Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Finances locales

Le « cri d’alarme » des villes de banlieue

Publié le 23/10/2015 • Par Fabienne Proux • dans : A la Une finances, Actu experts finances, France

banlieues_fotolia
Philippe Minisini - Fotolia.com
Baisse des dotations, réforme de la DGF, disparition de la DSU cible, réduction continue des compensations des exonérations fiscales… Vent debout, les maires des villes de banlieue ont exprimé leurs craintes et leur colère à Matignon.

Le procédé est habituel : l’Etat décide d’exonérations sur les impôts locaux et compense les collectivités locales du manque à gagner. Sauf que ces compensations auraient plutôt tendance à se réduire un peu plus chaque année.
C’est du moins le constat de certains maires de villes de banlieue lors de la présentation du projet de loi finances, mais sans toutefois disposer des données de l’Etat leur permettant de mesurer l’écart entre le montant des exonérations fiscales et les compensations reçues.

Compensations réduites

Ces élus pointent du doigt les facilités accordées aux bailleurs sociaux qui investissent dans les ZUS ou les ZFU. Ils bénéficient de 30 % de réduction de leur taxe foncière sur les propriétés bâtis (TFPB) sur des périodes pouvant aller de 5 à 25 ans selon les cas. Ces exonérations peuvent également concerner toute une série de constructions neuves : à usage locatif faisant l’objet d’un prêt HLM ou financé à plus de 50 % par l’Etat ; faisant l’objet d’un contrat de ...

Article réservé aux abonnés gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club finances

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion
Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le « cri d’alarme » des villes de banlieue

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X