Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

  • Accueil
  • Actualité
  • Régions
  • Un délégué général chargé de la modernisation de l’administration pour limiter la masse salariale

Ressources humaines

Un délégué général chargé de la modernisation de l’administration pour limiter la masse salariale

Publié le 20/11/2015 • Par Christiane Wanaverbecq • dans : Régions, Toute l'actu RH

Toulouse
BastienM CC by sa Wikimedia
Toulouse et Toulouse métropole ont lancé un vaste chantier de réorganisation des services en vue de limiter à moins de 2 % l'augmentation de la masse salariale. Conscients des enjeux dans le contexte financier contraint, les syndicats sont toutefois inquiets.

Le ralentissement des embauches et le non-remplacement des départs à la retraite avec pour objectif de limiter l’augmentation de la masse salariale en-dessous des 2 % semblent porter leurs fruits à la Ville de Toulouse et à Toulouse métropole (37 communes ; 725 091 hab.). A la mairie, en tenant compte du transfert des agents du crematorium à la métropole au 1er janvier 2015, le nombre d’agents est passé de 8 057 à 7 957 (7 723 équivalents temps plein). Quant à la métropole, elle devrait, pour la première fois, avec un effectif établi à 4 000 agents, « dénombrer plus de sorties que d’entrées », peut-on lire dans le document de présentation du débat d’orientations budgétaires qui s’est tenu le 10 novembre dernier.

Economies d’échelles

Pour la métropole, cette évolution est cohérente. Après plusieurs années de croissance forte liée à la structuration des compétences, « s’ouvre une période de stabilisation qui permettra notamment de réaliser des économies d’échelle nécessaires dans le contexte financier contraint», a répété, le 10 novembre dernier, Jean-Luc Moudenc, maire (LR) de Toulouse et président de Toulouse métropole.

Cette réflexion ne date pas d’hier. Quelques mois après son élection, le premier édile a réuni, en juin 2014, près d’un millier d’agents au Zénith de Toulouse pour annoncer le non-remplacement des départs à la retraite, une équipe de direction resserrée et la mutualisation des services avec pour objectif d’économiser, restaurer l’épargne et pallier la baisse des dotations de l’Etat.

Délégué général à la modernisation de l’administration

Pour l’aider dans cette tâche, Jean-Luc Moudenc est allé chercher André Thomas. A l’époque DGS au conseil général du Haut-Rhin, ce dernier, administrateur de Paris, est nommé, en juillet 2014, délégué général chargé de la modernisation de l’Administration à la Ville et à la métropole. Placé aux côtés du directeur général des services, avec autorité directe sur la DGA finances et moyens et la direction des ressources humaines, ce dernier avait une commande claire. Il fallait faire mieux avec moins tout en embauchant à la Ville dans trois secteurs décrétés prioritaires : éducation, petite enfance et sécurité (voir l’encadré).

Soutenu par Henri de Lagoutine, conseiller délégué aux ressources humaines, et épaulé par la direction générale, il a bâti quatre axes de travail :

  • la mobilisation des énergies,
  • la simplification des processus,
  • le respect de la dépense publique,
  • l’innovation pour l’amélioration de l’efficacité.

Top managers et managers de proximité

La stratégie consiste notamment à se faire des alliés des 700 top-managers et des 1000 managers de proximité. « Pour les top-managers, il s’agit de leur donner des outils de dialogue social pour gérer, par exemple, l’absentéisme. Certains sujets se résolvent de façon décentralisée et cela permet de gagner du temps. Quant aux chefs de service, responsables d’équipement sportif ou autre, ils doivent avoir une vision d’ensemble des enjeux financiers de la collectivité et donc, ne pas perdre du temps à demander des postes », estime André Thomas.

Réorganisation des pôles territoriaux de la métropole

Pour cela, sont prévues des formations à la carte avec des troncs communs donnant aux managers le mode d’emploi sur la conduite d’équipes, le respect des horaires, la gestion des absences…. Dans cette politique du changement, la communication interne aura un rôle à jouer pour faire passer les messages via la création de forums et de newsletters.

Par ailleurs, vont être créées des cellules composées d’agents du service des ressources humaines pour accompagner individuellement les agents lors de changements. Pour les élus tout comme l’équipe de direction, la recherche de plus grande performance s’accompagne en effet d’une simplification des processus et notamment de la réorganisation des pôles territoriaux de Toulouse Métropole dont le nombre passe de 8 à 5. La collectivité pense ainsi faire le gain d’une trentaine de postes ressources.

Mobilisation des syndicats

Le sujet mobilise les syndicats car la réorganisation concerne la moitié des 3 300 agents de Toulouse Métropole. Si les syndicats, aujourd’hui organisés en intersyndicale (FO, CGT, CFDT, Sud, FAFPT), comprennent la nécessité de cette réorganisation compte-tenu du contexte financier, ils s’inquiètent de la forme : « Sur les 24 chefs de services employés dans ces pôles, environ 10 ont été retenus. Que deviennent les autres ? Les 8 directeurs de pôles ont re-candidaté pour les 5 pôles restants. Un seul a été retenu. A ce jour, les cellules de repositionnement sont une coquille vide. De plus, nous craignons qu’elles n’aient pas capacité à arbitrer », indique-t-on au sein de l’intersyndicale. Le 19 novembre, le projet de réorganisation des pôles devait être présenté au comité technique. La discussion a été reportée au prochain comité technique de décembre.

Le contexte d’explosion démographique à Toulouse a conduit la commune à ouvrir plus de 40 nouvelles classes à la rentrée 2015. Des recrutements sont en cours pour pourvoir 71 postes (Atsem, agents techniques, encadrement…) dans l’éducation. 
Pour la petite enfance, la collectivité a lancé des recrutements sur 42 postes (puéricultrices, éducateur jeunes enfants, auxiliaires de puériculture, Atsem et agents techniques). Par ailleurs, fidèle à une promesse de campagne sur plus de sécurité, le maire a engagé un programme de recrutement de 150 policiers municipaux.

Cet article est en relation avec le dossier

Régions

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Un délégué général chargé de la modernisation de l’administration pour limiter la masse salariale

Votre e-mail ne sera pas publié

Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X