En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club RH

8

Commentaires

Réagir

Fonction publique

Rémunérations des fonctionnaires : la CGT rejette à son tour le projet d’accord « PPCR »

Publié le • Par • dans : A la une, A la une emploi, A la Une RH, Actu Emploi, France, Toute l'actu RH

8

Commentaires

Réagir

Marylise Lebranchu, Ministre de la Decentralisation et de la Fonction publique. © VALERIO VINCENZO

La CGT, première organisation syndicale de la fonction publique a décidé de ne pas signer le projet d'accord sur les parcours professionnels, les carrières et les rémunérations (PPCR), a-t-elle annoncé mardi 29 septembre 2015. Le texte n'ayant pas reçu d'accord majoritaire (plus de 50 % des voix recueillies lors des dernières élections professionnelles), les mesures qu'il contenait ne devraient pas être appliquées. Mais une conférence de presse de bilan de la négociation est prévue demain mercredi midi.

 

Dans son communiqué, la CGT évoque « de fortes insuffisances » dans le texte. « La première partie du protocole réaffirme de manière forte un certain nombre de principes fondamentaux quant au statut et à la conception républicaine de la fonction publique, mais l’écart n’en reste pas moins considérable entre cette réaffirmation et la politique concrète de ce gouvernement qui met la fonction publique à la diète, poursuit les suppressions de postes, coupe dans les budgets, met à mal les missions publiques », développe-t-elle dans le communiqué.

Les représentants syndicaux ne manquent pas aussi de dénoncer les récentes déclarations de Emmanuel Macron : « Les déclarations anti-fonctionnaires du ministre de l’Economie confirment qu’en la matière, les engagements gouvernementaux ne peuvent être pris pour argent comptant. »

Autres critiques : l’application tardive de l’accord, dont les premières mesures entreraient en vigueur à partir de 2017. Par ailleurs, plusieurs engagements « sont trop diffus et leur application n’est pas datée », la réforme des agents de maîtrise par exemple.

La CGT signale aussi des problèmes de reclassement. « Certains agents, notamment en fin de carrière, se trouveraient sur certaines périodes à un indice inférieur à celui qu’ils auraient eu avec les grilles actuelles. »

Problème de confiance

Le syndicat évoque en outre un problème de confiance : « Plusieurs des accords précédemment signés n’ont pas été pleinement appliqués », comme celui sur la résorption de la précarité et sur la santé au travail. « Sur plusieurs points, le gouvernement actuel n’a pas œuvré à les faire respecter », insiste-t-on.

La CGT conclut en renvoyant la responsabilité au gouvernement : « Dès le début de la négociation, nous avions signalé les points durs du texte, tels que la faiblesse des mesures indiciaires et la suppression de l’avancement d’échelon à la durée minimale. Le gouvernement a fait le choix de laisser les choses en l’état », insiste Baptiste Talbot, secrétaire général de la CGT Services publics.

Le syndicat se dit disponible pour une reprise des négociations « sur des bases nouvelles » et dénonce « le chantage inacceptable du gouvernement » qui indique être prêt aujourd’hui, faute d’un accord, à renoncer à toute mesure de revalorisation du point d’indice et des carrières.

Une conférence de presse bilan est prévue demain mercredi au ministère de la Fonction publique.

Déception des syndicats réformistes

Au terme de longs mois de négociation, les syndicats réformistes expriment de leur côté leur forte déception.

 


La réaction de la secrétaire adjointe de la CFDT fonctions publiques.

« Les non-signataires portent une lourde responsabilité. La logique du « pas assez » l’a emporté sur la logique des « petits pas » dans un contexte budgétaire défavorable », indique aussi le nouveau secrétaire général de l’UNSA-Fonction Publique, Luc Farré, dans un communiqué mardi.

Le syndicat, qui parle « d’occasion historique ratée », dit « constater que sans la loi de 2010 qui prévoit des accords majoritaires dans la fonction publique, l’accord serait valide. En effet, dans les mêmes conditions que dans le privé, sans opposition explicite, cet accord « fonction publique », qui a recueilli plus de 49 % de signataires, s’appliquerait. »

Haut de page

8

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Fonction publiqueSalaire fonction publiqueStatut fonction publique

8 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. Antoine Beretto 26/10/2015, 14h42

    Encore de la poudre au yeux. Tout le système de la fonction publique est à réformer.
    De toute façon avec 50 % d'abstention aux dernières élections de la fonction publique les syndicats en pèsent pas lourd.
    Nous sommes à la diète depuis 2010. Même si tu obtiens un concours l'augmentation est dérisoire par rapport à l'ancienneté.
    Il faut expliquer ça aux négociateurs des syndicats qui parfois sont salariés de leur propre syndicat dont les salaires sont bien au dessus de la fonction publique, alors à bon entendeur.

  2. 2. zack 16/10/2015, 10h33

    je rejoins complètement lilou276 sur certains faits et démonstrations...Les précédents sont nombreux, notamment envers la signature des certains engagement. Nous ne sommes pas là pour faire le procès de certains syndicats, malgré tout la cfdt que se gargarise de cette "nouvelle progression sociale" pour les fonctionnaires, devrait me semble t'il se retourner, regarder en arrière pour constater les effets de la réforme des retraites, du consentement sur le gel des dotations de l'état et enfin de l'argent distribuer au pme...Où sont les vrais syndicats ouvriers ?? à la CGT FO... sans lapsus

  3. 3. Miette 30/09/2015, 20h46

    Le collègue vincetong30 est optimiste, la prochaine majorité en 2017 dira bien autre chose aux fonctionnaires que "serrez-vous la ceinture" :

    http://cnt-cg59.org/Macron-fait-le-mechant-et-Hollande-le-gentil-le-statut-des-fonctionnaires-en.html

    Quant à Frantz, eh bien, la représentativité d'un syndicat correspond aux voix obtenues...si les syndicats en présence, si les analyses, les propositions ou les modalités d'action ne conviennent pas, il faut s'investir personnellement pour créer autre chose.

  4. 4. lilou276 30/09/2015, 20h31

    La CFDT en signant tous les accords sur le principe des petits pas a fait perdre beaucoup d'argent aux agents des collectivités. Rappelons que la CFDT a signé les accords sur les retraites avec le petit pas sur les emplois pénibles. On voit le résultat aujourd'hui.

  5. 5. yan 30/09/2015, 10h50

    Les syndiqués ont été consultés, pour ma part mon syndicat (cgt) m'a fait passer un doc, et ma demandé de faire une réponse. Pour moi qui suit cat C, les avancées qui nous sont proposé sont du pipi de chat,. Quand à la CFDT ou l'UNSA, on est pas dupe, ils roulent pour le gouvernement qui lui roule pour le MEDEF. Il n'y a qu'a voir les dernières loi qui ont été approuvé par ces syndicats (ANI...) et qui apparaissent comme grande destructrice de l'emploi.
    Quand aux caisse vide, ...est ce qu'on veut réellement les remplir? Commençons à s'attaquer à la fraude, au lieu de vouloir encore s'en prendre aux petits.
    Actuellement je suis fonctionnaire de la fonction publique hospitalière, cat C et je touche 1354€ net par mois (15 ans de service) je pense que de demander une hausse de salaire est assez légitime, mais cette hausse doit être équitable pour tous les fonctionnaires c'est pour ça que la hausse du point d'indice me parait la plus appropriée, et non pas un tassement des échelles comme il nous est encore proposé. Quand a la représentativité, la CGT est quand même suite aux dernières élection le 1er syndicat de la fonction publique, si on a voté massivement CGT c'est par rapport au boulot qui se fait sur le terrain et non aux grands discours fait par certains dirigeant qui à la sortie ce voient proposé des présidences dans divers organismes (trés bien rémunéré évidement).

  6. 6. Spammb 30/09/2015, 10h21

    Pour ma part,j'approuve totalement cette position Comment "faire" confiance" à un gouvernement qui a fait la preuve de ses defections en la matiere à plusieurs reprises .Dans le domaine social,cela fait des décennies que ses personnels sont méprisés,ignorés,dévalorisés..cela suffit .
    Je réprouve ces syndicats dits" réformistes",que je qualifierai de "régressifs",apres avoir pourtant adheré pendant plus de 15 ans à CFDT Interco ...Je les ai quittés il y a déjà quelques années,ils n'en sont pas surpris,ayant perdu tellement d'adherents.
    De la meme maniere,j'ai voté pendant ces 40 dernieres années pour les candidats PS,avec de moins en moins de conviction cependant : quelle deception !
    A eux maintenant de prendre,PS comme CFDT , de prendre la mesure des consequences de leurs trahisons .

  7. 7. FRANTZ 30/09/2015, 09h13

    Merci à nos chers syndicats CGT... Depuis plusieurs années , nous étions à la diète... Et bien nous continuerons à être la diète ! A quand une vrai représentativité...

  8. 8. vincetong30 30/09/2015, 08h45

    Et les agents dans tout celà ? Ont-ils été consultés ? Pas à ma connaissance. L'on se retrouve une nouvelle fois avec des syndicats tout puissants, qui sont utiles certes, parce qu'ils sont les seuls interlocuteurs, la seule force d'opposition existante, mais qui défendent chacun leur point de vue, sont incapables d'être unis pour défendre des positions communes. Au bout du compte, aucune avancée, les fonctionnaires attendront 2017 qu'une nouvelle majorité soit élue, qui leur dira une nouvelle fois : "désolé, il va falloir vous serrer la ceinture, nos prédécesseurs ont laissé les caisses vides". C'en est risible, tant il vaut mieux en rire qu'en pleurer.

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.