Marchés publics

Dossiers de candidature : quand les candidats trichent sur les références

| Mis à jour le 06/09/2016
Par et , © achatpublic.info

Source : Technicites 
InfoStat_57708227_M©_Dan_Race_-_Fotolia_com

Dan Race - Fotolia

On connaît les CV bidonnés. Mais la tricherie existe aussi dans les dossiers de candidature aux marchés publics. Or les acheteurs, qui sont censés contrôler les renseignements remis, ne le font pas systématiquement, faute de bras ou faute de temps.

Le pouvoir adjudicateur contrôle les garanties professionnelles, techniques et financières des candidats à l’attribution d’un marché public. Cette vérification s’effectue au vu des documents ou renseignements, comme les références, demandées à cet effet dans les avis d’appel public à la concurrence ou dans le règlement de consultation.

En 2012, le Conseil d’État a jugé que « la prise en compte, par le pouvoir adjudicateur, de renseignements erronés relatifs aux capacités professionnelles, techniques et financières d’un candidat est susceptible de fausser l’appréciation portée sur les mérites de cette candidature au détriment des autres candidatures et ainsi de porter atteinte au principe d’égalité de traitement entre les candidats » (CE, 3 octobre 2012, société déménagement Le Gars).

 

Tricher pour des marchés

Malgré le risque de contentieux administratif voire pénal, certains candidats n’hésitent pas à tricher pour obtenir des marchés et à faire siennes des références d’autres sociétés. Cette mésaventure est arrivée à la société CB Bureau. Un de ses anciens commerciaux a subtilisé des attestations commerciales de satisfaction. Volontairement tronquées dans leur partie supérieure pour faire disparaître toute référence à CB Bureau, elles ont été utilisées pour répondre à des marchés pour le compte d’une autre entreprise.

C’est une mairie qui, en faisant des vérifications, a découvert le pot aux roses et écarté la candidature. Averties de l’utilisation de ces faux documents, d’autres collectivités n’ont rien fait. C’est pourquoi le gérant de CB Bureau a déposé le 10 février 2015 une plainte au pénal auprès du tribunal de grande instance de Versailles.

 

Fausses déclarations

« J’ai été confronté à cette situation en 2005 pour un marché de simulateurs de tir. Les fausses déclarations reposaient sur les références évoquées par le candidat. Par principe, je procède toujours à un sondage parmi ces références en appelant les sources invoquées. Malheureusement pour le candidat, je connaissais personnellement certains interlocuteurs référencés. La supercherie a donc été rapidement éventée », réagit Olivier Griess, chargé de mission régional achat en Pays de la Loire. La candidature a donc été purement et simplement écartée, non sans avoir au préalable informé le candidat concerné des vérifications opérées et des constats effectués. Celui-ci n’a pas donné suite.

 

Présentations alléchantes

« Cela m’est arrivé deux fois, mais certainement plus sans m’en apercevoir. Pour les autres cela reste discutable. Dans les deux cas évidents, c’était pour de la maîtrise d’ouvrage (hors concours ordonnance 2005) », avoue Charles Justaut, acheteur à l’École vétérinaire de Toulouse. « L’un présentait un projet en infectiologie qu’il aurait réalisé alors qu’il n’a jamais été mandaté à cet effet. Pire, celui qui l’avait exécuté était notre AMO au moment de la sélection. Mais la présentation du dossier était alléchante. C’était un montage photo de deux de nos bâtiments multipliés par cinq ou six (chacun faisant trois étages dans un parc de verdure…). L’autre, dans un autre marché, présentait un super-projet de laboratoire dans un établissement que je connais. Avec un budget affriolant, une vingtaine de lots et un planning sévère. Sauf que je savais que le projet s’était arrêté à l’esquisse ! », précise-t-il.

Les deux tricheurs n’ont pas été invités à négocier. « La note de leur référence les a pénalisés, mais même sans cela ils n’auraient pas été sélectionnés », explique-t-il. « J’ai eu quelques doutes sur un marché de travaux où trois candidats disaient, chacun, avoir effectué tous les travaux d’un lot du cancéropôle toulousain. Je n’ai pas vérifié puisqu’ils n’ont pas été retenus pour d’autres raisons. En revanche, une petite entreprise m’a annoncé honnêtement avoir déjà présenté comme référence des travaux pour lesquels elle n’avait été que sous-traitant d’une partie », ajoute-t-il.

 

Vérifier les références demandées

Les vérifications se font généralement quand l’acheteur ne connaît pas l’entreprise. « À partir du moment où l’on demande des références, on doit être intellectuellement logique, et vérifier celles-ci quelle que soit la méthode (par sondage, en en prenant deux ou trois…). Sinon, cela ne sert à rien de les demander et c’est une perte de temps pour tout le monde », estime Olivier Griess. « De plus, si l’on demande et que l’on ne vérifie pas, cela peut être dangereux, car l’acheteur a choisi en connaissance de cause. Hormis le cas des simulateurs de tir, je n’ai jamais été confronté à des fausses références. Peut-être parce que l’on fait bien notre travail en amont », se félicite-t-il.

Charles Justaut reconnaît faire très attention aux références. « Je n’évince jamais un candidat pour ce motif. Je demande les quatre principales références identiques au projet en cours avec le montant et le contact à des fins de vérification. Et je vérifie ».

« Au service marchés publics, on regarde si les documents demandés au niveau de la candidature sont fournis. Mais je ne suis pas compétent pour apprécier si les candidats présentent toutes les garanties nécessaires à la bonne exécution du marché. Cette action revient au service prescripteur. Toutefois, cela m’est arrivé une fois d’appeler une collectivité pour vérifier la candidature. Cela concernait un marché de nettoyage des locaux pour un candidat que je ne connaissais pas. Ma démarche a été guidée par le fait que sa proposition était moins chère de 25 % et comprenait deux références car elle était de création récente. J’ai également reçu un appel d’une commune dans le cadre d’un marché d’AMO pour la rédaction d’un cahier des charges relatif à de la restauration scolaire, car l’entreprise était titulaire d’un de nos marchés », explique un responsable de la commande publique.

 

Manque de temps

Certaines collectivités reconnaissent qu’elles ne vérifient pas les références, car cela demande énormément de temps et elles n’en ont pas… « Les mairies sont plus à l’aise quand le marché est terminé car, dans leurs réponses orales, elles reconnaissent et admettent sans ambiguïté l’utilisation des faux documents utilisés. Quand les marchés sont en cours, c’est plus difficile. Non seulement les personnes ont du mal à reconnaître qu’elles n’ont pas fait leur travail de vérification, mais elles veulent aussi éviter de se lancer dans un gros travail avec un nouveau marché à lancer », analyse Gérard Chounet, gérant de CB Bureau.

Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Les transports, premier chantier de la métropole Aix-Marseille-Provence

    Les élus de la métropole Aix-Marseille-Provence, créée en janvier 2016, voteront le 15 décembre prochain en faveur d’un agenda de la mobilité, chargé de régler les problèmes de congestion d’un vaste territoire où la voiture individuelle est reine. ...

  • Ambition d’universalité pour les « EcoQuartiers »

    Le label EcoQuartier se renouvelle en 2016 pour rallier davantage de collectivités et de projets. Avec un objectif de 500 labellisés pour les deux prochaines années, parviendra-t-il à garder son niveau d’exigence ? ...

  • Le BIM, un changement de paradigme pour les services

    Chacun sait désormais ce qu’est le BIM et ce qu’il peut apporter. Mais il nécessite de profonds changements dans les pratiques des services techniques, que ce soit au niveau de la conception, de la définition des travaux, du suivi des opérations ou encore de la ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP