En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

 

Réagir

Politiques publiques

Baromètre du service public municipal : regards croisés de deux communes

Publié le • Par • dans : France

0

Commentaire

Réagir

BSPM2015-une © D.R.

Les résultats du 3è baromètre du service public municipal publiés en exclusivité par la Gazette montrent que les Français éprouvent une certaine méfiance à l'égard de l'institution. Mais que donne ces résultats au niveau local ? Nous avons recueillis les témoignages de deux communes qui ont réalisé la même enquête, auprès de leur population, et peuvent ainsi mesurer les attentes de leurs administrés, au regard des résultats nationaux. Réactions d'Anthony Patheron, adjoint chargé de l’urbanisme et du développement durable de Cotignac (2 350 habs., Var) et de Nathalie Lefebvre, adjointe déléguée à la démocratie locale, Martigues (48 000 habs., Bouches-du-Rhône).

 

Pourquoi avez-vous décidé de mener au plan local l’enquête nationale du Baromètre du service public municipal ?

Anthony Patheron, adjoint chargé de l’urbanisme et du développement durable de Cotignac (2 350 habs., Var) : Associer les citoyens à la gestion de la commune faisait partie de notre programme électoral en 2014. Nous avions promis une meilleure coopération entre les élus et les administrés. L’enquête du Baromètre du service public municipal était une façon de recueillir leur avis sur les politiques que nous menons.

Nathalie Lefebvre, adjointe déléguée à la démocratie locale, Martigues (48 000 habs., Bouches-du-Rhône) : Le baromètre du service public municipal s’inscrit dans le cadre de l’Observatoire des politiques municipales que nous sommes en train de mettre en place. Parmi les engagements que la municipalité a pris lors des élections municipales de 2014, il y avait la mise en place d’une instance où la population pourrait évaluer les politiques publiques. L’Observatoire sera constitué d’une cinquantaine de membres, pour moitié des habitants issus des conseils de quartiers, pour moitié des personnes tirées au sort sur les listes électorales. Il est co-présidé par un élu et un habitant de Martigues.

Comment analysez-vous les résultats dans votre commune, au regard des conclusions de l’enquête nationale ?

Anthony Patheron : L’attachement au service public municipal est très fort, avec 93% de réponses favorables, contre 71% au niveau national. En ce qui concerne les valeurs du service public, nos habitants citent en premier lieu la compétence et l’efficacité qui cumulent 60%, ensuite la qualité, à 27%, et l’intérêt général, qui arrive en deuxième position au niveau national, à 22%.
J’y vois un changement dans les mentalités – les gens attendent un service performant de leur commune. Il faut noter aussi l’importance accordée à la consultation citoyenne, avec 97% des gens qui estiment cela très, ou plutôt important, contre 88% au niveau national.

Nathalie Lefebvre : Concernant l’attachement au service public municipal, nos résultats sont supérieurs à la moyenne nationale, puisque 66% des martégales et des martégaux se déclarent très attachés au SPM, contre 27% au niveau national.
87% parmi eux se disent fortement ou plutôt concernés par les évolutions de leur service public, contre une moyenne nationale de 69%.

J’interprète ces chiffres comme une approbation de nos politiques publiques. Concernant les valeurs du SPM, les martégaux citent en premier l’efficacité, ensuite la compétence, et en troisième lieu, l’intérêt général. Ces résultats démontrent que le service public représente un investissement utile pour la population. Quant à la priorité donnée à l’utilisation de leurs impôts locaux, 50% des habitants ont choisi l’éducation et la jeunesse. La sécurité des biens et des personnes arrive en troisième position, avec 44%, à égalité avec la solidarité et vie sociale.

Comment expliquez-vous ce décalage avec la tendance nationale où la sécurité arrive en tête des priorités, avec 56%, et monte jusqu’à 60% dans les villes de 20000 à 50000 habitants ?

Nathalie Lefebvre : Martigues est une ville où il fait bon vivre. Il y a 32 ans, la municipalité a mis en place les conseils de quartiers, au nombre de 19 aujourd’hui. Présidés par un élu, leur objectif est de travailler en proximité avec la population pour répondre à ses préoccupations, comme la solidarité ou le vivre ensemble, mais aussi la sécurité. Nous avons également un service de développement des quartiers, qui travaille en transversalité avec l’ensemble des services municipaux et la police municipale.

Quelles actions comptez-vous mener en lien avec les enseignements du baromètre ?

Anthony Patheron : Dans le cadre d’une réorganisation des services, nous envisagions d’entreprendre une formation de nos personnels afin d’améliorer leurs compétences et leur polyvalence. Le baromètre, et notamment les attentes de la population en termes d’efficacité, nous confortent dans cette orientation pressentie. Concernant les attentes en matière de consultation citoyenne, nous allons renforcer des initiatives déjà prises : une boîte à idée dans le hall de la mairie, un espace dédié sur notre site internet, le développement d’une application citoyenne pour smartphone qui permettra à nos administrés de signaler un problème ou de faire une proposition.

Nathalie Lefebvre : Nous allons présenter les résultats de l’enquête à l’ensemble de nos agents qui sont les piliers de la mise en œuvre du service public. Nous allons ensuite constituer des groupes de travail pour réfléchir collectivement à l’amélioration du service rendu à la population. Il y aura un travail réalisé avec l’Observatoire dans l’objectif de dégager des propositions concrètes pour améliorer les politiques publiques.

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés AdministrationDématérialisationService public

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.