En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

4

Commentaires

Réagir

Congrès des maires 2015

Quel avenir pour les communes : « Un marronnier de la vie politique »

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : A la une, Dossiers d'actualité, France

4

Commentaires

Réagir

laurent davezies © Patricia Marais

Pris en étau entre la baisse des dotations et la montée en puissance de l’intercommunalité, le plus petit échelon administratif est à la peine. A la veille du congrès des maires, La Gazette a interrogé élus locaux, parlementaires, économistes et politologues sur son avenir. Troisième épisode avec Laurent Davezies, professeur au département « villes, échanges et territoires » du conservatoire national des arts et métiers (CNAM).

Voir le sommaire

Cet article fait partie du dossier

Quel avenir pour les communes ?

 

Va-t-on assister dans un futur proche à la disparition des communes ?

C’est un marronnier de la vie politique, chaque année les étudiants de Sciences Po préparent un exposé dessus. On n’a pas fait, en France, le choix des réformes brutales qui ont eu lieu en Europe du Nord, car ce n’était pas faisable politiquement. Pour l’instant, on assiste à des arbitrages un peu bizarres, mais on va évidemment évoluer dans le sens de ce qu’on peut considérer comme le plus efficace : le couple interco-région, même si la création des grandes régions ne va pas faciliter les choses.

Le pays est-il prêt à une telle évolution ?

La loi de Chevènement en 1999 a apporté un vrai changement dans une France bloquée sur la défense des départements et des communes. Mais si elle a été un tel succès, c’est parce qu’elle n’a tordu le bras à personne et fonctionné par incitation. Le contexte de baisse des dotations est le moment parfait pour favoriser les regroupements par des incitations positives ou l’atténuation de la tendance négative, comme cela se fait pour les communes nouvelles.
L’intercommunalité reste un phénomène récent ; tout cela va s’ajuster progressivement.

Dans quel sens ?

Tout ce qui concerne les éléments cruciaux de stratégie : transports, logement, urbanisme, doit être du ressort des intercommunalités. Et il leur faut un vrai suffrage universel direct, le système des soviets employé par exemple pour le Grand Paris constitue évidemment un frein à l’action. Ce qu’a fait Gérard Collomb à Lyon, en installant un vrai leadership pour le patron de la métropole, est ce dont on a besoin.

Quel rôle alors joueront les communes à l’avenir ?

La commune, c’est le lieu où l’on vit, celui de la proximité. 36000 communes, 500 000 élus, c’est comme un tableau lumineux : quand il y a un souci, immédiatement on le sait, le tableau s’allume. D’ailleurs, les pays qui ont drastiquement réduit le nombre de communes, comme la Grande-Bretagne, sont revenus en arrière en recréant des instances locales de proximité (mais avec peu de pouvoirs) pour faire remonter l’information du terrain.

Références

Auteur en 2015 d’un essai sur « Le nouvel égoïsme territorial » (Aux Editions du Seuil)

Haut de page

4

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés DécentralisationFinances localesRéforme territoriale

4 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. Bernard Delambre 26/11/2015, 10h13

    Ne parlez pas de démocratie directe, malheureux !
    D'accord, le système ne risque pas d'être plus démocratique que maintenant mais dire que l'échelon communal est le plus démocratique me semble légèrement exagéré. Pour moi, c'est plutôt l’échelon du copinage et des arrangements entre amis, voisins etc... Les communes rurales me donnent l'image d'un petit royaume avec le maire à sa tête.

  2. 2. Henri Tanson 07/11/2015, 08h29

    Dans notre société, l'économique a remplacé l'humain. Et les réformes ont toutes, une raison économique pour s'imposer aux Français.
    Seulement, dans notre démocratie représentative, c'est le peuple, vous et moi, qui devons décider de ce que nous voulons; dire où sont nos priorités, et nous faire respecter.
    Si on me parle de l'intérêt général, il faut que la population se prononce. Sinon, c'est une forme de dictature.
    La plupart des Français sont attachés à cette représentativité de proximité que représente le Maire et les Communes. Alors...?
    Plus vous éloignez le pouvoir des citoyens, moins ils se sentiront concernés par la politique qui leur sera imposée. Et plus ils seront soumis, en n'allant plus voter et en refusant de s'intéresser par ce qui les concerne en premier !
    Le pouvoir leur dit "tant mieux".
    Et la finance, qui est derrière tout pouvoir, se frotte les mains.
    Ce n'est pas bon tout ça.

  3. 3. Antigone 2015 06/11/2015, 22h44

    La fusion des intercommunalité dans de grands ensembles forcément éloignés des citoyens est le meilleur gage de persistance des communes qui ont un rôle incomparable et non concurrencé en matière de proximité.
    S'agissant des fusions de communes pas sur qu'elles restent toutes lorsque l'opportunité financière aura disparu. Et puis ce ne sont pas toujours les petites communes qui fusionnent donc l'impact sur le nombre total risque d'être limité mais pas celui sur la la DGF.

  4. 4. Le Monolecte 06/11/2015, 20h20

    Je dirais que l'échelle de la commune, c'est celle de la démocratie directe, c'est aussi simple que ça!
    On ne peut que rester dubitatifs devant les efforts fournis pour éloigner toujours plus les citoyens que ceux qui prétendent les représenter!

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.