Circulation

« Pas question de remettre en cause la réforme du stationnement »

Par
Charles-Eric Lemaignen, président de l'ADCF et de la communauté d'agglomération Orléans Val de Loire

Charles-Eric Lemaignen, président de l'ADCF et de la communauté d'agglomération Orléans Val de Loire

Gart

Alors que le Premier ministre Manuel Valls a annoncé, le 1er octobre, le report de la décentralisation du stationnement au 1er janvier 2018, Charles-Eric Lemaignen, président de l’Assemblée des communautés de France (ADCF), exprime sa déception, et ses inquiétudes quant à l’avenir de la réforme.

Quelle a été votre réaction suite à l’annonce, par Manuel Valls le 1er octobre dernier, du report de la réforme du stationnement ?

Nous avons évidemment ressenti une grosse déception. Ce qui m’agace, et le terme est modéré, c’est que la réforme a été votée à l’unanimité par le Parlement, que ce soit à l’Assemblée nationale ou au Sénat, et qu’on la reporte une nouvelle fois. Depuis le départ – c’est-à-dire dès les discussions dans le cadre du Grenelle – on constate une espèce de tir de barrage contre la réforme, de la part de l’administration du ministère de l’Intérieur et de Bercy, qui est très fort.

Selon-vous, qu’est-ce qui explique cette réticence de la part des services des deux ministères ?

Le problème pour l’administration est que, dans le système antérieur, la perception des amendes était centralisée et servait au ministère de l’Intérieur dans le cadre de l’aménagement du territoire. Mais avec cette réforme, ce système disparait. Cela est donc vu comme une perte de pouvoir. L’impact fort qu’ont eu les services jusque-là est regrettable. Lorsque l’administration prend le pouvoir, ce n’est jamais très bon signe pour la gouvernance d’un pays.

Le Premier ministre a justifié ce report par le travail juridique et technique qu’il reste à faire. Qu’en pensez-vous ?

Il ne faut pas oublier que le Gart, avait proposé des solutions juridiques, et que la loi date de janvier 2014. L’Antai [Agence nationale de traitement automatisé des infractions, ndlr] avait le temps d’anticiper tout de même ! Ce que nous espérons cependant, c’est que ce report n’aboutira pas à une remise en cause de la mesure, et finalement à son enterrement. Nous avons déjà été échaudés par l’écotaxe. Il n’est pas question de remettre en cause la réforme du stationnement !

Manuel Valls a pourtant tenté de rassurer les élus à ce niveau…

Je dois reconnaitre que, sur ce point, le Premier ministre a été clair, en indiquant que la réforme était engagée de manière irréversible. On nous demande donc d’attendre, une fois encore. Même si nous avons déjà beaucoup attendu. Pour rappel, le Gart se bat depuis 2003 pour cette réforme.

cet article est en relation avec
Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP