Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Opinion] Vieillissement

Vieillir peut être une réussite, non un naufrage

Publié le 20/10/2015 • Par Auteur associé • dans : France, Opinions

Pierre-Olivier Lefebvre

Pierre-Olivier Lefebvre

Délégué général du Réseau francophone des villes Amies des aînés

Le projet de loi relatif à l’adaptation de la société au vieillissement arrive au Sénat le 28 octobre dans le cadre d’une seconde lecture. L’ambition de cette loi et du volet « adaptation de la société au vieillissement » est de former la population dans une logique d’anticipation dans les différentes sphères de la vie quotidienne (logement, mobilité, services de santé, vie sociale et citoyenne, etc.).

Il s’agit de sortir d’une approche trop souvent sanitaire ou médico-sociale qui, bien que nécessaire, n’est pas suffisante pour construire une société solidaire. Les nombreuses actions mises en œuvre par les collectivités engagées dans la démarche « villes amies des aînés » démontrent au quotidien que vieillir peut être une réussite et non un naufrage.

Le Réseau francophone des villes amies des aînés s’inscrit très concrètement dans ces objectifs. De nombreuses villes, désormais membres de l’association, ont fait le choix de s’allier pour trouver ensemble des solutions innovantes, transversales et efficaces afin de lutter contre l’âgisme et de créer des territoires bienveillants à l’égard de tous les âges. La possibilité de bien vieillir chez soi est fortement conditionnée par l’environnement extérieur. La loi favorise cette posture mutuelle des territoires de proximité et de solidarités locales.

Lutter contre l’isolement des aînés

L’approche initiée par l’Organisation mondiale de la santé rejoint le texte de loi en cours d’adoption et peut constituer un levier pour lutter contre l’isolement. Le Réseau francophone des villes amies des aînés favorise la mise en pratique de projets et le partage d’expériences des âges (participation des habitants, promotion du vieillissement actif, mise en œuvre d’actions partenariales, etc.).

L’une des questions qui est aujourd’hui posée aux collectivités territoriales, notamment par le biais de ce projet de loi, est : comment agir dans les domaines de l’habitat, de la culture ou des transports afin de lutter contre l’isolement des aînés ? Une vaste question qui devra, pourtant, trouver des réponses, par exemple, grâce au bénévolat, à la création de rencontres intergénérationnelles ou par la mise en place de transports solidaires, afin de permettre aux futures et nombreuses générations âgées de trouver leur place dans la société.

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Vieillir peut être une réussite, non un naufrage

Votre e-mail ne sera pas publié

alexathé

21/10/2015 04h34

Il faudrait penser un peu plus à l’intégration des aidants, qu’ils soient actifs ou retraités.
actifs : une rétribution forfaitaire, une dépense de plus pour les bailleurs de fonds ou des journées libérées sans pénalité sur le salaire (ça, c’est une vraie solidarité)
retraités : une personne de substitution pour souffler et sortir du huis clos. A ce sujet, la publicité sur les services à la personne est très idyllique et naïve car tous les départements ne possèdent pas de telles structures avec de tels personnels.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X