En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

 

Réagir

Normes

Allègement des normes : André Vallini en opération-séduction

Publié le • Par • dans : Actu juridique, France

0

Commentaire

Réagir

WEB VALLINI © STEPHANE GAUTIER

Lors d'un point-presse, le 7 octobre, André Vallini a confirmé une diminution des normes, en particulier dans le domaine de l'urbanisme et des équipements sportifs. Pour ce faire, le secrétaire d'Etat à la réforme territoriale réunit chaque semaine des acteurs locaux et des fonctionnaires d'Etat.

 

Les textes législatifs et réglementaires en constante augmentation pèsent lourd dans le budget déjà serré des communes. Pour soulager les territoires et apaiser la grogne des élus, le gouvernement s’est engagé à agir. Si les dotations de l’État aux collectivités territoriales se réduisent à peau de chagrin, les normes, elles, s’allègent. C’est en substance le message qu’André Vallini a souhaité faire passer lors d’un point presse consacré au sujet, ce 7 octobre 2015.

« Nous atteignons des niveaux de normes insupportables pour les élus locaux. Nous souhaitons nous attaquer à leurs difficultés, nous ne sommes pas là dans des déclaration d’intentions », a annoncé le Secrétaire d’Etat à la Réforme territoriale, également sénateur de l’Isère.

La question n’est pas nouvelle. Face au flux ininterrompu des réglementations élaborées par les administrations centrales qui souhaitent leur application de façon uniformisée sur le territoire, les élus se rebiffent. En cause, leur coût et souvent, leur irrationalité comme par exemple l’obligation de respecter la réglementation sismique dans des zones peu ou pas concernées comme le Nord de la France.

Lire : 303 normes ont coûté 1,4 milliard d’euros aux collectivités territoriales en 2014

Dans le contexte tendu de la fusion des régions, le gouvernement multiplie les gestes d’apaisement envers des élus locaux, et cette reconquête ne saurait se faire sans l’allègement des normes.

Dégraissage du stock

À la mi-septembre, dix-huit mesures de suppression ou d’allègement de normes jugées inutiles ou obsolètes ont d’ores et déjà été annoncées. Elles concernent l’urbanisme, les équipements sportifs ou les ERP (établissements recevant du public), la réévaluation des normes sismiques dans les zones peu concernées, ou encore la réduction de l’obligation de vidange bi-annuelle des piscines.

Et pour marquer la cadence, s’y ajoutent 16 mesures de simplification, la plupart issues du rapport Doligé datant de 2011 et reprises en partie dans le texte de loi NOTRe.

Cette simplification portera notamment sur l’harmonisation et la clarification des procédures ou la dématérialisation des actes administratifs.

La révision des normes applicables aux marchés publics est aussi à l’étude, en particulier la réduction des délais de publicité.

Autre volet, la gestion du coût des normes. Pour contrer le coût de cette inflation législative, le gouvernement s’était fixé un objectif : en 2015, les nouvelles normes ne devaient représenter aucune charge supplémentaire. Et au regard des chiffres fournis par le CNEN (Conseil National d’Évaluation des Normes), le but pourrait être atteint puisque les dépenses diminuent de façon nette depuis le mois de février 2015.

Changer la culture de la norme

« Je dis à l’administration d’État qu’effectivement il faut faire appliquer les normes car elles répondent à un besoin des usagers, explique André Vallini, mais il faut aussi épauler les élus pour les mettre en place et réfléchir à leurs applications concrètes. »

Lire : Normalisation : «Les fonctionnaires de l’Etat devront acquérir une culture d’assistance et de conseil »

Pour tenter de réconcilier l’administration centrale et les élus de terrain, le cabinet d’André Vallini réunit une fois par mois, lors d’ateliers thématiques, techniciens, élus locaux et fonctionnaires d’État afin de travailler de concert sur des normes susceptibles d’êtres modifiées ou supprimées. Une opération séduction qui se déroule déjà depuis plusieurs mois.

Si l’allègement des normes paraît en bonne marche, le CNEN, qui a pour principales missions la maîtrise des normes nouvelles, la réduction du stock et leurs applications est débordé. « Le CNEN souhaiterait avoir plus de temps pour examiner les textes, or la charge est énorme. Il faudrait à ce Conseil plus de moyens budgétaires », plaide André Vallini.

Mais en lieu et place de cette instance centralisée, de nombreux élus proposent l’idée de confier la modulation des normes à une instance locale. Une proposition que les farouches défenseurs de l’unité républicaine n’entendent pas de cette oreille.

Haut de page

Cet article est en relation avec

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.