En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

 

Réagir

spectacle vivant

Les scènes publiques et la Sacem font évoluer la collecte des droits d’auteur

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : France

0

Commentaire

Réagir

© D.R.

La Sacem et le Syndicat national de scènes publiques (SNSP) ont signé un protocole d’accord modifiant les modalités de perception de la rémunération des artistes et de leurs éditeurs. En plus des clauses générales, que la Sacem va proposer aux autres organisations professionnelles, le SNSP a négocié des dispositions spécifiques en faveur des scènes subventionnées.

 

Chiffres-clés

  •  834 millions d’euros collectés, tous secteurs confondus, par la Sacem en 2013, ,chiffre en hausse de 4% en un an (derniers chiffres disponibles)
  • 185 000 artistes et éditeurs de musique bénéficiant, en France et dans le monde, des droits collectés par la Sacem
  • 50 000 euros environ de droits collectés par la Sacem pour un équipement moyen proposant une cinquantaine de représentations par an

(source : Sacem, SNSP)

A compter de septembre 2015, les frais techniques (également appelés « frais d’approche » dans le jargon professionnel) n’entrent plus dans le calcul des droits que les 255 salles adhérant au Syndicat national des scènes publiques (SNSP) versent à la Sacem au titre de la rémunération des artistes et de leurs éditeurs.
L’accord signé le 24 septembre entre les deux organisations après deux ans de négociations valide en effet une refonte de l’assiette de collecte des droits de diffusion auprès des salles de spectacles subventionnées par les collectivités locales.

Diversité des équipements

Les frais techniques constituent un des 2 éléments de l’assiette, le premier étant le contrat de l’artiste ou les recettes de billetterie (1). Ces frais couvrent diverses dépenses nécessitées par la réalisation du spectacle (son, lumière, location de matériels, emploi et déplacement de techniciens, coûts de communication etc.).
L’accord les fait disparaître de l’assiette et les compense par une majoration des droits calculés sur la seule prestation artistique.

Pour tenir compte de la grande diversité des équipements en France, le SNSP a tenu à ce que les droits soient modulés. Les deux signataires se sont mis d’accord sur quatre niveaux de jauge (

Clauses spécifiques

Outre les clauses générales de ce protocole, le SNSP a par ailleurs négocié deux clauses spécifiques pour ses adhérents. D’abord une minoration des droits de 10% (2) dès lors que le gestionnaires de l’équipement adjoint à la déclaration du spectacle la copie du contrat afférent (contrat engagement, de cession, de coproduction etc.), ainsi que le programme du spectacle.

Dans une optique de réduction des coûts de gestion, la dématérialisation des échanges (par une déclaration mensuelle en ligne) a fait l’objet d’un accord de principe, la Sacem devant maintenant développer les fonctions nécessaires sur son portail numérique.

Ensuite, le SNSP s’engage à organiser des rencontres régulières avec la Sacem pour le suivi de l’accord et à assurer une médiation en cas de différend d’un de ses adhérents avec la Sacem.

« Au final, observe Michel Lefeivre, les gestionnaires vont avoir plus de visibilité pour élaborer leurs budgets prévisionnels, car ils pourront évaluer à l’avance le montant des droits à acquitter. »

4 seuils de jauge pour plus d’équité

Pour tenir compte de la grande diversité des salles de spectacle en France, l’accord signé le 24 septembre 2015 entre le SNSP et la Sacem prévoit 4 seuils de jauge pour le calcul des droits d’auteur, avec un taux progressif appliqué au montant des dépenses artistiques :

  • jusqu’à 200 places, 20%
  • de 201 à 400 places, 25%
  • de 401 à 700 places, 30%
  • plus de 700 places, 35%

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Politiques culturellesSpectacle vivant

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.