En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

 

Réagir

[Exclusif] Services publics

Baromètre du service public municipal 2015 : les Français demandent à être convaincus

Publié le • Par • dans : A la une, France

0

Commentaire

Réagir

BSPM2015-une © D.R.

Malgré un fort attachement au service public de leur ville, les Français expriment une certaine méfiance à l’égard de l’institution et de ses équipes, et désirent être consultés davantage dans la définition des politiques publiques locales. Tels sont les grands enseignements du 3è baromètre du service public municipal publié en exclusivité par la Gazette des communes, alors qu'ouvre le Congrès des maires 2015.

 

« La Gazette » publie en exclusivité les résultats de la troisième édition du baromètre du service public municipal (SPM), enquête menée par l’Institut d’administration des entreprises de Lille, Stratécom et le cabinet Médias conseil – Action publique. Cette année encore, les Français témoignent de leur attachement au service public municipal : ils sont 71% à y être attachés, dont 27% particulièrement attachés, résultats en légère progression par rapport à 2014.

Attachement

Les valeurs du service public

Cette année, on observe un rééquilibrage entre les valeurs traditionnelles et modernes attribuées au SPM. Ainsi, l’exigence d’efficacité perd 10 points par rapport à 2014, et s’établit à 44%, alors que l’intérêt général gagne 10 points et se situe à 41% des intentions exprimées. Ces résultats peuvent s’expliquer par le sursaut démocratique et républicain qui a suivi les attentats de janvier 2015, ainsi que par les campagnes électorales locales dans le contexte d’une forte progression du Front National. « Les questions sur les notions de la république agitent le débat public, et notamment celui des élections régionales », commente Antoine Carton, ingénieur de recherche chez Stratécom.

Valeurs

Le deuxième enseignement de l’enquête concerne la – toujours – faible connaissance des compétentes des collectivités locales. Si la ville est le niveau le mieux connu, avec 62% des personnes qui estiment connaître son champs d’action, les régions restent la collectivité la moins bien connue : 56% des personnes interrogées connaissent mal ou pas du tout ses compétences. Et ce malgré le regroupement des régions, l’évolution de leurs compétences et la campagne en cours pour les élections de décembre. « Il y a une vraie déconnexion entre le choix électoral et la connaissance de ce que fait la collectivité », regrette Antoine Carton.

Connaissance

La démocratie participative comme réponse à la défiance

Les Français expriment de nouveau leur désir d’être consultés au sujet du SPM (ils étaient 63% en 2013, 84,5% en 2014 et 88% en 2015). Cependant, l’analyse de ces données doit être croisée avec la défiance institutionnelle que révèle une nouvelle question introduite dans le baromètre : « La mairie est-elle une institution sincère avec ses habitants ? » Seuls 51% des Français répondent positivement, avec 16% d’opinions négatives et 33% de sans avis.

« A la lumière de cette nouvelle question, interrogeant la perception de l’intégrité de l’institution, nous pouvons interpréter le désir des Français d’être consultés de deux façons. D’un côté, ils souhaitent participer à l’action publique locale et, de l’autre, ils aimeraient exercer un contrôle sur l’action municipale. D’autant que 80% des personnes jugeant que leur mairie n’est pas du tout sincère, estiment que la consultation est très importante », analyse Julien Roirant, directeur de Médias conseil – Action Publique. Parmi les outils de consultation démocratique, le budget participatif, peu connu par la population (seuls 31% des répondants affirment le connaître), possède un grand potentiel d’adhésion : lorsqu’on explique en quoi il consiste, 85% des Français estiment qu’il s’agit d’une bonne idée pour leur ville.

Arbitrage entre sécurité et solidarité

Enfin, lorsqu’on interroge les Français sur l’utilisation de leur impôt, 56% donnent la priorité à la sécurité des biens et des personnes, cette proportion étant la plus élevée dans les villes de 20 000 à 50 000 habitants (64%). En fonction de la taille des villes, l’on constate une relation inversement proportionnelle entre la priorité donnée à la sécurité et celle accordée à la solidarité et la vie sociale (36%). « Ces résultats illustrent le vieux débat sur la prévention et la sécurisation », conclut Alain Carton.

Impots

ImpotsSecu

Accompagner la dématérialisation par la communication

Antoine Carton, ingénieur de recherche chez Stratécom

Cette année, nous avons introduit des questions sur la dématérialisation et sur les risques perçus liés à son utilisation. Nous avons mis les personnes interrogées en situation : elles devaient mettre à jour leur livret de famille via Internet. 34% parmi elles émettent des doutes sur la performance du service. Elles sont 27% à penser qu’elles vont perdre du temps, et 24% à appréhender une démarche stressante. Ces résultats viennent contredire le discours de la modernisation de l’action publique qui présente la dématérialisation comme un processus de simplification et de gain de temps. Enfin, 40% des usagers voient des risques quant à l’utilisation de leurs données personnelles par la mairie. L’enseignement principal de ces résultats est que pour réussir la dématérialisation, il faut l’accompagner par un travail de communication.

Dematerialisation

Lire aussi :Baromètre du service public municipal : regards croisés de deux communes

Tous les résultats

Baromètre du service public municipal 2015 by lagazettefr

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés DématérialisationDémocratie localeNumériqueService public

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.