Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Exclusif]

Enquête bien-être au travail 2015 : l’échec du management

Publié le 27/10/2015 • Par Laurence Denès Romain Mazon • dans : Dossiers Emploi

Dans un climat tendu, les agents territoriaux se montrent critiques envers leur hiérarchie. C’est ce que montre notre enquête 2015 sur le bien-être au travail dans les collectivités.

Dès 2008 et son étude sur la place et le sens du travail en Europe, la sociologue Dominique Meda pointait des Français aux attentes de réalisation dans le travail bien plus intenses que celles de leurs voisins européens. Les territoriaux ne font pas exception.

De leur engagement professionnel, ils espèrent donc d’abord, pour 30 % d’entre eux, des missions intéressantes. Mais l’accomplissement n’est pas au rendez-vous pour 56 % d’entre eux, et c’est même la plus lourde des déceptions pour les agents de catégorie A. Pratiques managériales, modes de décision, clarté du projet politique et, plus généralement, politique RH… Chacun de ces éléments est voué aux gémonies par sept territoriaux sur dix toutes catégories confondues, plus d’un tiers n’y puisant franchement aucune aide dans la réalisation de ses tâches quotidiennes.

Et, alors que – avec le point d’indice gelé depuis maintenant cinq ans – la rémunération figure toujours à la traîne des motifs de satisfaction avec deux tiers de mécontents, l’acquisition de nouvelles compétences dépite près d’un répondant sur deux (-14 points par rapport à 2014), mettant à mal toute perspective de promotion sociale et salariale.

Relations insatisfaisantes

Pire encore : pour un territorial sur deux, – A, B et C confondus – les relations avec la hiérarchie s’avèrent insatisfaisantes. Hiérarchie accusée de « mettre la pression » par 57 % d’entre eux (+ 14 points par rapport à 2014, notamment pour les A et B, accusant respectivement des hausses de 17 et 18 points) et dont la reconnaissance continue de manquer cruellement, même si, paradoxalement, est fortement reconnue la confiance des « chefs » à l’endroit de leurs collaborateurs (61 %, soit + 10 points) ainsi que l’autonomie laissée à chacun dans une « bonne utilisation des compétences » (51 %, + 15 points).

Dans cette morosité ambiante reste heureusement, indéfectible, le soutien des collègues, essentiel au quotidien pour sept agents sur dix, et la reconnaissance des pairs qui vient combler six territoriaux sur dix, plus de sept même en ce qui concerne les cadres A, ce qui place l’item en tête des reconnaissances au regard de cette catégorie.

Le principe des parcours professionnels est-il dans l’impasse ?

LA REPONSE DE Johan Theuret, président de l’Association des DRH des grandes collectivités, DGA RH de Clermont-Ferrand

Plusieurs tendances doivent nous interroger, notamment le fait que 82 % des interrogés n’ont pas confiance dans leurs perspectives et que, pour 66 %, les pratiques managériales sont insuffisantes. Dans le contexte actuel, il faut redonner du sens. Certes, en nous appuyant sur celui du service public, auquel 81 % des agents puisent toujours grande satisfaction, mais aussi en commençant par reconnaître et valoriser les réussites, ce que nos collectivités font mal comme en témoignent ces agents trop nombreux à ne pas éprouver la montée en puissance de leurs compétences. Il est aussi urgent de construire de véritables parcours professionnels que de déployer de vrais plans de formation accompagnant les encadrants… En arrêtant de croire au mythe d’un concours ou d’une promotion interne qui confèreraient automatiquement les capacités à manager.

Traitement des données du questionnaire : Nadia Patel

Cet article est en relation avec les dossiers

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Enquête bien-être au travail 2015 : l’échec du management

Votre e-mail ne sera pas publié

ANONYMOUS

29/12/2015 06h43

bjr, etonnant certains resultats des agents qui ont confiance dans leur hierarchie mais pas dans les techniques de management ?? pourtant c’est la hierarchie qui est aux commandes de cestechniques. jeune agent, je desespere en voyant que je ne suis pas le seul à me sentir mal !!! si c’est general, ne serait-il pas organisé ce mal etre pour detruire ce qui reste de FPT ??
merci

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X