Energie

L’éclairage public est-il l’otage de la sécurité ?

| Mis à jour le 24/11/2015
Par
eclairage

Cofely Ineo

Selon le Syndicat de l’éclairage, "les Français associent de manière écrasante l'éclairage public de leur commune à la sécurité des personnes et des biens". Il cite des exemples de villes où l'extinction nocturne aurait entraîné des "situations à risque". Qu'en est-il réellement sur le terrain ? Enquête auprès de ces villes montrées du doigt comme mauvais exemples.

72 % des Français seraient satisfaits de l’éclairage public. Tel est du moins ce qui ressort d’un récent sondage Ipsos réalisé pour le Syndicat de l’éclairage (1), intitulé « Les Français et l’éclairage public ». Selon le document, ce sentiment serait accentué chez les plus de 60 ans (76 %) et dans les grandes villes (78 %). Une minorité estimerait qu’il est insuffisant (16 %) ou au contraire trop important (8 %). Et pas moins de 91% des sondés soulignent son rôle « pour renforcer les conditions de sécurité le soir et la nuit ».

Enfin, selon le Syndicat de l’éclairage, « plusieurs exemples récents, à Lisieux ou à Tulle, démontrent que des décisions d’extinction , prises sans réelle concertation, peuvent entraîner des situations à risque pour certaines personnes ».

La vision corrézienne

« A risque » ? Et « sans réelle concertation » ? Vraiment ? Pas si sûr, si l’on regarde du côté des ...

Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

Déjà abonné ? Identifiez-vous
+
Mot de passe oublié ?
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, profitez de l’offre découverte 30 jours gratuits !

Offre découverte
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

ABONNEZ-VOUS
cet article est en relation avec
Commentaires

3  |  réagir

21/11/2015 05h56 - sirius

Une omission d’importance dans mon message :
ce programme associe une association de protection de la nature au Syndicat départemental de l’énergie.(SIEL)

Signaler un abus
21/11/2015 05h52 - sirius

Dans la Loire (42) plus de 115 communes -sur les 327 du département-éteignent tout éclairage public ,en général de 23h.30 à 5h.30.Ce chiffre augmente ,bientôt s’y joindront les 43 communes du PNR du Pilat.
Sans protestation ni incidents .

Signaler un abus
20/11/2015 12h18 - FL

Le « Syndicat de l’éclairage » se soucie peu de sécurité ou d’intérêt commun. Par définition, ce syndicat a pour objectif de vendre le plus d’ampoules possibles. C’est son but dans la vie, sa seule et unique raison d’exister. Il en a tout à fait le droit, ce n’est certes pas un crime. Mais à quelques semaines de la Cop21, c’est indécent de faire parler de soit ! Qu’ils se fassent tout petits, qu’on n’entendent pas parler d’eux. Toutes les études ont prouvé qu’une réduction réfléchie et évaluée de l’éclairage public, notamment la nuit, n’avait que des avantages pour la santé humaine et animale (qui est aussi importante que la santé animale, si ce n’est plus quand on connait le rôle essentiel joué par les insectes pollinisateurs, notamment) et, accessoirement, pour le budget des communes et que la sécurité (y compris autoroutière) n’en subissait aucune conséquence.

Je sais qu’il faut bien gagner sa croute, mais il y a un moment, on doit faire passer le bien commun avant les intérêts particuliers des entrepreneurs et des lobbys. Les élus ont un devoir sur ce sujet. Surtout que ça ne coûte rien : il suffit de réduire de quelques heures les éclairages nocturnes et de supprimer quelques lampadaires qui ne servent à rien et le tour est joué.

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Conversion des « Intercités » en TER : la pompe s’amorce du côté des régions

    Après la Normandie en avril, Grand Est et Bourgogne-Franche-Comté il y a dix jours, c'est au tour de Nouvelle Aquitaine d'accepter de prendre sous son aile des lignes de « Trains d'équilibre du territoire » (TET) pour en faire des TER. La feuille de route de ...

  • L’Essonne met le tri sur la place publique

    Le syndicat intercommunal pour le recyclage et l'énergie par les déchets et les ordures ménagères (Siredom), qui regroupe 140 communes d'Essonne (818000 hab.), déploie des plateformes de proximité, à l’esthétique et aux services soignés, qui collectent les ...

  • Dix conseils pour… donner un coup de jeune à la collecte

    Conversion à la tarification incitative ou au tri à la source des biodéchets, fin de contrat de délégation ou nécessité d’harmoniser un service impacté par la réforme territoriale, les occasions ne manquent pas pour revoir son dispositif de ramassage de ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP