Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Carnet

Attaques de Paris : des territoriaux parmi les victimes

Publié le 16/11/2015 • Par Cédric Néau • dans : Actualité Club finances, France

Cédric Mauduit
Afigese
Patricia San Martin et Cédric Mauduit, tous deux fonctionnaires territoriaux, sont tombés sous les balles des terroristes le soir du vendredi 13 novembre 2015, au Bataclan. La profession leur rend hommage.

Patricia et Cédric avaient au moins deux points communs : ils aimaient, chacun à leur manière, la fonction publique territoriale dont ils étaient issus, et, dans un même partage, la musique. C’est en l’écoutant qu’ils ont trouvé une mort brutale le 13 novembre 2015, un soir de concert au Bataclan.

Patricia San Martin et Cédric Mauduit font partie des 89 victimes tombées sous les balles des terroristes dans cette salle de spectacle parisienne, la première avec sa fille de 35 ans, Elsa Delplace, quand Cédric Mauduit ne pourra pas fêter, à son retour de concert, comme il l’avait prévu, les 7 ans de son fils Antoine avec sa femme et sa fille Apolline.

Cédric Mauduit était directeur de la modernisation du département du Calvados. Mais cet ancien de Science Po Rennes s’impliquait aussi beaucoup dans les travaux de l’Afigèse depuis son passage au département du Val d’Oise comme contrôleur de gestion. Chargé de la communication au sein du conseil d’administration de l’association, il en avait été élu vice-président, chargé du développement des partenariats avec le secteur privé, en novembre 2006.
« Un certain nombre de partenariats ont d’ailleurs été mis en place grâce à son impulsion à la fois dans les domaines des finances locales, de la gestion et de l’évaluation des politiques publiques », se souvient Laurent Mazière, président de l’association, « effondré ».

David Bowie et les Rolling Stones

Après avoir occupé les fonctions de consultant puis consultant senior au sein du cabinet INEUM devenu Kurt Salmon pendant plusieurs années, durant lesquelles il a souhaité démissionner de la vice-présidence de l’Afigèse pensant que ses missions étaient incompatibles, il avait souhaité revenir dans des fonctions de terrain en tant que directeur de la modernisation et de la performance au sein du conseil départemental du Calvados, terre de ses racines. Il aurait dû être l’un des vice-présidents de l’association très prochainement.

En dernier hommage, son frère formule un voeu : « Le projet est de trouver un moyen d’inviter David Bowie et les Rolling Stones pour son enterrement. (…) Cela a l’air un petit peu fou, mais c’est le moins que je puisse faire pour mon frère adoré. En plus, c’est une façon de dire « merde à la terreur » et « rock’n’roll » ! Je sais que ce projet a peu de chances de se réaliser, mais je me dois d’essayer en sa mémoire. »

Patricia San Martin a résisté à la dictature chilienne, mais n’a rien pu faire contre l’obscurantisme religieux. Cette fonctionnaire municipale de Sevran (Seine-Saint-Denis) a été tuée au Bataclan vendredi 13 novembre, avec sa fille. Seul son petit-fils est sorti vivant de la salle de spectacle. Elle aussi se battait pour la fonction publique territoriale. Depuis près de 20 ans, elle était engagée syndicale CGT et avait mis son métier de bibliothécaire entre parenthèses pour devenir représentante permanente du syndicat à la mairie : « Elle ne lâchait rien », se souvient Stéphane Gatignon (Union des écologistes), le maire de Sevran, dans les pages du Parisien. Son engagement trouve ses racines dans son exil du Chili, son pays natal, pour fuir la dictature de Pinochet. Elle était la nièce de l’ambassadeur chilien au Mexique.

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Attaques de Paris : des territoriaux parmi les victimes

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X