En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

 

Réagir

Aménagement du territoire

Les nouvelles ruralités affirment leur identité

Publié le • Par • dans : France

0

Commentaire

Réagir

Fotolia_53816795_M recadré ©_celeste_clochard_-_Fotolia_com © celeste clochard - Fotolia

Défendre la richesse des territoires ruraux et leur apport au développement local, c'est l'un des objectifs de l'Association nationale Nouvelles ruralités, créée début octobre par des élus ruraux ainsi que des membres de la société civile.

 

Entamé au sein de l’Assemblée des départements de France par une quarantaine de départements, le travail visant à promouvoir les « nouvelles ruralités » va se poursuivre au sein de l’association nationale Nouvelles Ruralités, présidée par Patrice Joly, président du conseil départemental de la Nièvre. Depuis trois ans, un groupe de travail de l’ADF lancé par Jean-Paul Dufregne, conseiller départemental de l’Allier, avait en effet contribué à une meilleure prise en compte des enjeux touchant les territoires ruraux – le remaniement ministériel de 2014 avait d’ailleurs été l’occasion de faire apparaître le terme de « ruralité » dans le portefeuille ministériel de Sylvia Pinel, ministre du Logement et de l’Egalité des territoires. Deux comités interministériels à la la ruralité ont par ailleurs été organisés en mars et septembre 2015, avec une série de mesures touchant à l’accès aux services publics, à l’aménagement numérique du territoire,…

Afin d’associer de nouveaux partenaires aux réflexions, et à l’approche des élections régionales, l’association nationale Nouvelles ruralités a donc été créée, avec des élus locaux – l’Association des maires ruraux de France et son président Vanik Berberian figure d’ailleurs au bureau de l’association – mais aussi des membres de la société civile – universitaires, entreprises… Une quinzaine de départements sont déjà adhérents. « Il faut réinterroger les représentations que nous avons du monde rural, mais aussi la question des échelles de territoires », résume Patrice Joly.

Contractualiser avec les régions

Alors que de nouvelles grandes régions vont naître au 1er janvier 2016, la crainte est également grande de voir mises en place au niveau régional des politiques uniformisées et non adaptées aux réalités des territoires ruraux. L’association lance donc une série de dix propositions, et réclame au premier chef une approche décentralisée des politiques régionales, d’autant plus importante que ce sont désormais les régions qui seront gestionnaires  des fonds européens. Une politique de contractualisation sur des projets de territoires pourrait être déclinée dans les régions, propose l’association. Pour travailler à l’attractivité de ces territoires, un plan de revitalisation des centres-bourgs avec via des fonds régionaux pourrait être mis en place.

Pas de développement sans ingénierie, bien malmenée avec la fin de l’ATESAT dans les services de l’Etat : l’association propose la mise en  place d’agences d’urbanisme de la ruralité. Des observatoires des politiques publiques pourraient être établis, pour étudier les évolutions des moyens et des résultats entre les nouvelles intercommunalités, les départements d’une même région. La mise en place du plan national du très haut débit d’ici 2022 doit aussi être assurée, condition sine qua non du développement des territoires ruraux.

Pas de propositions très nouvelles donc, mais surtout un appel aux candidats aux élections régionales pour que les territoires ruraux ne soient pas noyés dans les nouvelles grandes régions.

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.