En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club Finances

4

Commentaires

Réagir

Finances locales

Didier Migaud : « Un décalage choquant entre les moyens consacrés à l’action publique et leurs résultats »

Publié le • Par • dans : A la une, A la Une finances, Actualité Club finances, France

4

Commentaires

Réagir

Didier Migaud, Premier président de la Cour des comptes Didier Migaud, Premier président de la Cour des comptes © Emile Lombard - Cour des comptes

Pour le premier président de la Cour des comptes, la hausse de la masse salariale des collectivités en 2014, très forte dans les intercommunalités (+ 7 %), est davantage due aux élus locaux qu'à des décisions imposées à l'échelon national. En matière d’investissement, il reconnait l’impact négatif de la baisse des dotations.

 

Après trois rapports spécifiques sur les finances locales, quels constats généraux faites-vous sur l’évolution des finances des collectivités ?

Contrairement à ce que nous avions pu constater en 2013, les administrations publiques locales ont contribué en 2014 à l’amélioration du solde national. Mais leur situation financière s’est dégradée selon une grande variété de situations et pas seulement à cause d’une réduction des concours financiers de l’Etat. Il faut bien sûr considérer l’impact des normes sur les budgets locaux. Mais nous insistons encore sur la nécessité de mieux maîtriser les dépenses de fonctionnement et d’accroître la sélectivité de l’investissement local.

Vous dites que vous ne faites le procès de personne et que vous êtes fidèle à certains principes. Lesquels ?

Pour tous les rapports, nous avons les mêmes principes : l’indépendance, la collégialité, la contradiction. Les juridictions financières ne sont là ni pour plaire ni pour déplaire, mais pour dire ce qu’elles ont constaté à l’issue de leurs enquêtes, sans parti pris.

La loi NOTRe renforce les prérogatives de la Cour sur les collectivités. Peut-on imaginer qu’à l’avenir elle donne non plus des recommandations mais des obligations ?

Nous ne sommes pas dans un gouvernement des juges. La loi NOTRe a introduit une nouvelle disposition : dans le délai d’un an à partir de la présentation de l’observation définitive à l’assemblée délibérante, l’exécutif de la collectivité territoriale ou le président de l’EPCI présente dans un rapport devant cette assemblée les actions qu’il a entreprises à la suite des observations de la chambre régionale des comptes et qui remontent à la Cour. Cette évolution va dans le sens d’une transparence qui est souhaitée par les citoyens et par l’ensemble des pouvoirs publics. Mais dans notre esprit, il s’agit bien de recommandations et non d’obligations. Le dernier mot revient toujours aux élus, aux représentants du suffrage universel.

Certains élus vivent parfois assez mal les recommandations de la Cour comme le non-remplacement des fonctionnaires qui partent à la retraite qu’ils estiment contraire au principe de libre administration des collectivités. Qu’en pensez-vous ?

La Cour ne recommande pas de revenir sur la libre administration des collectivités territoriales. Je fais seulement observer que la libre administration s’applique « dans les conditions prévues par la loi », comme le précise la Constitution. Ce qui veut dire que la libre administration n’est pas un principe au dessus de la loi. Le non-remplacement des départs à la retraite est un des leviers disponibles. Le problème dans notre pays, c’est qu’on constate un décalage entre les moyens qui sont consacrés aux politiques publiques et leurs résultats. Ce décalage n’est pas normal. Il est même choquant. Or on observe qu’il existe des économies possibles, sans remettre en cause les services rendus à la population et la qualité d’un service public. C’est tout l’enjeu de l’efficience du service public.

Pour vous la dégradation ne vient pas uniquement de la baisse de dotations, mais du recul de l’autofinancement, par le manque de maîtrise des dépenses de fonctionnement…

La dégradation financière des collectivités provient avant tout d’une progression plus rapide de leurs dépenses de fonctionnement par rapport à leurs recettes de fonctionnement. La Cour reconnaît certes que la baisse des dotations est une contrainte à prendre en compte, cela va de soi.

Je rappelle toutefois que la baisse de la DGF en 2014 a été atténuée pour les communes, et plus que compensée pour les départements et les régions, par la progression d’autres transferts financiers. Des efforts de gestion ont été faits, mais ils ont été globalement trop limités pour compenser la vive croissance des dépenses de rémunération, notamment dans les EPCI à + 7 % en 2014. Même si des décisions nationales ont expliqué 42 % de l’augmentation des dépenses de personnel des collectivités locales en 2014, les décisions des collectivités en expliquent une majorité : 58 %.

Comment réduire rapidement la masse salariale ?

Il ne s’agit pas de diminuer ces dépenses, mais de modérer leur progression ! On identifie certaines pistes en matière d’évolution de la masse salariale, comme le respect de la durée légale du travail – qui est supérieure à la durée effective dans de nombreux cas – ou bien la lutte contre l’absentéisme. Certaines collectivités se sont engagées dans ces démarches avec des résultats assez rapides. On a identifié les marges de manœuvre possibles, mais ce n’est pas aux juridictions financières de décider. Nous mettons sur la table les dispositifs possibles, ensuite c’est aux élus de faire leur choix.

Un assouplissement du statut de la fonction publique peut-il être un moyen de réduire la masse salariale ?

La gestion de la fonction publique territoriale sera le thème du rapport 2016 et, le cas échéant, les conséquences d’éventuelles rigidités inhérentes au statut sur les budgets locaux pourront être examinées, mais la Cour ne s’est pas exprimée sur le statut de la fonction publique.

A lire aussi Fonction publique territoriale : Alain Juppé veut fermer l’accès au statut

Pourquoi insistez-vous sur la nécessité d’une loi de financement des collectivités ?

Parce que les collectivités sont concernées par les engagements que prend la France en matière de redressement des comptes publics. Ce que nous proposons, c’est une gouvernance financière locale rénovée et renforcée, avec un pilotage impliquant l’État et les collectivités territoriales, et fondée sur des constats partagés, sur une information financière fiable et sur des objectifs concertés. Cette nouvelle gouvernance reposerait sur un projet de loi de financement des collectivités qui pourrait marquer un engagement conjoint, en tenant compte des spécificités de chaque catégorie de collectivités et de celles des collectivités au sein de chaque catégorie. Ce ne serait pas une loi comportant des plafonds de dépenses, comme pour le budget de l’État, mais des objectifs.

Le Dialogue national des territoires existe déjà ?

Mais cette instance ne s’est réunie qu’une fois. Et cette question d’objectif financier n’était pas à l’ordre du jour. Il y a des marges de progrès pour améliorer la gouvernance. La loi trace une trajectoire d’évolution mais elle n’est pas explicitée par catégorie, par dépenses et recettes. L’idée de la loi de financement est de mettre sur la table toutes les données : prévisions sur les recettes fiscales, baisse des dotations, poids des décisions de l’Etat sur les dépenses locales, etc. Ce travail permettrait de définir une trajectoire et d’aboutir à un solde. Aujourd’hui, un solde et un indicateur sur l’évolution des dépenses globales et de fonctionnement existent, mais on ne sait pas sur quel raisonnement analytique ils reposent.

Considérez-vous que les collectivités aient trop investi ces dernières années ?

Ce n’est pas ce que nous disons ! Mais tout investissement n’est pas vertueux en soi. Les chambres régionales constatent malheureusement trop souvent des investissements redondants ou surdimensionnés. C’est pourquoi nous insistons sur une meilleure sélection des investissements, qui pourrait être obtenue à travers une généralisation d’une programmation pluriannuelle et en introduisant une évaluation de l’utilité socio-économique d’un investissement.

Que pensez-vous de la réforme de la DGF ?

Au niveau des principes, la réforme semble répondre aux recommandations de la Cour. Après, il apparaît essentiel que les élus puissent bénéficier des travaux de simulations qui ont été faits pour pouvoir décider en toute connaissance de cause. Il faut partager les données et les analyses.

Vous avez mis en avant le poids des normes dans les finances locales…

Nous invitons l’État à bien mesurer les conséquences de l’adoption d’une norme sur les budgets locaux. Ce genre de décision n’est pas neutre. Il faut améliorer l’efficacité et la visibilité du dispositif national, améliorer la fiabilité des études d’impact financier qui sont produites par les ministères. La Cour recommande que soit renforcée la portée des avis rendus par le Conseil national d’évaluation des normes, notamment en publiant un bilan chiffré annuel du coût des normes. C’est un bilan sur lequel l’Etat s’est engagé, mais qui n’a pas encore été dressé.

Les comptes des collectivités sont-ils fiables ?

Il reste encore des progrès à accomplir vers une plus grande maîtrise comptable, prudente et donnant une image fidèle. Certaines dispositions sont prises, je pense aux dispositifs de contrôle interne ou aux démarches de certification, mais des lacunes persistent en matière de suivi statistique de l’encours des emprunts toxiques, par exemple. Il serait utile que les services de l’État se dotent des moyens leur permettant de publier des données financières, agrégées au plan national, du bloc communal ainsi que des budgets principaux et annexes. De la même façon, nous proposons un compte financier unique au niveau des résultats, fusion entre comptes administratif et de gestion.

Haut de page

4

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés DécentralisationFinances localesFinances publiquesFiscalité

4 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. Frédéric COTTA 17/11/2015, 17h05

    Pourrions-nous évaluer la performance d'une cour de monarques constitutionnels qui coûte si cher à nos impôts sans jamais donner une piste sérieuse ?
    Pourrions-nous évaluer la compétence de "fonctionnaires" ultra rémunérés qui osent pourfendre le peu d'avantages procurés aux fonctionnaires de basse couche ?
    Au vu des évènements récents, n'y-a-t-il pas urgence à cesser de brimer ceux qui "font le job" au profit des planqués, bien souvent recrutés par nos (très chers) élus ?

  2. 2. François 16/11/2015, 11h15

    Le problème des chiffres, c'est qu'il caricaturent à un niveau national.
    Ma petite Communauté d'agglo, avec ses 500 agents permanents a eu une augmentation de sa masse salariale de 1,73 % de 2013 à 2014.
    Au 30 septembre 2015, elle a retouvé le chiffre de dépenses du 30 septembre 2013, suite aux mesures prises pour limiter les dépenses.
    Le tems de travail correspond au temps réglementaire, les services transversaux ont été mutualisés de puis bientôt 4 ans.
    Il serait bon que la cour des comptes et les médias s'intéressent aux EPCI qui font des efforts, et je suis sûr qu'ils sont nombreux.

  3. 3. rhapsodie 14/11/2015, 17h59

    Ce qui est choquant, Mr Migaud, c'est votre décalage avec la réalité d'exercices des très nombreux fonctionnaires de ce pays engagés dans leur travail : ceux qui se lèvent la nuit pour porter secours dans les hôpitaux, ceux qui risquent leur vie pour vous protéger, ceux qui ne comptent pas leurs heures. Alors, de grâce, arrêtez donc de cracher sur ^ceux dont le salaire ne bougent pas depuis 5 ans, ceux qui voient leur s collègues partir dans être remplacés et se paient la pile de travail..car le non remplacement d '1 fonctionnaire sur 2 se paient, Monsieur Migaud, de burn_out, d'épuisement, de dépressions. Bien à vous Monsieur !

  4. 4. pov citoyen 14/11/2015, 08h03

    J'adhère totalement à ces propos qui se rapprochent du bon sens populaire, mais pas issus du comptoir du bistrot mais d'un examen attentif des comptes.
    Peut-être que si les élus étaient payés ou indemnisés ou avantagés de manière un peu plus spartiate, payés un peu plus au mérite et à la présence, ils seraient plus vigilants avec notre argent (dernier exemple en date: Claude Guéant...)
    S'il faut réunir le congrès à Versailles pour cela (comme supprimer le sénat qui ne sert à rien et qui coute "un bras" comme on dit, avec son train d'avantages indus), vous voyez que nous aurons de la peine à aboutir.
    Mais ne baissons pas les bras, ne sombrons pas dans l'extrême droite, faisons savoir ce qui se passe ! merci la presse !

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.