En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

3

Commentaires

Réagir

Attentats de Paris

Attentats de Paris : la territoriale endeuillée, François Hollande devant les maires le 18 novembre

Publié le • Par • dans : A la une, France

3

Commentaires

Réagir

François Hollande n'était venu qu'une seule fois devant le Congrès des maires, en 2012. François Hollande n'était venu qu'une seule fois devant le Congrès des maires, en 2012. © Stéphane Gautier

Deux figures de la territoriale, l’ancien vice-président de l’Afigèse, Cédric Mauduit et la responsable syndicale de la CGT de la ville de Sevran Patricia San Martin, ont péri dans la tuerie du Bataclan du 13 novembre. Prévus à partir du 17 novembre, le Congrès et le salon des maires sont reportés au printemps. Les maires se réuniront cependant le 18 novembre au Palais des congrès de la Porte de Maillot. François Hollande y sera présent.

 

Patricia et Cédric avaient au moins deux points communs : ils aimaient, chacun à leur manière, la fonction publique territoriale dont ils étaient issus, et, dans un même partage, la musique. C’est en l’écoutant qu’ils ont trouvé une mort brutale le 13 novembre 2015, un soir de concert au Bataclan.

Patricia San Martin et Cédric Mauduit font partie des 89 victimes tombées sous les balles des terroristes dans cette salle de spectacle parisienne, la première avec sa fille de 35 ans, Elsa Delplace, quand Cédric Mauduit ne pourra pas fêter, à son retour de concert, comme il l’avait prévu, les 7 ans de son fils Antoine avec sa femme et sa fille Apolline.

Un spécialiste des finances locales

Cédric Mauduit était directeur de la modernisation du département du Calvados. Mais cet ancien de Science Po Rennes s’impliquait aussi beaucoup dans les travaux de l’Afigèse depuis son passage au département du Val d’Oise comme contrôleur de gestion. Chargé de la communication au sein du conseil d’administration de l’association, il en avait été élu vice-président, chargé du développement des partenariats avec le secteur privé, en novembre 2006.
« Un certain nombre de partenariats ont d’ailleurs été mis en place grâce à son impulsion à la fois dans les domaines des finances locales, de la gestion et de l’évaluation des politiques publiques », se souvient Laurent Mazière, président de l’association, « effondré ».

David Bowie et les Rolling Stones

Après avoir occupé les fonctions de consultant puis consultant senior au sein du cabinet INEUM devenu Kurt Salmon pendant plusieurs années, durant lesquelles il a souhaité démissionner de la vice-présidence de l’Afigèse pensant que ses missions étaient incompatibles, il avait souhaité revenir dans des fonctions de terrain en tant que directeur de la modernisation et de la performance au sein du conseil départemental du Calvados, terre de ses racines. Il aurait dû être l’un des vice-présidents de l’association très prochainement.

En dernier hommage, son frère formule un voeu : « Le projet est de trouver un moyen d’inviter David Bowie et les Rolling Stones pour son enterrement. (…) Cela a l’air un petit peu fou, mais c’est le moins que je puisse faire pour mon frère adoré. En plus, c’est une façon de dire « merde à la terreur » et « rock’n’roll » ! Je sais que ce projet a peu de chances de se réaliser, mais je me dois d’essayer en sa mémoire. »

Patricia San Martin a résisté à la dictature chilienne, mais n’a rien pu faire contre l’obscurantisme religieux. Cette fonctionnaire municipale de Sevran (Seine-Saint-Denis) a été tuée au Bataclan vendredi 13 novembre, avec sa fille. Seul son petit-fils est sorti vivant de la salle de spectacle. Elle aussi se battait pour la fonction publique territoriale. Depuis près de 20 ans, elle était engagée syndicale CGT et avait mis son métier de bibliothécaire entre parenthèses pour devenir représentante permanente du syndicat à la mairie : « Elle ne lâchait rien », se souvient Stéphane Gatignon (Union des écologistes), le maire de Sevran, dans les pages du Parisien. Son engagement trouve ses racines dans son exil du Chili, son pays natal, pour fuir la dictature de Pinochet. Elle était la nièce de l’ambassadeur chilien au Mexique.

A la demande de l’Etat

Au lendemain du carnage, un dilemme s’est posé à l’Association des maires de France. Ne pas céder à la barbarie tout en assurant une sécurité maximale, tel a été le casse-tête.

Lire aussi : Attentats : les maires au côté de l’Etat, l’AMF sonne la mobilisation

Après un échange au début de l’après-midi du 14 novembre avec Manuel Valls, ils ont, « à la demande de l’Etat et en accord avec celui-ci  », choisi de reporter le Congrès et le Salon des maires. Une première. Initialement prévu du 16 au 19 novembre 2015, la double manifestation se déroulera du 31 mai au 2 juin 2016.

10 000 élus au congrès et 50 000 visiteurs au salon : un tel rassemblement n’était pas possible à Paris quelques jours seulement après les terribles tueries. « Cela aurait mobilisé énormément de forces de l’ordre. D’autant plus qu’avec la rénovation du Parc des Expositions de la porte de Versailles, le site du salon est beaucoup plus éclaté que les années précédentes », rappelle André Laignel (PS), premier vice-président délégué de l’AMF.

« Nous avons pris une sage décision. Evoquer la baisse des dotations après ce qu’il vient de se passer, aurait été parfaitement incongru », juge le secrétaire général de l’AMF, Philippe Laurent (UDI).

Lire aussi : « Les collectivités territoriales ne se gèrent pas comme une ligne budgétaire de dotations »

En écharpes tricolores, le 18 novembre

« Mais nous n’avons pas voulu abdiquer face à la barbarie et nous effacer du paysage », martèle André Laignel. D’où le report, et non l’annulation, du congrès ainsi que du salon. D’où, surtout, un rassemblement des maires organisé le 18 novembre au matin dans l’enceinte du Palais des Congrès de la Porte Maillot à Paris. Dans ce site, où les contrôles de sécurité sont plus faciles qu’à la porte de Versailles, convergeront les édiles.

Le moment sera solennel. Pour l’occasion, les maires revêtiront l’écharpe tricolore. Lors de ce mini-congrès, se dérouleront – en version courte – deux tables-rondes initialement prévues à la porte de Versailles : l’une consacrée à la laïcité, l’autre à la commune « une idée d’avenir ». « Il n’y a que deux piliers fondamentaux de la République : l’Etat et la commune », explique André Laignel. Et le numéro deux de l’AMF de citer Victor Hugo : « Ceux qui vivent sont ceux qui luttent. »

Le patron des maires de France, François Baroin (LR), André Laignel, la maire de Paris Anne Hidalgo (PS) et le président du Sénat, Gérard Larcher (LR) devraient ouvrir la réunion des maires.

François Hollande interviendra en clôture de la matinée. Une façon, pour lui, de s’adresser aux élus de proximité, après son discours devant les parlementaires réunis en congrès à Versailles le 16 novembre.

Haut de page

3

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Réforme territorialeSécurité publique

3 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. NIBELUNGEN 17/11/2015, 15h17

    Attentats
    Il serait plus rapide d'armer les 15000 Policiers Municipaux de France , le temps n'est plus aux élus de continuer à les exposer de la sorte avec une bombe de défense et un gilet pare balle, cela est de la mise en danger d'autruis, cela couterait aussi moins chère à l'état qui dejà à mis à disposition 4500 revolvers de la Police Nationale, cela fera deux ans de gagné .

  2. 2. Jean 17/11/2015, 15h12

    c'est bien. nos élus ne doivent rien lâcher.
    ce ne sont pas des dingues de terroristes qui vont faire la loi dans notre République.

    nos élus sont à l' avant-poste de notre démocratie, ils représentent leurs citoyens et leurs fonctionnaires. comme vous l'avez prévu, mettez tous et toutes vos écharpes tricolores, montrez et portez haut les couleurs de notre République.

    la France est une grande nation, forte et solide, elle frappera les terroristes pour les détruire. nous ne nous laisserons pas influencer par cette bande de barbares qui frappe à l'aveugle. notre démocratie est fière de ses valeurs, et d'une main forte, elle détruira daesh et sa barbarie.

  3. 3. NIBELUNGEN 17/11/2015, 15h09

    Plan d 'urgence face aux attentats
    Il serait temps d'obliger les Maires à armer sur le territoire Français les Agents des Polices municipales,; en effet il faut en finir avec la couardise des élus et la mise en dangers des Agents, une bombe de gaz et gilet pare balle ne suffisant plus . Le Ministre de l'I Intérieur met à disposition des armes gratuites, cela ira plus vite que d 'attendre de recruter des Agents de Polices ou Gendarmes sur deux ans et coutera moins cher .

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.