Dépollution

Quand la catalyse écologique finance la dépollution des sols par les plantes

Par et , Directeur général des services techniques

Source : Technicites 
Grevillea exul extrait spécifiquement le manganèse dans une mine de Nouvelle-Calédonie,

Grevillea exul extrait spécifiquement le manganèse dans une mine de Nouvelle-Calédonie,

C.Grison

L’intérêt de la phytoextraction pour la restauration des sols pollués est relancé par une équipe du CNRS. Cette dernière mène en effet des travaux s'intéressant aux plantes ayant la capacité d'extraire les métaux du sol.

Pour la dépollution des sols, des espoirs sont nés il y a quelques années avec la découverte de plantes rares capables d’extraire les éléments métalliques et de les stocker dans leurs parties aériennes. Malgré l’étude et la compréhension de ces systèmes naturels ingénieux, le développement de la phytoextraction est resté limité par absence de valorisation de la biomasse contaminée, celle-ci étant considérée comme un déchet dangereux.

 

Valorisation des plantes

C’est dans ce contexte qu’une équipe du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) basée à Clapiers (Hérault) avec à sa tête, Claude Grison, a mis au point un procédé innovant de valorisation de ces plantes « métallophytes »  (c’est-à-dire s’épanouissant dans des sols riches en métaux). Elles sont à la base d’un nouveau domaine de la chimie verte, appelée catalyse écologique.

Tirant parti de la capacité de ces végétaux à hyperaccumuler les cations Zn, Ni, Mn et/ou Cu, le programme débuté en 2008 repose sur ...

Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

Déjà abonné ? Identifiez-vous
+
Mot de passe oublié ?
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, profitez de l’offre découverte 30 jours gratuits !

Offre découverte
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

ABONNEZ-VOUS
Références

Contact :

  • Claude Grison, directrice du Laboratoire de chimie bio-inspirée et d’innovations écologiques, claude.grison@cnrs.fr
Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Conversion des « Intercités » en TER : la pompe s’amorce du côté des régions

    Après la Normandie en avril, Grand Est et Bourgogne-Franche-Comté il y a dix jours, c'est au tour de Nouvelle Aquitaine d'accepter de prendre sous son aile des lignes de « Trains d'équilibre du territoire » (TET) pour en faire des TER. La feuille de route de ...

  • L’Essonne met le tri sur la place publique

    Le syndicat intercommunal pour le recyclage et l'énergie par les déchets et les ordures ménagères (Siredom), qui regroupe 140 communes d'Essonne (818000 hab.), déploie des plateformes de proximité, à l’esthétique et aux services soignés, qui collectent les ...

  • Dix conseils pour… donner un coup de jeune à la collecte

    Conversion à la tarification incitative ou au tri à la source des biodéchets, fin de contrat de délégation ou nécessité d’harmoniser un service impacté par la réforme territoriale, les occasions ne manquent pas pour revoir son dispositif de ramassage de ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP