En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

 

Réagir

Communication

Communication locale : les Français en veulent (toujours) plus !

Publié le • Par • dans : France

0

Commentaire

Réagir

lecture-lire-magazine-lunettes-UNE © PublicDomainPictures / Pixabay

L’édition 2015 du baromètre Epiceum-Harris Interactive de la communication locale, élaboré avec Cap’Com, dévoilé jeudi 1er octobre 2015, révèle une double attente des citoyens : davantage d'information locale et davantage de coordination entre les différents émetteurs afin de clarifier l’action des collectivités.

 

Papivores et exigeants, c’est ainsi que l’on pourrait qualifier le comportement des Français vis-à-vis de la communication locale, selon les résultats du baromètre 2015 Epiceum-Harris Interactive. En moyenne, ils utilisent 8,3 supports de communication différents (parmi les 17 testés dans l’étude, de la télé régionale aux journaux) pour s’informer sur la vie locale, soit autant qu’en 2013. Une stabilité qui cache une amorce de changement d’habitudes : en deux ans, la consultation des supports digitaux a progressé aux dépens des supports papier (- 10 points depuis la création du baromètre en 2009) et audiovisuels. Néanmoins, la progression du digital va de paire avec une progression du contact direct, comme le succès des réunions publiques.

Aujourd’hui, le journal territorial devance nettement la PQR, les sites des collectivités sont préférés à ceux d’autres émetteurs. Plus de 6 Français sur 10 (61%) indiquent consulter le site Internet de leur ville pour s’informer sur la vie locale, plaçant cet outil au 5ème rang des moyens d’information. « Ces pratiques démontrent que les Français ont confiance en leurs collectivités, qu’ils les considèrent comme des émetteurs fiables. Les collectivités et les équipes de communication ont là une carte à jouer », analyse Christian de la Guéronnière, directeur de l’agence Epiceum.

Sujets techniques évités ?

Quel sujets les intéressent en priorité ? Tout d’abord, la vie locale, le cadre de vie, les loisirs, des sorties, la vie culturelle, la vie associative et sportive et les initiatives locales. Et comment jugent-ils le contenu de ces supports ? Les Français répondent, baromètre après baromètre, « Peut mieux faire ». Si une majorité estime recevoir suffisamment d’informations sur les sujets plébiscités (69% sur les loisirs, la culture, 62% sur la vie associative, 57% sur les services publics), un tiers des citoyens jugent que l’information reste, globalement, encore insuffisante. Selon leur ressenti, les sujets le moins couverts sont : le budget de la collectivité (48 % des Français s’estiment insuffisamment informés), le fonctionnement des collectivités (40%), le prix des services publics (39%) et les réformes territoriales (44%).

Bonne connaissance des élus… sauf régionaux

La période électorale, avec les élections municipales de 2014 et départementales de 2015 – et par conséquent une communication plus forte – « explique en grande partie », analyse l’enquête, des résultats plus positifs qu’en 2013 en lien avec la personne de l’élu. Ainsi, en 2015, la communication des collectivités donne davantage une image positive des élus (50 % de cet avis contre 45 % en 2013), permet de mieux comprendre les décisions politiques locales et incite plus à participer à la vie publique locale.

Toutefois, à la veille des élections régionales, moins d’un Français sur deux peut dire si le président de sa région est de gauche ou de droite et seulement un quart des Français (26%) est capable de donner spontanément le nom du président de son conseil régional. A noter que parmi les Français qui déclarent lire le journal de leur région, les résultats apparaissent – un peu – meilleurs, 31% nomment leur président, 50% connaissent son appartenance à la gauche ou à la droite.

L’info intercommunale s’affirme dans un flou général

Exceptée la commune, émetteur toujours plébiscité, l’intercommunalité continue de se distinguer des autres institutions étant jugée comme un échelon diffusant une information de qualité. Plus globalement, les Français indiquent lire en moyenne 2,7 journaux sur les 4 titres généralement publiés par leur commune, leur interco, leur département et leur région. Pour près d’un sur deux, ils trouvent que ces différentes informations « se complètent plutôt bien, donnent une vision claire et cohérente de l’action publique des différentes collectivités locales dans [leur] territoire ». A l’inverse, l’autre moitié trouve que les informations publiées « donnent une vision brouillée de l’action des collectivités ». Selon Christian de la Guéronnière, les dircoms « ont pris conscience des efforts de coordination à fournir », avec des initiatives concrètes, parfois guidées par la contrainte budgétaire, comme la mutualisation d’outils ou d’événements. Néanmoins, « chaque collectivité a pour priorité de parler avant tout d’elle-même avant de parler des autres ! », note-t-il.

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.