En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club RH

3

Commentaires

Réagir

Emploi

Baromètre RH des collectivités territoriales : des perspectives pessimistes

Publié le • Par • dans : A la une emploi, Actu Emploi, France, Toute l'actu RH

3

Commentaires

Réagir

Pancarte emploi © Fotolia

Le baromètre RH des collectivités territoriales de Randstad, présenté le 2 octobre lors du congrès de Villes de France, montre des collectivités qui s’attendent à une baisse des recrutements, surtout les grandes communes. Le questionnaire renseigne aussi sur les priorités RH de 2015 ainsi que la vision de la fonction aujourd’hui.

 

Les agents territoriaux doivent s’attendre à une période de vaches maigres sur le plan des recrutements. Selon le baromètre RH des collectivités territoriales, 26 % des collectivités locales interrogées pensent que les effectifs vont baisser cette année. 24 % s’attendent à une baisse légère et 2 % à une forte baisse.

Pour la première fois depuis la création de ce baromètre, les collectivités locales qui vont réduire leurs effectifs sont plus nombreuses que celles qui vont les augmenter (10 %).

effectifs

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Pour parvenir à cette baisse des effectifs, les collectivités entendent ne pas remplacer l’intégralité des départs à la retraite (77 %), ne pas renouveler certains contractuels (69 %), et transférer des personnels dans le cadre d’une mutualisation (24 %).

Surtout les grandes communes

Par ailleurs, ce sont surtout les grandes communes qui s’attendent à une baisse de leurs effectifs. Le taux de répondants pensant connaître une baisse s’y élève en effet à 73 %, contre 42 % l’an dernier…

Pour ce type de collectivités, la baisse de la masse salariale est le principal levier qu’elles devraient utiliser pour faire face à la baisse des dotations.
Et cette baisse est une mesure acceptable par les administrés, selon les répondants. La plus acceptable de tous les leviers (baisse de l’investissement, baisse du service rendu et hausse des prélèvements obligatoires sont les autres leviers cités).

administres

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Ce baromètre renseigne aussi sur les priorités en termes de gestion des ressources humaines pour 2015. La maîtrise de la masse salariale arrive largement en tête (58 % des répondants), contre 21 % pour la priorité « mutualisation des services ».
Et c’est, là encore, « la priorité des priorités » des grandes communes.

grandescommunes

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Dégradation du climat social

Autre résultat significatif, la part des communes constatant une dégradation de leur climat social (43 %) est en forte augmentation sur un an (+ 15 points).

climat social

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Cette morosité est particulièrement élevée, voire inquiétante, au sein des communes moyennes puisqu’elle atteint 58 %, soit une progression de 27 points sur un an. L’incertitude liée à la réforme territoriale n’est pas sans incidence sur le moral des titulaires. Ainsi, 61 % des répondants estiment qu’elle déstabilise les agents de catégorie C (51 % pour les agents de catégorie B, 50 % pour les agents de catégorie A).

Visions sur la fonction RH

Enfin, les ressources humaines ont aujourd’hui une fonction davantage gestionnaire que stratégique notamment, selon les collectivités interrogées.

fonction

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

A noter également : 54 % des répondants n’ont pas mis en place de démarche de gestion prévisionnelle des emplois, des effectifs et des compétences (GPEEC).

gpeec

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Haut de page

3

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés EmploiFonction publiqueFonction publique territoriale

3 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. Isa 12/10/2015, 11h20

    Pourquoi parler de pessimisme alors que l'on pourrait voir cela comme enfin une bonne nouvelle ? Ne nous trompons pas de registre : la hausse de l'emploi privé est optimiste car elle suppose de la croissance mais celle de l'emploi public est promesse d'impôt supplémentaire, pour des services pas forcément nécessaires et souvent mal gérés. C'est ce qui s'est passé depuis les 15 dernières années. l'emploi public pèse sur l'emploi privé, on commence à oser le dire ...

  2. 2. Murakami 06/10/2015, 16h32

    54% des répondants n'ont pas mis en place de GPEC, 26% y réfléchissent et le pourcentage restant s'y intéresse depuis deux ans!!!
    Je suis une formation sur la formation des adultes et le premier gage de sérieux d'une entreprise est la mise en place de la GPEC couplée à la formation professionnelle.
    Cela pose quand même question quand à la bonne gestion de nos collectivités qui se plaignent constamment de la baisse des dotations mais qui gérent les embauches au doigt mouillé.
    Une gestion plus sérieuse permettrait des économies et peut être une baisse des impôts?

  3. 3. lambda 06/10/2015, 14h25

    Peut-on mettre en rapport la faiblesse du rôle stratégique des RH et de la gestion prévisionnelle des effectifs, qui ressortent de l'enquête, avec la répartition du pouvoir entre élus et techniciens?

    Si le projet des élus est essentiellement de faire du recrutement clientéliste, les autres considerations de pilotage restent accessoires et difficilement préhensibles pour les techniciens.

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.