Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Fonction publique

Statut de la fonction publique : les maires de Villes de France refont le match

Publié le 02/10/2015 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : Actu Emploi, France, Toute l'actu RH

Depenses_recettes_Fotolia
D.R.
Lors du congrès de Villes de France, le 2 octobre 2015, des maires ont plaidé pour un assouplissement du statut de la fonction publique. Objectif : la baisse des dépenses de personnel. Pour d’autres maires, ce but peut être atteint à cadre juridique constant.

« La dame des 35 heures » et « l’impertinent monsieur Macron » n’étaient pas là, au grand dam du premier magistrat (UDI) d’Arras, Frédéric Leturque. Cela n’a pas empêché les maires de l’association Villes de France, réunis en congrès le 2 octobre 2015 à Bourg-en-Bresse, de relancer la controverse entre Martine Aubry et le ministre de l’Economie sur la nécessité de maintenir le statut de la fonction publique.

 

Lire aussi : Le statut « plus que nécessaire aujourd’hui », répondent les fonctionnaires à Emmanuel Macron

« Nous avons un paquebot. Il est difficile de dévier, encore plus de faire demi-tour », a glissé le premier magistrat (PS) de Cognac, Michel Gourinchas.
« La masse salariale et le statut de la fonction publique sont évidemment liés », a lâché, plus direct, Frédéric Leturque, plaidant pour que « l’on s’attaque au dur ». Sans pour autant « agiter de chiffons rouges ». « Sinon, ça va être la débandade dans la rue », a-t-il admis.

Pour Philippe Buisson, maire (PS) de Libourne, la voie, étroite, dessinée par Frédéric Leturque a tout de l’impasse. « Une cure de rigueur des agents » est, selon lui, possible sans remettre en cause le statut trentenaire de la fonction publique territoriale. Le successeur de Gilbert Mitterrand entend notamment s’attaquer à l’absentéisme en renforçant les contrôles.

« On a été très généreux dans le recrutement amical. Les collectivités ont été aussi un amortisseur social », a-t-il par ailleurs soupesé.

 

Lire aussi, sur ce sujet,  l’interview de Stéphane Pintre, président du SNDGCT

Non remplacement

Yves Nicolin, maire (LR) de Roanne, l’assure : la masse salariale de sa collectivité n’augmentera pas durant la mandature. Afin de gommer l’effet inflationniste du Glissement vieillesse technicité (GVT), l’édile compte ne remplacer aucun agent qui part à la retraite.

Le régime minceur passe aussi, là, par la réduction des ratios pour l’avancement de grade. Egalement au menu : la renégociation, à la baisse, de l’accord sur les RTT datant du début des années 2000.

Et le député Nicolin d’élargir la focale : «  Il faut absolument que la durée minimale de travail dans les collectivités, de l’ordre de 1607 heures, soit appliquée, ce qui, aujourd’hui, est loin d’être le cas partout. »

Vers un recul des effectifs ?

Pour la première fois de l’histoire de la fonction publique territoriale, l’heure semble être à la décrue des effectifs. Selon la dernière livraison du baromètre RH des collectivités locales Randstad, réalisé en partenariat avec Villes de France et La Gazette, 25 % des responsables de collectivités (Elus, DGS, DGA, DRH et secrétaires de mairies) auront baissé leur nombre d’agents à l’issue de l’année 2015, contre 10 % qui l’auront augmenté. Afin de maîtriser la masse salariale, 47 % de ces décideurs veulent mettre l’accent sur la révision du travail et la réorganisation des services.

Cet article est en relation avec les dossiers

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Statut de la fonction publique : les maires de Villes de France refont le match

Votre e-mail ne sera pas publié

Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X