En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

2

Commentaires

Réagir

Social

La lutte contre la fraude sociale sauvera-t-elle les départements ?

Publié le • Par • dans : France

2

Commentaires

Réagir

Hand is putting money into Jacket © Edler von Rabenstein - Fotolia

Le financement des aides sociales est de plus en plus compliqué pour les départements. Une proposition de loi pour lutter contre la fraude sociale a donc été déposée au Sénat et à l’Assemblée par deux parlementaires Les Républicains.

 

Quelques jours après l’annonce de Marylise Lebranchu, lors du congrès des départements de France, qu’une aide d’urgence serait accordée à une dizaine de départements et que la recentralisation du Revenu de solidarité active (RSA) serait étudiée au printemps 2016, le président du conseil départemental de l’Oise Édouard Courtial (LR), et l’ancien président du département du Loiret, Éric Doligé (LR), ont néanmoins choisi de proposer une autre source de rentrée d’argent pour les départements : la lutte contre la fraude.

Ils ont déposé pour celà, le premier à l’Assemblée et le second au Sénat, une proposition de loi identique qui veut donner plus de pouvoir aux CD pour détecter et punir les fraudeurs du RSA.

Pour un système de contrôle très organisé

Pour cela, les deux élus souhaitent que les échanges d’informations entre les départements et les Caisses d’allocations familiales (CAF), qui sont aujourd’hui souvent fonction des personnes et donc très variables d’un territoire à l’autre, soient systématisés. « Il y a la nécessité de rentrer dans un système de contrôle très organisé », insiste le sénateur Éric Doligé.

« Dans son rapport, le député du Rhône Dominique Tian a évalué la fraude sociale à 20 milliards d’euros », souligne ainsi Edouard Courtial.

Certes, ce chiffre est bien cité dans ce rapport, daté de 2011, mais il concerne l’ensemble de la fraude sociale et notamment la fraude aux prélèvements sociaux (fraude des entreprises, donc), dont le montant est estimé entre 8 et 15,8 milliards. En retenant la fourchette haute, Dominique Tian ajoute la fraude aux prestations dans leur ensemble – et pas seulement au RSA – qu’il évalue entre 2 et 3 milliards.

Expérimentations probantes

« Le jeu en vaut la chandelle », affirme donc Éric Doligé. Et les expérimentations menées prouvent que les résultats sont là, assure-t-il. « Dans le Bas-Rhin, sept contrôleurs ont été recrutés. Ils coûtent 32.000€ par an par contrôleur, soit un coût total de 224.000€. En un an, ils ont vérifié environ 30% des dossiers des allocataires du RSA et ont récupéré 6 millions d’euros. Dans les cantons vérifiés, le taux de fraude varie entre 17 et 23% des dossiers », indique-t-il, citant l’ancien président du département alsacien Guy-Dominique Kennel (LR).

Lire :Alpes-Maritimes : le dispositif de lutte contre la fraude sociale fait école

« Question de principe »

Interviewé par La Gazette début octobre, Frédéric Bierry, son successeur, indiquait cependant que la lutte contre la fraude n’avait rapporté “que” 3 millions d’euros. Mais surtout qu’il manquait à son département 160 millions d’euros pour financer le RSA.

Même en partant sur le chiffre indiqué par le sénateur, la somme récupérée par la lutte contre la fraude ne représente que 3,75% de ce qui manque en financement au département. Pas de quoi sauver le système…

Lire : Aides sociales : la quadrature du cercle pour les départements

« Au-delà des chiffres, il y a une question de principes, réagit Édouard Courtial. La moindre des choses c’est que les citoyens qui permettent le financement des aides par leurs impôts soient sûrs que l’argent ne soit pas détourné. » Une peur que les élus entendent de plus en plus formulée par leurs électeurs : « Déjà aujourd’hui, on reçoit des informations de personnes qui râlent de travailler et payer des impôts et qui nous disent “Je connais des gens qui vivent mieux que moi et touchent le RSA” », assure Éric Doligé. Qui y va de son propre couplet lors de la conférence de presse : « Depuis quelques jours j’ai devant chez moi 200 caravanes. Je ne vois que des Mercedes, BMW, des grosses Volkswagen… On se pose des questions : un département ne peut actuellement pas par exemple vérifier si ces gens touchent le RSA dans plusieurs départements. »

Pas question de lutter contre le non recours

Si la proposition de loi déposée par les deux parlementaires vise, selon son titre, « à améliorer l’accès au droits et à lutter contre la fraude sociale », pas question d’englober le problème du non recours au RSA en ayant un accès aux données des CAF.

Lire : « Le non recours aux prestations sociales est bien supérieur à la fraude » – Philippe Warin (politologue)

En janvier 2014, François Chérèque avait indiqué que 5,4 milliards d’euros de droits sociaux (RSA activité et RSA socle) ne sont pas utilisés par les gens qui souvent ignorent qu’ils sont éligibles ou trouvent le système trop complexe.

« Je ne sais pas comment on va faire si elles réclament leur dû puisqu’on n’arrive déjà pas à financer aujourd’hui », réagit Éric Doligé. «L’impératif de l’accès aux droits » évoqué dans l’exposé des motifs de la PPL est donc, semble-t-il, à prendre dans un sens restrictif.

Haut de page

2

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés FinancementsFinances localesSocial

2 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. murakami 27/10/2015, 13h00

    Ce qui sauvera les Départements c'est une meilleure gestion, en particulier , au niveau du personnel ce qui permettrait de sérieuses économies comme la cour des comptes l'avait mentionné.Si de plus la recentralisation des aides départementales, RSA, MDPH, APA étaient décidées en 2016 alors pourquoi garder le Conseil Départemental? puisque Ces dépenses représentent 80% du budjet.Si de plus , la gestion des collèges étaient confiées à la REGION ce qui serait logique puisque la REGION a récupéré beaucoup de prérogatives en matière de formation professionnelle et gére déjà les Lycées, il y aurait une continuité au niveau éducatif.Et en poussant un peu plus loin, le gestion des routes départementales à la REGION et le Conseil Départemental n'a plus lieu d'être.
    Il y a cependant une condition majeure à respecter : ne pas embaucher de nouveaux fonctionnaires, comme je l'ai déjà vu, quand une collectivité récupére des compétences.Il serait plus judicieux de reprendre les fonctionnaires qui avaient, auparavant ces compétences.

  2. 2. Hugo 23/10/2015, 10h49

    Mais il ne faut PAS sauver les départements !
    Puisque les politiques n'ont pas le courage de réduire le confortable coussin multi-couche qui supporte leur séant, laissons les départements s'asphyxier.
    Solution dramatique ? oui, absolument.
    Pis-aller pitoyable ? oui, absolument.
    Mais nous avons les élus que nous méritons.

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.