En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

 

Réagir

Congrès des maires 2015

Congrès des maires 2015 : un accueil musclé pour Manuel Valls ?

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : France

0

Commentaire

Réagir

Manuel Valls et François Baroin en clôture du Congres des maires le 27 novembre 2014 Manuel Valls et François Baroin en clôture du Congres des maires le 27 novembre 2014 © S. Gautier

« Les sifflets, cela fait partie de la République », a considéré le président de l’AMF François Baroin (LR), lors de la présentation du congrès des maires, le 10 novembre 2015. Pour lui, l’annonce du report de la réforme de la dotation globale de fonctionnement « ne règle rien ».

 

C’est désormais une certitude. Manuel Valls interviendra le 17 novembre lors de la séance d’ouverture du congrès des maires. Mais comment sera reçu le Premier ministre, à l’heure de la fronde des élus locaux contre la réduction drastique des concours financiers de l’Etat ?

Fidèles à ses fondamentaux, l’Association des maires de France (AMF) promet « un accueil républicain » à l’ancien premier magistrat d’Evry. Une ligne de conduite à ne surtout pas confondre avec de la déférence.
« Les sifflets, cela fait partie de la République », a considéré le président de l’AMF, François Baroin (LR), lors de la conférence de presse de présentation du congrès, le 10 novembre 2015. Pour lui, c’est « une manière de manifester des désaccords ». Et l’ancien ministre de l’Economie de rappeler qu’il a connu ce genre de désagrément quand il siégeait au Gouvernement…

« L’identité de la France »

Sur le fond, François Baroin ne lâche rien. Il pousse un nouveau « cri d’alarme » contre « l’étranglement financier imposé par l’Etat central ». « On n’est pas loin de la remise en cause du principe constitutionnel de libre administration des collectivités », prévient-il.
A cet égard, « l’annonce du report de la réforme de la DGF ne règle rien ». Pour l’AMF, le timing retenu par le Gouvernement n’est toujours pas le bon. L’AMF ne veut pas entendre parler de principes présidant à la réforme des dotations dès le PLF 2016. Selon François Baroin, il faut prendre une loi spécifique dans « la fenêtre de tir » comprise entre la publication des nouvelles cartes intercommunales « fin mars, et fin juin ».

Le premier vice-président délégué André Laignel (PS) se montre encore plus ferme. Selon lui, « les maires oscillent entre inquiétude, exaspération ou résignation ». Parmi les raisons de ce blues : « Les textes qui veulent noyer la commune dans des ensembles plus vastes. »
« Chacun d’entre nous est de quelque part. Vouloir atténuer cette identité individuelle, c’est affaiblir l’identité de la France », martèle André Laignel. Le trésorier de l’AMF Michel Vergnier (PS) ne masque pas son inquiétude : « Je crains que tout cela soit récupéré par des partis extrêmes qui étaient quasi-inexistants dans nos territoires ruraux il y a 10 ans et représentent beaucoup aujourd’hui. »

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés DécentralisationFinances localesFiscalité

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.