En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club Prévention Sécurité

7

Commentaires

Réagir

Sécurité publique

Attentats : les maires au côté de l’Etat, l’AMF sonne la mobilisation

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu prévention sécurité, France

7

Commentaires

Réagir

Cazeneuve Baroin © Ministère de l

Alors que le gouvernement promet une riposte sans précédent contre le terrorisme, le président de l’Association des maires de France, François Baroin, a assuré le 16 novembre au ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, que la responsabilité des communes était « de garantir la pleine sécurité et la tranquillité des habitants ». Une rencontre qui intervient alors que les préfets ont reçu consigne de réunir les maires dans chaque département.

 

Les maires de France unis dans la lutte contre le terrorisme. Trois jours à peine après les attentats meurtriers de Paris, le président de l’Association des maires de France, François Baroin, a rencontré le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, pour exprimer le soutien des élus locaux à l’Etat.

Les conditions de la sécurité - « Les communes ont une responsabilité, au côté de l’Etat, qui garantit l’ordre public, de garantir la pleine sécurité et la tranquillité des habitants », a déclaré le député-maire (LR) de Troyes (Aube).

Dans un communiqué diffusé à l’issue de cette rencontre, François Baroin précise « que les maires et leurs équipes étaient déjà et seront mobilisés, autour des préfets, pour contribuer à la sécurité de nos concitoyens dans le cadre de leurs activités quotidiennes ou des manifestations diverses et variées qui se déroulent sur la voie publique ou dans des lieux fermés ».
« Il est en effet impératif de trouver à chaque fois, en lien direct avec l’Etat, les modalités adaptées pour permettre le bon fonctionnement de la vie locale dans les meilleures conditions possibles » souligne-t-il. Avant de rappeler que le « Rassemblement des maires de France » organisé le mercredi 18 novembre à Paris en lieu et place du Congrès des maires, « réaffirmera le rôle essentiel des maires dans ce domaine et témoignera de leur engagement pour les valeurs de la République ».

 

Lire aussi : Attentats de Paris : la territoriale endeuillée, François Hollande devant les maires le 18 novembre

 

Réunions autour du préfet dans chaque département - Pour sa part, Bernard Cazeneuve a déclaré « avoir adressé ce lundi matin une circulaire aux préfets leur demandant dans la semaine de réunir les maires et les parlementaires de leur territoire de manière à leur communiquer toutes les informations utiles concernant la mise en œuvre de l’état d’urgence (…) Il est tout à fait indispensable que l’administration de l’Etat travaille en étroite liaison avec les élus et notamment les maires pour assurer un haut niveau de protection des Français ».

 

Lire aussi : Prévention de la radicalisation : quel rôle pour les acteurs locaux ?

 

Le ministre de l’Intérieur a également souligné la nécessité « que les maires puissent faire remonter aux préfets l’ensemble des interrogations, l’ensemble des besoins qui s’expriment sur le territoire concernant l’adaptation de notre dispositif de sécurité ».

Police municipale : la polémique sur l’armement relancée ?

Dix mois après les attentats de janvier, la question de la protection des policiers municipaux face aux éventuels actes terroristes pourrait bien revenir dans le débat public. Alors que plusieurs syndicats représentatifs préparaient un communiqué commun, Force ouvrière Police municipale appelait le chef de l’Etat à prendre « des mesures exceptionnelles pour garantir la sécurité des policiers municipaux, des gardes champêtres qui ne sont pas équipés de moyens de protection et dotés d’armes à feu ». De même que les agents de surveillance de la voie publique.

Dans un courrier daté du 14 novembre, le syndicat déplore que « des maires ont pris la décision d’engager leurs agents de police municipale non armés sur des missions de sécurisation ou de protection des lieux publics ».

En janvier dernier, au lendemain du drame de Montrouge au cours duquel une jeune policière municipale, Clarissa Jean-Philippe, était tombée sous les balles de A.Koulibaly, les syndicats représentatifs étaient monté au créneau pour réclamer un armement généralisé. Une revendication qui s’était heurté au refus de l’Association des maires. Néanmoins, en juin dernier, le ministre de l’Intérieur adressait des consignes au préfet leur demandant de favoriser l’armement des polices municipales.

Haut de page

7

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

7 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. Jolin 22/11/2015, 20h26

    Etant policier municipal depuis 13 ans dans le Sud, il est impensable de ne pas être armé face aux missions que nous assurons maintenant jours et nuits. Sachant qu'il y a de plus en plus d'actes violents et la gendarmerie qui se désengage dans les communes rurales, nous PM nous prenons le relais par la force des choses, sans la moindre reconnaissance.

  2. 2. Policier municipal mais policier avant tout 17/11/2015, 17h18

    Monsieur Tanson Henri, je ne vois pas en quoi vouloir pouvoir se protéger chaque jour dans l'accomplissement des nobles missions de Policier Municipal serait irresponsable et dangereux. Contrairement à vous, moi je respecte votre point de vue et cherche à le comprendre, je vous avouerai simplement que j'ai fait tout mon possible pour y parvenir mais vous comprendre me semble chose complexe !!! Je terminerai en vous précisant que seuls les gens qui ont des choses à se reprocher trouvent liberticide le fait qu'un Policier soit armé. Et si la guerre se gagne en faisant des bisous alors je vous demande de me montrez comment vous vous y prenez !!! La volonté d'armement obligatoire chez les Policiers municipaux est omniprésente et cela ne date pas d'aujourd'hui, si l'on n'avait écouté un peu plus cette profession, celle-ci ne serait pas obligée d'attendre que la guerre soit reconnue pour profiter d''une si triste situation pour obtenir ce qu'elle demande... Vous ne vous mettez pas une seule seconde à la place d'un Policier Municipal qui se fait braquer en pleine rue et à qui on ne donne pas la possibilité de riposter !!!

  3. 3. NIBELUNGEN 17/11/2015, 15h38

    Oui triste France , j'ai mal à mon pays face à la lâcheté de nos élus .

  4. 4. NIBELUNGEN 17/11/2015, 15h35

    Les Maires attendent quoi ? cessons la couardise et mise en danger des Agents de la Police Municipale, un gilet pare balle set une bombe de défense ne suffisent pas . Gagnons aussi du temps en armant les 15000 Agent PM au lieu de recruter sur deux ans des Nationaux , de ,plus 5000 revolvers sont à disposition au Ministère de l Intérieur .

  5. 5. Henri Tanson 17/11/2015, 15h00

    Escalade, surenchère... Course en avant.
    S'il y a une urgence quelque part, elle n'est pas forcément là où certains vouraient la voir, avant d'avoir suffisamment pris du recul sur les événements dramatiques du vendredi 13.
    Qui sont les responsables ? Doit-on s'arrêter aux apparences ou bien, doit-on aller chercher ailleurs, plus haut, plus loin ?
    Armer les policiers municipaux...
    Alors, quelle sera la prochaine étape ?
    Il n'y a pas de limite. Il n'y a pas de Solution.
    Il n'y a que des choix, pesés, pour leurs avantages et leurs inconvénients.
    La surveillance à outrance ne sera jamais qu'un maillage plein de trous.
    En plus, sacrifier la liberté de chacun pour rien, ou pas grand chose, c'est bien cher payé.
    De même, l'armement à outrance ne sera jamais une solution parce que l'adversaire sera toujours plus fort: pas de limite.
    Quels sont les enjeux, qu'avons-nous de plus cher à préserver ? Quels sacrifices cela entraîne-t–il ?...
    Quand certains proposent des solutions dangereuses et irresponsables, je reste perplexe. Et inquiet.

  6. 6. Policier municipal mais Policier avant tout 17/11/2015, 12h54

    Comment peut-on reconnaître qu'un Pays est en guerre tout en laissant plusieurs milliers de Policiers Municipaux non armés assumer leurs missions dans la rue ? La réponse donnée depuis trop longtemps est la liberté de choisir pour les Maires de France. Si on a accepté de prendre un décret pour les uniformes, on est capable de prendre un décret pour l'armement obligatoire !!! Arrêtons d'hésiter et donnons les moyens aux Policiers Municipaux de se défendre pour défendre la population. Qui peut encore oser croire que les Français préfèrent savoir des voyous armés plutôt que des Policiers Municipaux ??? Agissons et vite, la France a besoin de toutes ses forces de Police !!!

  7. 7. Johan 17/11/2015, 07h47

    Consternant quand on pense que plus de 50% des policiers municipaux ne sont pas armés dans ce pays.

    A ce titre pourquoi l'AMF, qui n'est jusqu'à preuve du contraire qu'une association, fait de telles annonces, met en péril la protection des agents sous équipés.

    Pourquoi pas utiliser les PM pour les contrôles aux frontières tant qu'on y est ?

    Triste France.

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.