En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

2

Commentaires

Réagir

Action sociale

Quand les préfets poussent à la dissolution les CCAS des petites villes

Publié le • Par • dans : A la une, France

2

Commentaires

Réagir

Campagne vue aérienne © Celso Diniz - Fotolia

La loi autorise désormais les petites communes à dissoudre leur CCAS. Dans certains départements, les préfets les invitent à le faire avant la fin de l’année.

 

Mayenne, Aube, Meurthe-et-Moselle, Haute-Saône, Aveyron, Sarthe…. Les uns après les autres, des maires de petites communes alertent, depuis quelques jours, l’Union nationale des centres communaux et intercommunaux d’action sociale (Unccas) à propos d’un courrier reçu du préfet. Ils sont incités à organiser une délibération de leur conseil municipal pour dissoudre leur CCAS d’ici fin 2015. L’article 79 de la loi NOTRe du 7 août 2015 rend en effet ceux-ci facultatifs dans les communes de moins de 1500 habitants et permet la dissolution de ceux qui existent déjà. Les représentants de l’État n’y évoquent rien d’autre de ce même article 79, ni la conséquence de la dissolution –l’exercice direct des attributions– ni l’éventuel plan B de l’intercommunalité.

Lire la laconique note d’information de la préfète de Haute-Saône

Près de 30 000 communes sont concernées en France.

« La loi parle de possibilité, là on est dans l’injonction ! On casse sans rien proposer derrière, c’est un désastre, et nous ne savons même pas quel ministère a pu donner cette consigne aux préfets ! C’est nous qui apprenons l’existence de ce courrier aux interlocuteurs que nous avons interpellés », commente Joëlle Martinaux, la présidente de l’Unccas au sortir d’une réunion extraordinaire du bureau national, le 14 octobre, à laquelle se sont joints de nombreux administrateurs. Une Unccas déjà en état d’alerte après le vote de la loi NOTRe, puis après la suppression de l’analyse obligatoire des besoins sociaux décidée par le comité interministériel aux ruralités du 14 septembre, et maintenant après ce courrier.

Une succession de « mesures brutales», déplore la présidente. «Je l’ai écrit dans un courrier au président de la République : dans un contexte de paupérisation croissante, les CCAS ont fait leur preuve dans la lutte contre la précarité, l’isolement social, la perte d’autonomie surtout en milieu rural. Il ne faut pas aggraver l’abandon de certains territoires ». Pour l’Unccas, la solution passe par l’intercommunalité : « Nous ne nous cramponnons pas à une obligation pour les toutes petites communes mais nous voulons inciter les élus à mutualiser leur action sociale, encore faut-il leur laisser le temps de s’organiser ! » Une action sociale qui accompagne la vie quotidienne des gens : maintien à domicile, portage des repas, garde des jeunes enfants, etc. « ce que semblent oublier nos technocrates »…

Haut de page

2

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Etat et collectivités localesSocial

2 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. interco 16/10/2015, 09h49

    Concerné par l'éventuelle mutualisation du CCAS de ma commune avec la commune voisine (les élus de ma commune étant favorables à cette mutualisation) le maire de la commune voisine nous a renvoyé une fin de non-recevoir, outré de notre outrecuidance:"
    Quoi? S'occuper de ses administrés, ne l'imaginez pas, même pas en rêve!(sic)

  2. 2. PH 16/10/2015, 08h03

    A force de vouloir faire des économies par tous les moyens on en oublie que c'est en prenant les problèmes à la racine et en aidant les plus démunis qu'on arrivera effectivement à faire des économies?

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.