sécurité en hausse.

4 millions d’euros pour le spectacle vivant

Pour « anticiper les difficultés que vont rencontrer les acteurs du spectacle vivant », Fleur Pellerin a annoncé aux députés, le 18 novembre, la création d’un Fonds de solidarité. Celui-ci va être prochainement doté de 4 millions d’euros, abondé par l’Etat pour 3,5 millions d’euros. Le reste sera versé par la SACEM. « Ce n’est qu’un début », a fait valoir la ministre, qui a indiqué que d’autres contributions viendront compléter ce montant.
La démarche semble devoir se décliner sur d’autres champs culturels. Ainsi, pour les salles de cinéma, le ministère de la Culture a sollicité le Centre national de la cinématographie et de l’image animée (CNC) pour que les dépenses de sécurité soient désormais éligibles à ses aides. Des discussions sont en cours.
Pour l’heure, la ministre n’a pas encore évoqué l’impact financier de ces nouvelles dépenses sur les lieux patrimoniaux (musées, monuments) et les bibliothèques.

Services dédiés

Par ailleurs, depuis le 16 novembre, le ministère de la Culture organise des réunions avec des représentants des différents secteurs culturels et en lien avec le ministère de l’Intérieur. Objectif : aider les responsables d’équipements à mettre en place les mesures de sécurité que la situation impose.
La Direction générale de la création artistique (DGCA) a ouvert un service destiné aux responsables d’établissements culturels recevant du public, les équipes artistiques et les producteurs, pour les demandes relatives aux questions de sécurité et d’assurances, et la conduite à tenir en cas d’urgence. A cette fin, un numéro de téléphone et une adresse électronique dédiés ont été créés :

  • 06 38 54 41 64
  • info.securite.dgca@culture.gouv.fr

Pour ce qui est du choc psychologique consécutif aux attentats, la Rue de Valois a annoncé l’ouverture d’une cellule de soutien psychologique et d’assistance pilotée par Audiens, l’organisme de protection sociale des professions de la culture, de la communication et des médias. Cellule qui s’adresse à « tous les professionnels de la culture », éprouvés d’une manière ou d’autre par les attentats du 13 novembre.

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.