En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

 

Réagir

Action sociale

Dissolution des petits CCAS : l’Unccas et l’AMRF allument un contrefeu

Publié le • Par • dans : France

0

Commentaire

Réagir

Fotolia_53816795_M recadré ©_celeste_clochard_-_Fotolia_com © celeste clochard - Fotolia

L’Union nationale des CCAS et les maires ruraux remettent les pendules à l’heure : il n’y a aucune urgence à dissoudre un CCAS. Ils lancent le mot d’ordre « non au désert social ».

 

L’article 79 de la loi NOTRe du 7 août 2015 rend facultatifs les centres communaux d’action sociale (CCAS) dans les communes de moins de 1500 habitants et permet la dissolution de ceux qui existent déjà. Dans plusieurs départements, les préfets ont adressé aux maires des communes concernées des courriers les invitant/incitant, sans explication de texte, à organiser une délibération de leur conseil municipal pour dissoudre leur CCAS d’ici fin 2015. Les destinataires ont été déboussolés  par ce qui s’apparentait à une injonction !

L’Union nationale des CCAS a trouvé cet empressement très fâcheux et a décidé, avec l’Association des maires ruraux de France (AMRF), d’allumer un contrefeu : il n’est fait mention d’aucune échéance particulière dans la loi et les maires peuvent se donner le temps de la réflexion, écrivent en substance Joëlle Martinaux, présidente de l’Unccas et Vanik Berberian, président de l’AMRF dans un courrier commun adressé aux presque 30 000 communes de moins de 1500 habitants. Ils insistent :

Il n’y a pas d’impératif, ni de caractère d’urgence à la dissolution des CCAS des petites communes, encore moins si cette dissolution ne s’accompagne pas d’un transfert de la compétence sociale à un centre intercommunal d’action sociale (CIAS) – ce que propose précisément la loi NOTRe. Il est d’ailleurs logique qu’un opérateur spécialisé, tel que le CCAS, transfère ses compétences à un autre opérateur spécialisé, le CIAS !

Pour enfoncer le clou, un argumentaire « Répondre aux besoins sociaux sur mon territoire, avec mon CCAS et/ou le CIAS » est joint au courrier. Enfin le mot d’ordre « Non au désert social » est lancé sous forme d’un site spécifique www.nonaudesertsocial.fr dont la première urgence est de démêler le vrai du faux…

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Etat et collectivités localesSocialTravail social

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.